Dimanche 24 juillet 2016 7 24 /07 /Juil /2016 19:12

Bigre cela fait plus de 2 ans que j'ai pas de nouveau écrit pour le Domaine. Et 5 ans que je l'ai commencé.

Nous en étions resté au double marquage du chihuahua et nous allions passer dans la chambre d'Elke pour la conquète finale de Claire...

"- Oh oui, je serai tienne cette nuit... " lui faisais-je dire au chapitre à la fin du chapitre 36.

Après il y a les 4 chapitres de l'épilogue que j'ai écrit depuis des années (3 ans ?) et qui dontc n'ont jamais été publiés, puisque le reécit principal n'a jamais été fini... logique, non ?

Donc qu'est-ce que je devais de tout cela ?

J'avais commencé à écrire ce chapitre 39 dans la chambre avant d'abandonner le domaine pour d'autres aventures. Je prévoyais ensuite en 40 et un 41, que je me retrouve incapable d'écrire maintenant dans le style que j'avais alors. Et puis je ne suis pas bien sûr de vouloir reprendre ce récit de "jeunesse"...

Aors j'ai décidé de tout brader en dernière démarque.

Récupérer ce que j'avais écrit pour le 39ème, zapper le fait que Claire devait se rebeller et en arriver à la situation finale du début de l'épilogue... Une sorte de service de l'écrivain minimum.

Donc voilà le 39ème remanié qui sera le chapitre final du week-end et chaque jour à suivre, un des 4 chapitres de l'épilogue.

Bonne lecture.

CHAPITRE 39 - Søndag

Après la cérémonie du marquage, Elke tint parole et invita Claire à partager sa nuit. Il était plus de minuit et la Danoise avait tenu à ce que le chihuahua les accompagna dans la chambre pour son « édification » de soumis.

Il découvrit la chaise de contrainte où il allait y passer sanglé sa première nuit de soumis définitif. Elle était installée dans le placard face à un miroir sans teint qui lui laissait voir ce qui se passait dans la chambre, sans incommoder de sa présence les femmes qui s’y tenaient. Elke appelait ce dispositif  la « chaise du cocu » et un carcan autour de sa tête empêchait le petit mari qui s’y trouvait contraint, de détourner la tête et d’échapper justement à ce qui se passait dans la chambre. L’homme y était empalé sur un plug de métal qui bientôt se révèlerait vibrer fortement aux cris du plaisir de Claire sous les actions de sa Danoise, dans une mélange cruel de plaisir du cul et de défaite des yeux.

Les femmes durent le motiver un peu pour l’y installer avant de refermer le miroir. 

Claire se retrouvait face à Elke, maintenant intimidée. D’autant qu’elle était restée quasi-nue en Amazone alors que la Danoise avait passé un déshabillé de soie blanche. Mais elle ne pouvait pas se masquer que l’humidité dans sa chatte était extrême, une humidité très tendue aussi.

- Finis de te mettre nue et mets-toi à genoux s’il te plait Claire !

Le corps de Claire se crispa un instant avant de se conformer, troublé et dans l’attente. Les derniers oripeaux d’Amazone chutèrent là et elle se retrouva à genoux, tremblante. Elle attendait pendant qu’Elke vaquait dans la pièce, les yeux perdus dans le tapis persan…

Finalement la main danoise vint lui dégager la nuque. C’était un premier contact si électrique que Claire releva les yeux de surprise. Elke la dominait avec un collier blanc à strass dans sa main. Elle tenait une badine noire aussi. Cela fit presque se rebeller, mouvement reflexe vite contenu d’une main ferme sur son épaule.

- Tu m’as promis que tu serais « mienne » cette nuit. Tu ne peux que de douter que cela ferait naître des envies chez une Dame comme moi… 

Claire hésita. Elle savait qu’elle devrait en passer par là, tout en espérant follement l’éviter. En tout pas aussi rapidement, pas dès le début. Elle devait être folle d’être fascinée par cette vieille sorcière et pourtant sa chatte humide ne se mentait pas, elle. La chaleur avait envahi son visage qui devait être maintenant rouge pivoine pour le bonheur des yeux de la Danoise. Claire prit une profonde inspiration et baissa les yeux. Le collier fût serré, dans la foulée, autour de son cou. Sa présence faisait une impression étrange, comme si elle était maintenant une autre, le même sentiment que quand elle avait été offerte passive au pieu de Lucas, mais beaucoup plus puissante en émotions. 

Elle se laissa diriger à se mettre en chienne, à quatre pattes sur le sol. La laisse était tenue courte, lui forçant à lever la tête. La laisse la promenait de long en large dans la pièce en une sorte de parade de victoire, autant destinée à matérialiser l’emprise de l’une sur l’autre, qu’à démontrer au mari sur sa chaise de « cocu » sa défaite totale. Et Pierre, comme un idiot, bandait à éclater sa cage à cette vision démoniaque de sa femme en chienne, avec un sentiment net de jalousie que ce ne fut pas lui qui tenait la laisse.

Elke les arrêta et lui fit présenter son entrejambe indécemment écartée, en hauteur, les épaules collées au sol et la joue contre le tapis. Jamais Claire ne s’était jamais sentie aussi impudiquement exposée. Elle en tremblait alors que sa « Maîtresse » - elle ne voyait pas comment appeler autrement une femme qui la tenait en laisse – la laissait languir… Le temps de sentir le souffle de l’air sur ses muqueuses exposées. Le temps de sentir l’humiliation arriver peu à peu. Il suffisait qu’elle se relève et dise tout simplement « non merci, finalement je ne veux pas finalement ». Mais non, elle n’en avait pas la volonté : elle se voyait pétrifiée là à attendre le bon vouloir de la Maîtresse danoise...

Après une longue attente, Claire sursauta quand l’embout de la badine toucha ses grosses lèvres, exactement à l’endroit où elles s’ouvraient. C’était d’une telle charge érotique ! La badine se faisait tentation et elle ne put s’empêcher de se trémousser pour rechercher un contact plus franc et profond, que l’expérimentée Danoise lui refusait. La badine glissait, détaillait, se faisait intense tentation, sans jamais s’aventurer plus en avant. Claire était frustrée de ne pas la sentir plus loin, et par réflexe cherchait à gagner quelques centimètres de pénétration mais la badine s’ajustait à chaque fois pour le lui refuser…

Enfin après un long moment d’attente, l’embout s’initia entre les lèvres, les décollant pour progresser. Claire poussa un long grognement de satisfaction qui résonna dans le cul du chihuahua. Le manche coulissa, effleura le clitoris tendu, sous les gémissements de Claire qui ondulait du bassin pour mieux se prendre la badine. Son plaisir montait de plus de plus, laissant entrevoir la charge de cavalerie de l’orgasme, qui s’approchait bannière au vent avant d’être brutalement stoppée dans le vide par l’arrêt de toute stimulation ! La badine venait de se retirer vicieusement, la privant de la jouissance…

Claire était terriblement déçue et ressentait une frustration. A la place, elle sentit le pied nu de la Danoise se poser sur son épaule pour la coller douloureusement au sol de son poids. Et la badine se fit piqûres sur ses fesses exposées… Claire serra les dents mais n’arriva pas de s’empêcher de crier les yeux humides… 5 coups secs le temps de laisser refroidir les choses avant que la badine revint fourailler entre les lèvres, tentatrice à invoquer l’orgasme qui fût de nouveau contrecarré à la dernière minutes… avant un nouveau refroidissement des chairs d’une nouvelle volée de coups… et ainsi de suite.

A ce traitement, Claire n’en pouvait plus, pas plus que son chihuahua dans le placard. Elle était frustrée en permanence de sa délivrance ! Et était prise d’une tension érotique sans fin qu’elle n’arrivait pas à décharger ! 

Quand elle fut à point, Elke la releva à genoux et ouvrit son peignoir devant ses yeux, sur son sexe aux muqueuses rougeâtres. L’odeur aillée envahit plus que les narines de Claire ; elle lui prit totalement l’esprit. La Danoise la poussa de sa main dans les cheveux à venir enfin communier, lui facilitant l’accès en soulevant une jambe sur le lit.

Le nez dans les effluves, Claire ferma instinctivement les yeux, entrouvrit la bouche et sortit docilement la langue, qu’elle enfonça dans l’antre épicé. L’odeur se fit goût, sirupeux et légèrement amer, qui se mêlait à la salive et prenait possession de tous les sens. Claire prodiguait la caresse si intensément imaginée de toute son âme, quasi en apnée, les narines enfoncées dans le bas ventre mollissant de la Maîtresse mature, sans jamais arrêter de sucer, d’aspirer et de boire à la source les flots ininterrompus de sève relâchée.

La caresse fût bientôt plus prise qu’offerte. Les hanches ondulaient et se frottaient sans gêne contre le visage,  la langue à s’évertuer à suivre le mouvement, bien plaquée par la main ferme dans les cheveux. Elke ne se gênait pas pour émettre des rauques de satisfaction de plus en plus fort alors que le plaisir montait. Au moment crucial, les cuisses se firent crispations en enfermant cette tête, cette langue au cœur de la fournaise… pour le feu d’artifice hurlé en Danois !

Quand Claire fut finalement libérée de la pression, elle était complètement essoufflée, la bouche et la langue endolories, le visage totalement recouvert du jus de son amante, et restait encore abasourdie de la puissance de ressenti de cette étreinte intime si spécialement engageante. Quelque chose d’incomparable et d’indescriptible ! Complètement possédée, elle levait des yeux amoureux vers sa Maîtresse, pleins de reconnaissance… que ne manqua pas Pierre anéanti sur sa « chaise de cocu ».

- Ta bouche et ta langue méritaient tous ces efforts pour te dompter… 

Les Maîtresses ont la capacité de reprendre immédiatement leur esprit et Elke en était indubitablement une. Elle attrapa la laisse de Claire au plus court pour la faire se relever, lui prit la nuque pour l’attirer à elle, jusqu’à faire joindre leurs lèvres. Claire se laissait faire docilement, résistait mollement à la langue qui entrouvrait ses dents, pour finir de la posséder. Elke lui enserrait le corps. Sa main descendait lentement de la pointe des tétons qu’ils faisaient indécemment pointer, le long du pli de l’aine, jusqu’à arriver au cœur en feu de Claire qui ouvrit les cuisses pour mieux accueillir l’indécente caresse qui finissait de lui faire perdre pied…

Elke les fit alors basculer sur le lit, toujours corps contre corps, lèvres contre lèvres, pour une affolante farandole de chair, de doigts qui traînaient, qui s’enfonçaient, de pointes qui se dressaient, de pistil pressé, de double antres visités au plus profond, arrachant à son amante le corps tendu et offert, tant de gémissements de plaisir, ne réclamant plus que jamais l’indécente caresse ne cesse. Dans le mouvement, un double gode apparut comme par magie entre les cuisses de la Danoise et s’enfila naturellement dans la vulve de Claire, pour une possession sein contre sein.

La caresse initiale se mua alors en un affolant pistonnage profond, indécemment profond, peau contre peau. Claire voulait résister, garder un reste de dignité mais en vain : le pieu décima toutes ses dernières résistances. Elle se retrouvait en chatte lubrique à feuler dans la nuit son immense plaisir de chatte possédée. Jamais qu’on lui laisse la possibilité de retomber sur ses pattes, de coups de reins en coups de reins dévastateurs. Elle explosa une fois, deux fois, sans jamais que l’engin tentateur ne s’arrêta, ni ne l’épargna…

Sa Maîtresse savait si bien se retenir elle ! Cela rajoutait de l’humiliation au plaisir. Elle fût alors choquée de d’être soudainement retournée pour présenter ses fesses à la sodomie du gode. C’était un tel choc ! Jamais dans ces divagations mouillées, elle n’avait envisagé qu’une femme puisse désirer prendre cela d’elle, comme Lucas l’avait pris avec la complicité de la Danoise il y a tout juste une journée. Elle comprenait trop tard que cet orifice non naturel était l’objectif des dominants, sûrs de leur bon droit supérieur. Quelle oie blanche elle restait, alors que tout recommençait…

Claire essaya de se rebeller quand la tête du gode appuya contre l’anus, mais elle restait bloquée sous le poids de sa Maîtresse danoise qui lui avait attrapé les poignets. Facilité par le traître graissage de sa propre cyprine, le gode l’ouvrit sans difficulté mais non sans douleur. Elle détestait cette horreur de sensation d’écartèlement non naturel qui résonnait dans son esprit comme une défaite ! Il progressa millimètre par millimètres dans son cul récalcitrant en repoussant les chairs internes. Elle ne sut pas retenir ses larmes non de douleur mais d’humiliation. Son plaisir avait disparu : Claire ressentait cela comme un viol, une prise de possession totale de sa personne.

Le gode avait atteint sa pénétration maximale et ne progressait plus, coincé sous le poids d’Elke qui bientôt bascula son corps en avant pour venir chuchoter à l’oreille de sa conquête, sans se préoccuper des tensions que son mouvement créait dans les entrailles de son enculée.

- De part ma longue expérience de domptage de femelles rétives, je sais que vous détestez toutes cela, d’être conquises de cette manière. C’est pour cela que je vous l’impose dès le début, pour son côté humiliant. Certaines hurlent, certaines pleurent, mais toutes y passent jusqu’à la garde ! Et tu sais quoi : contrairement à un homme qui finira fatalement par éjaculer plus ou moins rapidement, la sodomie par ta Maîtresse n’a pas de fin prématurée, juste celle de son plaisir. Alors tu vas geindre, pleurer, peut-être même implorer… En vain, car tout cela ne fait que renforcer mon excitation… Allez hue, pour la chevauchée de la Diablesse, ma pouliche !

Et la Maîtresse Danoise tint sa sadique promesse. Le gode bafoua son conduit sans précaution à un point que Claire n’aurait jamais cru envisageable. Elle gémit, cria, hurla au début, tant qu’elle en avait la force, puis finalement se tût pour ne plus que pleurer doucement interrompu de ci et de là d’un oh de surprise désagréable quand le gode variait son angle de travail. C’était peut être le signe qu’attendait sa Maîtresse, car dès qu’elle l’a senti mâtée, elle ne se gêna pas à laisse monter lentement le plaisir qu’elle prenait à lui imposer cela… Une lente progression vers un orgasme puissant et violent du corps et de l’esprit qui arriva alors que Claire n’en pouvait plus, n’en espérait plus…

Elle se désembrocha immédiatement après et retomba satisfaite sur le lit.

- Viens me nettoyer soumise !

Claire découvrait le gode souillé de son cul et ne put s’empêcher d’avoir honte de l’état de propreté de son cul. Elle accordait comme toutes les autres femmes une attention particulière à son hygiène et là… Elle détourna la tête d’une honte mon maîtrisée… C’était une nouvelle épreuve de déchéance particulièrement adaptée. Maîtresse Elke vint la rechercher pour la mettre face à la salissure et guida dans son nettoyage une Claire cramoisie…

La Danoise s’endormit finalement après avoir fait mettre Claire, qui ne savait plus où elle en était, sur le tapis au pied de son lit. Ni Claire, ni son chihuahua n’arrivèrent pas avant de longues heures, à la suivre dans les bras de Morphée…

Claire se réveilla alors que le soleil était déjà haut dans le ciel sur le lit de son amante, là où elle s’était finalement rendormie après une nouvelle utilisation torride de sa langue par Elke au petit matin. Mais cela ne l’empêchait d’avoir les muscles endoloris et le cul douloureux de la nuit et de la baise de conquête de la veille.

Elle était seule dans la couche et clignait des yeux le temps de mieux s’adapter à la lumière. L’armoire du « cocu » était vide aussi de son chihuahua, mais un mot l’attendait disant qu’Elke l’attendait aux écuries, si elle le « voulait ». Pour l’instant, Claire se sentait sale et voulait avant tout prendre une bonne douche chaude dans la salle de bain accolée…

En s’essuyant, elle eut l’illumination que tout se décidait là en cet instant. Trois petits choix qui auraient tant d’influence sur son avenir. Elke l’attendait : devait-elle la rejoindre ? Elle avait enlevé le collier de strass pour se laver, devait-elle le remettre ? Elle était arrivée quasi nue dans la chambre, devait-elle s’habiller ou non ? Le tout avec la conscience que finalement la Danoise lui laissait le choix et qu’elle ne pourrait jamais dire qu’elle y avait été forcée.

La vie est faîte de tels petits choix successifs qui dessinent au final une toile pour chacun. Si elle avait totalement fait faire sa raison, elle serait rentrée se réfugier dans sa propre chambre. Si elle avait suivi ses passions de la nuit, elle aurait tout choisi pour plaire à son amante. Comme souvent dans sa vie, elle opta pour le chemin du milieu. Elle remit fièrement le collier mais le dissimula ainsi que son corps nu sous un peignoir trouvé dans la salle de bain. Elle décida aussi de rejoindre Elke dans une intention de « pour voir »…

Heureusement, Claire ne croisa pas personne. Elle était suffisamment rouge et embêtée comme cela, pour soutenir en plus le regard des autres… Elle fit le tour pour rentrer par la grande porte de l’écurie, pour cette heure libre de chevaux mis au près. Cela avait quelque chose de solennel spécialement aujourd’hui d’y pénétrer par là !

Elle ne voyait pas Elke mais l’entendait…

- Alors Zépharin que décides-tu ? Je te branle maintenant ou tu retournes pour une semaine en cage ?

- Mais c’est que cela va faire mal Madame !

- C’est ta leçon du jour, quand tu obéis aux Dames, chaque plaisir peut-être douloureux…

Claire s’approcha du box où Elke était. Zépharin y était attaché aux barres métalliques, sa robe remontée sur la poitrine et fixée par des pinces à linge et sa culotte de fille baissée aux chevilles. Il ne pouvait s’empêcher de bander alors qu’un seau d’orties fraiches le menaçait.

Elke vit Claire arriver dans le dos de Zépharin et lui fit sourire. Elle lui fit signe de ne pas dévoiler immédiatement et revint amusée au cas du garçon.

- Alors, mon petit gaminou, tu as choisi : la branlette aux orties que je te ferai ou 7 jours de plus dans la cage à ne pas pouvoir bander ?

- Je ne sais pas, Madame…

- Ben, on n’a qu’à demander à Madame Claire qui vient d’arriver !

Claire se déplaça dans le champ de vision de Zépharin qui ne savait plus où disparaître, tellement il était écarlate. Elle s’amusa à lui répondre…

- On n’a qu’à faire les deux : la branlette aux orties et retour directement en cage pour sept jours. Tu en penses quoi, Zépharin ?

- Mais ce n’est pas juste…

- La vie est rarement juste avec les petits gaminoux… mon garçon. Je te regarderai avec plaisir juter en grimaçant avant que l’on laisse reposer ton zizi pour une semaine supplémentaire…

Aussitôt dit, aussitôt fait. Zépharin essaya bien de se tortiller pour échapper au gant avec une première poignée d’orties, en vain. La main finit à commencer à le branler vigoureusement. C’était délicieux de le voir grimacer aux premières piqures, mais son érection ne faiblissait pas, loin de là. Avec la vigueur de la jeunesse, les traites sont rapides. En moins de 1 minute, Zépharin avait giclé son petit jus retenu depuis une semaine et encore parce que sa branleuse danoise avait fait attention qu’il ne partit pas plus rapidement en arrêtant son mouvement !

Il reçut une dose supplémentaire d’orties avant de se retrouver de nouveau encagé.

- A nous ! Le temps que je le remise…

Zépharin est emmené dans le cachot ce qui fit réagir Claire…

- Tu ne l’emmènes pas plus loin ?

- Loin de tes futurs cris ? Non, je pense qu’entendre a un côté éducatif sur la psyché des petits mâles. Et puis, tu n’as rien à craindre qu’il se branle en pensant à toi... Il peut plus, le petit ! Mais cela me rappelle que c’est à nous…

Claire n’était plus sûre d’avoir pris la décision quand le « à poil ! » fut dit… Elle obéit quand même rouge d’humiliation et toute tremblante…

- Donne tes mains…

Qui furent attachées par une corde avant que le bout, passé au dessus d’une poutre, les lui fasse monter bien haut à présenter ses fesses. Claire tourna la tête pour être saisi de voir sa Maîtresse prendre le fouet qui l’attendait. Elle ne pu s’empêcher de frissonner à sa vue.

- Bon nous allons mettre les choses au clair. Je t’avais dit que je te prendrai d’abord ta dignité de femme libre et je vais le faire, et avec plus d’enthousiasme que tu as cru me résister ! A partir de ce moment là, tu es ma tæveling et tu m’appelleras respectueusement Herskerinde.

Et le fouet siffla immédiatement…

 

Précédent Début Suivant
Par dyonisos - Publié dans : Fiction
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 14 juillet 2016 4 14 /07 /Juil /2016 10:59

Eté 2018

Deux ans plus tard, nous voilà de retour au bord de l’étang de Sologne. 

A 4 cette fois, nos 2 couples même si là plus que jamais c’est une notion qui nous correspond plus, tellement tout s’est finalement emmêlé et entrelacé pour que nous de formions plus qu’une seule communauté D/S totalement intime et soudée.

Les enfants ne sont pas là, qui en colo, qui en camp et le petit Arthur, « fruit » de mon prélèvement in-naturo par Maîtresse, vient de fêter ses 1 an et demi et profite de son premier été chez ses grands-parents ravis. Claire est naturellement devenue sa marraine « gâteau ».

J’attends en solitaire l’apparition du soleil au-dessus de la ligne d’arbres sur la rive opposée de l’étang, encore couvert de voiles de brunes matinales qui se dissipent peu à peu avec le retour de la chaleur. 

Cette troisième nuit enfermée dans le chenil n’a pas a été facile et je n’ai dormi que par courtes périodes. Cela a été le choc de ce retour à l’Etang : j’ai été condamné au « chenil » pour les 10 jours que nous passerons là. Pas à la mise au chenil pour quelques heures dans la journée, mais au chenil « intégral », quasi 24/24 sans possibilité de sortie. Claire a tranché à la vue de la météo prévue :

- C’est une idée que j’ai en tête depuis quelques temps et il prévoit suffisamment beau pour qu’elle soit réalisable. Donc au chenil permanent le toutou cette année !

J’ai beau avoir fait depuis 2 ans beaucoup de progrès dans l’acceptation de mon infériorité et le développement de ma docilité et humilité envers Claire, Maîtresse Emilie et les autres en général, je n’ai pas totalement encore la force morale de tout encaisser sans paniquer ou m’inquiéter. 10 jours enfermé à l’extérieur dans le chenil est une chose qui m’est apparue un nouvel Everest impossible à surmonter.

Et tellement en décalage avec le reste de l’année où la domination de Claire, une fois le matage dans la « niche » du sous-sol terminé, est devenu élégante et policée, et donc la violence est réservée aux rares fois où je l’ai déçu et elle doit sévir physiquement à mon encontre. Elle n’aime toujours pas cela mais sait maintenant frapper fort. J’ai appris en conséquence à ne plus aimer cela. Mais nous nous accordons que cela reste nécessaire pour le chemin que Maîtresse nous a initialement choisi.

Je me suis donc violemment rebellé à combattre cette décision de Maîtresse, appuyée de plus,  circonstance aggravante, par Claire. Et je l’ai payé à vif sur le champ, déshabillé de force et porté plus qu’emmené dans le chenil pendant que je débattais en tout sens. Je me suis retrouvé immobilisé contre les grilles du chenil et rapidement réduit au silence par mon équipement de tête de taurillon qui attendait, semble-t-il, ma vaine révolte.

Nous n’étions pas arrivés depuis plus de 10 minutes que déjà les sifflements des lanières de fouet se faisaient entendre. Deux fouets précisément maniés par 2 femmes qui entendaient mater dans l’œuf ma tentative de rébellion, rapidement et sans pitié, par une raclée mémorable. J’ai encore une fois fini totalement en larmes et l’esprit vidé. Je leurs  ai laissé me poser les bracelets et collier de « vacances » sans réaction avant qu’elles m’abandonnent là.

Malgré  l’enthousiasme que j’ai eu au tout début, l’apprentissage de la soumission a été difficile, avant de pouvoir m’en accommoder suffisamment pour m’y sentir à peu près à l’aise. Il m’a fallu du temps pour mentalement et physiquement m’adapter.

La meilleure image que je peux vous en donner, c’est comme rentrer dans un monastère en cours de sa vie. Renoncer à toutes ses joies passées pour se dévouer à la Divinité que l’on s’est choisie, dans la dévotion et l’obéissance absolue. Il faut du temps avant de retrouver une certaine sérénité...

Et pourtant Claire n’a pas lésiné d’efforts pour me faire renaître rapidement. Après l’Etang, le retour à la maison fût un moment terrible. J’ai été directement mis au « rebut » dans la niche du sous-sol et pour une éternité que je n’avais pas vu venir. Des jours à rester enfermé en permanence sans rien pouvoir faire, n’étant sorti que pour être « battu » sans raison dans la pièce d’à côté, avant d’être ramené en pleurs sans un mot dans la niche. Des heures à ne plus savoir comment me mettre pour ne plus peser sur mon corps meurtri en permanence. Et des nuits à endurer la morsure des pointes dans la cage à désirer ne plus jamais bander !

J’ai su plus tard que cela n’avait duré que 12 jours, « couverts » par un faux arrêt maladie fourni par Emilie... Mais cela m’a paru des mois ! Et autant à Claire qui en pleurait chaque soir dans la chambre en me regardant m’agiter dans ma niche par caméra interposée. « Combien de fois, j’ai eu envie de venir te rechercher, te libérer pour me blottir contre ton épaule… ». Mais elle a tenu pour nous 2, arrivant à créer l’attachement absolu d’un chien à sa Maîtresse et la crainte ancrée dans le corps d’être ramené dans la pièce aux cannes et fouets.

Je crois aujourd’hui qu’il n’y avait pas d’autre chemin possible. L’ancien Pierre devait être préalablement méthodiquement cassé pour lui permettre de renaître en soumis… et de le dresser strictement à sa botte…

Le soleil ne va tarder à apparaître derrière la frondaison des arbres et dissiper les brumes matinales au-dessus de l’étang. C’est bizarre de se retrouver une nouvelle fois ici, là où tout a commencé…

L’amant imposé de Claire, celui qui est devenu Monsieur pour elle et donc moi, a pris beaucoup plus de place que prévu, quand il est rapidement devenu évident que Claire prenait beaucoup de plaisir à lui rendre visite. J’avais mal compris : il ne s’est mis en place qu’au bout de quelques mois, quand j’ai été devenu suffisamment docile pour que Claire puisse me laisser quelques heures sans surveillance à la maison.

J’ai bien essayé de voir à quoi il ressemble, en vain ! Aucune photo malgré des heures de recherches sur internet au boulot car à la maison, Claire a fini par rapidement, m’interdire totalement l’accès à internet. J’ai juste réussi à trouver son âge - 32 ans, loin de l’image que je m’en étais fait – et qu’il soit plus jeune que moi et Claire a été un choc.

Cela m’a causé une longue période d’angoisse, faite de jalousie et de crainte d’être délaissé pour plus jeune et meilleur amant. Les premiers mois du système décidé par Maîtresse Emilie ont été chaotiques… C’était une horreur de découvrir chaque jeudi soir au retour de Claire, les « notes » de baise, beaucoup trop bonnes à mon goût.  Claire a rapidement pris l’habitude de me consigner dans ma niche dès son retour pour éviter de traiter avec mes bouderies sans fin.

Je n’ai donc pas eu besoin de l’encourager beaucoup à se donner. Elle le faisait très bien elle-même.  Mais Claire a eu aussi sa période d’adaptation au « gros » sexe de Monsieur (« si tu savais combien sa grosseur fait une différence… »). Il se plaignait de l’étroitesse de son cul. J’ai donc été cruellement employé équipé d’un gode ceinture au-dessus de la cage à lui « ouvrir » l’anus et le rectum. Seule moment où je voyais ma femme nue et douloureux à vivre le zizi engorgé dans la cage.

Une fois que j’ai été plus à l’aise à accepter docilement que ma femme jouisse uniquement du sexe d’un autre, j’ai donc été « invité » à assister à leurs ébats. Claire pensait que c’était nécessaire dans la progression de mon dressage de mari soumis. Monsieur ne le voulait pas au début, mais elle a su le motiver en se rendant disponible tout le week-end après chacune de mes « présences ».

La première c’était un jeudi soir pluvieux de novembre. Claire a réservé la baby-sitter et nous sommes partis ensemble retrouver Monsieur. C’était une grande première qui m’a rendu très mal à l’aise. Comment se comporter devant le mâle Alpha qui baise ma femme ? J’en tremblais d’inquiétude…  Elle m’avait interdit de voir d’une cagoule de cuir : je ne sais pas où nous sommes allés. Claire a garé la voiture, m’a fait descendre et m’a conduit en me tenant le bras à « l’intérieur ». Quand j’ai pu enfin avoir le droit de voir, j’étais dans une sorte d’antichambre. Un panier d’osier attendait mes vêtements. Je me suis retrouvé nu, me sentant impressionné et vulnérable. J’aurais bien voulu avoir mon collier de soumis pour me rassurer, mais je ne l’avais pas. 

Claire a cependant accepté que je me marche à 4 pattes à ses pieds quand nous sommes passés dans la vaste chambre, luxueuse aux lourds rideaux clos. Tissus tendus sur les murs et tapis persans au sol. Et tout qui me ramenait amèrement à ce magnifique lit où Claire et Monsieur… J’ai grimacé à sa découverte. Tout était parfaitement assorti dans cette pièce, à l’exclusion de cette caisse de bois plein, parfaitement incongrue dans ces lieux : la caisse du cocu !

Claire m’y a dirigé et m’a attaché les mains de menottes dans le dos, avant de me faire agenouiller devant la porte de la cage. Elle a retiré sa culotte sous la robe qui a finit dans ma bouche, bloquée par son foulard. Le goût intime du bâillon manifestement déjà trempé de son odeur, ne me laissait aucun doute que Claire attendait impatiemment la venue de Monsieur. A moins que cela soit ma présence dans cette chambre qui causait autant d’excitation préalable. Je préférais me persuader de la seconde possibilité…

Avec les mains dans le dos, j’ai du me contorsionner pour rentrer à reculons dans l’étroite caisse, hâté par Claire. La porte s’est refermée  et a été cadenassée, me laissant dans une situation inconfortable courbée, la tête tournée et la joue collée contre le sol de bois, à essayer de voir par une étroite ouverture grillagée réservée en bas de la porte. Impossible de prendre une autre position : j’étais condamné à contempler le seul bout de mur opposé au lit. Sauf quand la robe blanches et le soutien gorge de Claire sont tombés sous mes yeux : la preuve la plus indécente que ma femme n’était plus à moi…

Monsieur est arrivé sans que je puisse le voir. Etre réduit à seulement entendre et compléter mentalement est plus terrible que voir ! Les froissements de tissus, le zip de la braguette, ces bruits de succions, exacerbaient plus que la simple vue, l’indécence de la caresse que Claire donnait/offrait à un Autre. Monsieur est globalement taiseux, mais le râle rauque qu’il a fini par émettre pour jaillir dans la bouche soyeuse, a été la chose la plus humiliante que j’ai vécue dans ma vie. Alors que je pensais m’en être dépêtré une fois pour toute, la jalousie est revenue acérée alors que mon propre zizi battait en vain sa frustration dans le vide !

Ils sont alors passés au lit. Ce fût un nouveau choc : il y a une grande différence entre supposer et entendre. Claire ne retenait pas ses cris. Elle n’a jamais été comme cela avec moi… à émettre tant de feulements enjoués ! Il devenait « réel » à mes oreilles à quel point elle adorait se faire prendre par la grosse queue de Monsieur.

Ils baisèrent plusieurs fois d’affilée avant de finalement me laisser seul. Claire m’a prévenu « Nous partons dîner, Pierre, et je reviendrais te chercher après… ». Et quand elle est revenue, j’ai du finir de boire ma lie en avalant docilement le contenu froid de la capote qu’il avait laissé…

Ca y est : le soleil apparait et me réchauffe déjà le corps de la froideur de la nuit. Dur régime que le chenil « intégral » mais je crois que le côté masochiste au fond de moi reste ravi du traitement subi. L’esprit conscient lui a besoin de savoir qu’il ne peut pas y échapper, que c’est la volonté de l’autre, pour accepter et cesser de s’inquiéter en spirale sans fin sur son destin.

Le plus dur finalement est ces longues heures où je reste isolé du reste de la communauté. Je regarde longuement avec envie la lumière à travers la haute lucarne de l’escalier de mon côté dans l’incapacité de connaître quels plaisirs s’y déroulent sans moi.

Après mon asservissement, je suis resté 213 jours - quasiment 7 mois ! - pour être autorisé à éjaculer à nouveau.  Je n’y espérais plus et finissais par déprimer… Et les traites à la prostate prodiguées par Claire si elles vidangeaient efficacement les canalisations, me laissaient dans un état de frustration totale et extrême, à chaque fois. J’ai fini par m’enquérir auprès de Claire de l’avenir de mon zizi :

- Pour l’instant c’est compliqué du fait de la complexité de ton verrouillage. Malgré mes questions, Monsieur ne veut décidemment rien avoir à faire avec ta sexualité. Et je crois aussi qu’en Mâle, il se sent rassuré de savoir le pénis d’un éventuel rival empêché. Maitresse vit sa grossesse heureuse et ne semble plus trop s’occuper de notre sort. Quant à moi, tu sais combien il m’est important que tu sois un petit mari soumis bien élevé… Mais ne te t’inquiète pas, j’y travaille…

Ne jamais pouvoir sortir de la cage n’est pas sans conséquence. Heureusement je ne me suis jamais trop blessé dedans. Les pointes m’ont été retirées au bout de ma période initiale de matage à la niche. Mais il y a quelques problèmes annexes comme la repousse des poils. Impossible d’être rasé en cage. Claire a trouvé une solution simple : la crème dépilatoire injectée sous la cage avant un rinçage abondant !

Le déblocage de ma situation - si j’ose dire – est venu d’une visite de Claire auprès de Maîtresse Emilie lors d’un week-end prolongé à l’automne où je suis resté consigné à la maison avec les enfants, et il m’a été présenté à son retour sous la forme notarié. Monsieur avait aussi fait partie du nouvel arrangement. Je suis nu à genoux à écouter Claire.

- … en bref, Maîtresse Emilie me cède la propriété totale de ta personne et prend dorénavant un rôle de ta marraine en soumission, celle à qui tu pourras demander conseil, quand cela n’ira pas. Monsieur m’a rendu sa clé à la suite d’engagements que j’ai pris librement à son bénéfice.

- Lesquels ?

- Oh, je ne suis crois pas que tu sois en droit de les savoir. Mais si tu imagines un peu, tu comprendras que cela à voir avec une forme d’exclusivité que je lui accorde. Heureusement pour toi, il n’est pas du tout dans l’idée du mariage ou même de vie commune. Sa motivation pourrait se résumer au rêve de tout Mâle : avoir à sa disposition, et en exclusivité, une femelle dévouée pour la prendre par tous les trous sans préavis, et sans concession d’aucune sorte, même si je suis fatiguée et même si j’ai mes règles. Et crois il ne s’en prive pas…

J’avais l’impression de découvrir encore une nouvelle Claire, version chienne lubrique. Je la regarde décontenancé par ses propos. Elle s’est penchée alors à mon oreille…

- Et ne te fais pas d’illusion… J’adore quand il me défonce sans précaution, la bouche, la chatte ou le cul. J’ai appris à l’avaler complètement. Et crois-moi la longueur fait une de ces différences ! Il m’a fallu tant d’années pour comprendre qu’il y a finalement 2 types d’hommes : les gentils et attentionnés comme toi à petit machin entre les cuisses et les vrais Mâles sauvages à grosse queue qui donne tant de plaisir. Ceux-là ne font pas la conversation ; ils baisent comme des Dieux ! 

Définitivement humilié, j’ai baissé les yeux pendant que Claire se relevait.

- Tu vois la chance que j’ai de disposer maintenant de ces 2 types d’Hommes aux qualités complémentaires. C’est finalement la loi de nature : les petits zizis doivent être soumis et je dois me dévouer aux vraies queues, les seules  que j’accueillerai dorénavant. En conséquence de tout cela, je me retrouve seule Maîtresse à bord pour l’éducation de ton zizi et pour le petit homme qui va avec…

Cela faisait maintenant 5 mois que j’avais le zizi sous clé et les choses ont rapidement évoluées pour moi… D’abord le marquage de sa pleine propriété. Elle m’a emmené quelques jours plus tard me faire tatouer après m’avoir fait poser une RTT à la dernière minute. Je suis maintenant tatoué « petit homme soumis propriété de Claire » suivi de son nom de jeune fille, à deux endroits, sur le pubis et la fesse droite. Et elle a fait poncer in vivo sur la cage l’ancienne propriété de Maîtresse Emilie. 

C’est une femme qui opérait et je n’en menais pas large d’être exposé en soumis ainsi aux yeux extérieurs. C’est à partir aussi de ce moment que Claire a adhéré à un cercle de Dominante où elle m’emmène retrouver, toujours aussi honteux, mes « congénères » une à deux fois par mois, quand nous pouvons nous débarrasser temporairement des enfants…

Mais le plus dur à supporter est le collier qu’elle me fait (sup)porter en permanence, tant il s’attaque à mon image sociale. Extérieurement, ce n’est pas un collier d’esclave du XIXème siècle, mais intérieurement pour moi il l’est : ras du cou avec une plaque qui pend devant, une sorte de figure ethnique maori, symbolisant l’amour, qui intrigue tant les gens. Je dois me justifier en permanence devant les enfants, les amis, la famille, les collègues qui me demandent ce que c’est. « Une preuve d’amour », je leur réponds, en passant sous silence que le recto de la plaque porte mon statut d’homme soumis et le nom de ma Maîtresse, et que le fermoir sur ma nuque n’est pas un fermoir classique, mais un système d’écrou qui ne peut s’enlever sans une clé spéciale dont seule Claire sait où elle est cachée.

C’est globalement une période très heureuse qui s’est ouverte à partir du moment où ma propriété a été transférée. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus de « rencontres à la caisse » en préambule du week-end qu’elle va passer avec Monsieur chaque mois, justifié auprès des enfants par une passion soudaine pour les stages d’écritures, au point que cela leur parait maintenant naturel que leur Maman disparaisse régulièrement. Non la « caisse » m’est imposée pour me rappeler cruellement ce qui m’est interdit sans que jamais je puisse voir Monsieur.

Mais plus que cela, Claire veut maintenir l’équilibre entre ses 2 types d’hommes, ne pas faire oublier à l’un que l’autre existe dans sa vie. En plus des jeudis soirs, des week-ends de la « caisse », il se rajoute maintenant les 12 à 14, ou les 6 à 8, qu’ils me font organiser au vu de leurs plannings respectifs. Le comble de l’exploitation du cocu ! Mais savoir quand ils sont ensembles m’évite de trop angoisser en attendant à la maison avec les enfants…

Cette période a aussi coïncidée avec des évolutions dans nos carrières respectives, sous la forme de 2 promotions proposées par chacun de nos employeurs. Claire a accepté la sienne avec enthousiasme et m’a fait refuser la mienne, qui m’aurait trop éloigné de la maison et pris du temps. Mon patron n’a pas compris mon refus poli, que j’ai eu tant de mal à formuler, et a finalement donné le poste à un collègue ravi. Plus tard, du fait de sa grosse augmentation reçue, Claire m’a même demandé de passer à 80% le mercredi pour m’occuper des enfants et m’avoir à disposition le mercredi matin au besoin. Une conséquence amère de ma soumission que je vis toujours aussi mal…

- Et peut-être un jour, je te demanderai de tout simplement arrêter de travailler à l’extérieur…

C’est cela la vie de petit mari soumis, des choses auxquelles on adhère sans s’en rendre compte et d’autres que l’on regrette amèrement, nostalgique de sa vie d’avant. C’est comme une sorte de toboggan en spirale que Claire me fait descendre peu à peu, à coup de tours de vis progressifs ou brusques. Cela attaque à tous les domaines de sa vie, la sexualité d’abord, mais aussi son indépendance financière, administrative, de temps libre… Tout y passe sans que je me rende compte, ne regrettant plus que le dernier coup de vis et jugeant normaux les coups de vis préexistants…

Ma sexualité a été totalement chamboulée. Mon pénis est nié en permanence et j’ai même été percé au gland pour plus de sécurité, moi qui avais une sainte horreur des mutilations au corps. Claire ne m’autorisera plus jamais aucune pénétration : je dois en faire mon deuil. Par contre, j’ai été dressé à sucer Claire des heures durant si c’est sa volonté de manières de plus en plus sophistiquées et ritualisées, à tout moment et en tous lieux. Et devoir faire un quick cunni aux toilettes handicapé du supermarché pendant les courses de la famille, est une épreuve des plus éprouvantes.

Avec le cunni, ma sexualité de base est devenue la sodomie de mon cul plusieurs fois par semaine par le gode ceinture de Claire. Et là le slogan semble être devenu : plus long, plus gros, plus fort !

- Tu t’es fait enculer par une grosse bite à mon insu. Moi je te l’aurais interdit. Alors c’est ta faute si je dois pendre du très gros pour que tu le sentes passer…

Elle doit d’ailleurs m’attacher pour que je ne puisse pas m’y échapper. C’est puissant, c’est violent et j’ai fini à la longue par craindre quand elle me « saute » avec un enthousiasme dominant ne se gênant plus d’obtenir un orgasme de ses vilainies sur son petit mari…

C’est dans ce contexte qu’au bout de 213 jours, j’ai enfin  pu éjaculer quasi naturellement de mon zizi. Claire me l’avait annoncé une semaine à l’avance et me tenait sage comme une image pour ne pas lui donner une occasion d’encore le reporter.

J’avais hâte le mercredi matin d’être enfin libéré, mais Claire m’a surpris en me demandant de me préparer à sortir. J’ai cru à une dernière épreuve pour me tester mais non, nous avons roulé une demi-heure en dehors de la ville pour arriver finalement dans la cour d’une ferme !

- Pourquoi t’en étonnes-tu ? Où pourrait-on te traire si ce n’est dans une ferme laitière ?

Là j’ai tiré un peu la gueule et encore plus quand la fermière est venue à notre rencontre. Une femme très boulotte, aux formes gonflées et au visage particulièrement moche. Le pire c’est qu’elle parle si vulgaire. Mais elle a une qualité aux yeux de Claire et des autres Maîtresses de femmes qui amènent leur petit mari là : c’est qu’elle fait filer doux son mari à la ferme à coups de ceinture ! Claire est repartie immédiatement en voiture, me laissant seul face à la fermière.

- Bon toi, le petit connard, tu te fous à poil !

Moment difficile pour un petit mâle même soumis. Le froid de novembre me saisit d’emblée, mais il n’y aurait pas besoin de cela pour que mon zizi n’en mène pas large. 

- C’est sûr qu’avec ce matos, il ne faut pas chercher bien loin pourquoi ta Maîtresse est partie retrouver sa vraie belle queue !

Petit coup de chaud d’humiliation. Une baffe me fait mettre à terre en « animal à traire ». Je me vois équipé d’un collier d’un jeune veau et la fermière m’emmène dans l’étable…

J’y suis attaché à 4 pattes en attente entre les brebis qui curieuses viennent me lécher la peau. Claire a disparu et la fermière me laisse en attente, non sans me gratifier d’une tapette sur les fesses, le temps de réaliser la traite de son troupeau … Je « passe » après toutes femelles… sa façon à elle de me dire son mépris des hommes.

Cela m’a fait drôle d’attendre mon tour dans l’étable. Il y faisait certes plus chaud mais les fortes odeurs prenaient à la tête. C’était si humiliant d’être rabaissé ainsi ! J’étais cependant impatient de pouvoir enfin gicler !

Quand le troupeau fut fini, 2 heures plus tard, cela a été mon tour. La fermière est venue me chercher dans l’étable et m’a emmené à 4 pattes dans la salle de traite. J’en menais vraiment par large. Heureusement Claire était là de retour d’une visite rapide à Monsieur « très bonne » comme elle a répondu à la fermière. A l’entrée, je suis monté une plateforme…

- Il te faut lui décapsuler le « pis ». Mais le petit connard si tu y touches, je te garde une semaine à l’étable !

Cela me fait tout drôle de ne plus sentir la pression habituelle de la cage. Je me sens si nu sans… La fermière vient me reprendre au collier et m’emmène au dernier poste de traite, dans lequel je suis immobilisé d’une chaine prise à l’anneau du collier, le derrière vers la fermière en contrebas. Je tremblais un peu et encore plus quand elle m’a saisit le paquet des couilles…

- Mais c’est qu’il y aurait beaucoup de lait de « cocu » dedans. Je reste toujours aussi étonné combien les petits zizis encagés peuvent faire autant de réserves… Je le trait à sec ?

- Oui à sec s’il vous plait…

- Viens-là toi !

Elle m’a tiré les pattes pour m’amener au bord de la fosse, puis tout s’est passé très vite, juste le temps de frissonner quand sa main gantée m’a graissé le pis et me le fait dresser et hop j’ai été avalé par le faisceau trayeur. 

La traite mécanisée est surprenante au début. C’est comme une branlette très vigoureuse, un peu trop même. Je préfère - ou préférais – prendre mon temps au début. Le vide du système fait le même effet qu’un tube agrandisseur de pénis : il dilate à mort les corps caverneux, un peu douloureusement. Et puis cela monte, cela monte surfant sur la frontière douleur/plaisir. Pour cette découverte, j’haletais rapidement  mon plaisir crescendo…

- Je trais mon connard de mari depuis 25 ans. Parfois je le bâillonne mais j’aime bien aussi l’entendre minable à couiner dans la trayeuse. Pas besoin de cage pour lui. De toute façon, il y a 25 ans cela n’existait pas. Il suffit juste de s’assurer qu’il n’aura jamais rien à juter en le trayant  très régulièrement, plusieurs fois par jour même si je le surprends à bander… Ton mari lui a de la chance un petit tour chez Maggie et il pourra se reposer des semaines  dans sa cage…

La trayeuse était sur le point de m’achever. Je trémoussais du cul, de façon incontrôlée,  en sentant le sperme monter lentement…

- Bah, on dirait que le petit connard va gicler… attends je vais t’aider…

Elle m’a enfoncé son doigt ganté dans l’anus d’un coup ! Cela m’a surpris et déstabilisé : j’ai envoyé dans le trayeur mon « lait » sans obtenir le plaisir que j’en attendais. Un orgasme à demi-ruiné qui m’a été volé et le pire c’était que la machine ne s’arrêtait pas. Elle continuait une douloureuse masturbation de mon sexe, post éjaculation m’arrachant des petits cris.

- Profite, profite. Cela fait du bien, hein ? 

Elle me laisse « profiter » 5 minutes de la caresse inacceptable avant de reprendre la parole.

- Tu as dis que je le voulais que je le trais à sec ?

- Oui.

- Bah comme tu voudras mais il ne va pas aimer...

Elle a alors passé une barre de bois sous ma taille avant de presser sur mon anus ce qu’elle appelle un « éjaculateur ». Il a forcé pour me pénétrer et aussitôt j’ai senti les contractions incontrôlées de mes muscles et sphincters, extrêmement douloureuses, créées par ce qui était une sonde anale électrique, comme je comprendrais plus tard sur l’ordinateur du travail. Tout mon sperme était tiré comme on tirait dans la ferme ceux des taureaux ou des verrats reproducteurs quand les méthodes naturelles échouent.

Mon corps s’est effondré sur la barre de bois dont je comprenais maintenant l’utilité et la trayeuse ne cessait pas d’aspirer tout ce qui sortait de mon pis. Je criais, hurlait bientôt au point que Claire dût venir me donner du courage d’une caresse dans les cheveux. Au point que tout ce qui avait été accumulé dans mes testicules depuis tant de semaines sortit avant que la sonde fût retirée. 10 ml au total dans la fiole de traite ! Gardé pour « nourrir » le mari…

Il restait encore à remercier la fermière de ma traite la tête coincée entre ses cuisses pour un des pires cunnilingus que je n’ai jamais dû « offrir » dans le gras, l’odeur et les déferlantes de mouilles désagréable. Et il en sera ainsi les 6 autres fois où Claire m’en amené me faire traire à la ferme...

Je suis sorti de cette première fois, exténué du processus de traite qui avait été intégralement filmé par le téléphone de Claire pour être mis sur son blog, que je n’ai jamais vu. Elle y raconte en menus détails mon dressage et y attire à ce quel me raconte une partie de ses congénères Dominantes et un tas de petits mâles en recherche du frisson de soumission donc elle doit filtrer les commentaires « Si demain, je veux me débarrasser de toi, il y a un tas de garçons prêts à prendre ta place… »

Globalement je suis trait in-vivo toutes les 4/5 semaines tant que je me comporte bien à la maison, mais toujours dans l’humiliation qui semble maintenant sans limite à Claire. Ejaculer en me « frottant » contre sa bottine, en baisant une poupée gonflable. Les traites manuelles à l’ancienne sont rares donc très appréciées de ma part même si Claire utilise un gant épais pour cela. Et puis il y a les jeux au club des Dominantes dont le plus cuisant est « les culs alignés » que j’ai perdu une fois. 

Nous sommes 5 soumis courbés au dessus d’une table de ferme, bâillonnés, aveuglés, empêchés d’entendre par des boules quies dans les oreilles, à présenter aux mains de Dominantes nos sexes décagés. Chaque couple zizi/Dominante est choisi au hasard avec la règle qu’il ne peut s’agir de sa propre Maîtresse. Au top, chacune branle le zizi devant elle. Elles varient les situations et nous ne le savons jamais à l’avance à quelle sauve elles vont nous traiter : cela peut être par exemple avec des orties ou un gant à petites pointes.

A ce jeu, il ne faut être ni premier à partir, ni dernier. Quand 4 soumis auront éjaculé, la branlette sera arrêtée pour le dernier qui sera remis en cage sans avoir pu jouir. Et le premier remporte le léchage sur le sol du carrelage, de sa propre tâche de sperme ainsi que celles des 3 autres. Donc tout est capacité de résister aux caresses suffisamment longtemps mais pas trop pour avoir la possibilité de partir. Cela peut paraître simple mais là où cela se complique est que la simulation se fait par vagues rapides de 10, 20, 30 ou 60 s au hasard d’une application sur ordinateur. Sans voir où en sont les autres, il est difficile de savoir s’il faut se retenir ou se laisser aller à la caresse, et parfois la durée de la simulation crée l’incident fatal.

J’ai perdu 2 fois : la première où une excitation initiale de 60s m’a fait partir le premier. Et il y a un mois, où les autres m’ont surpris à partir en 30 + 10s. J’étais le dernier et donc remis en cage sans avoir pu éjaculer. Je suis donc techniquement chaste pour la 11ème semaine…

Au club, les Dominantes se motivent entre elles à nos dépends. Nous avons ainsi eu un jour un concours de goutâge de nectars dorés à l’aveugle avec distribution de coups de cravaches pour chaque nectar non reconnu : 5 pour une faute, 10 pour 2, 20 pour 3, puis 40 pour 4 et enfin 80 si aucune réponse bonne. La première fois, j’ai fait 5 erreurs mais j’ai fait des progrès et trouvent maintenant entre 2 et 3. Il y a aussi le concours de « dureté » qui ne finit pas ravir nos Maîtresses. Chacun est mis en érection au-dessus d’un bol de peinture. Si la dureté est à un moment flageolante, le zizi est marqué et cette manche est perdue. Nous récupérons alors un gage humiliant. 

Il existe aussi un autre jeu appelé : « je mouille donc je suis soumis ». Elle se fait elle en cage, tenue en l’air par un élastique, nous 5 autour d’un miroir rond, les mains immobilisées au milieu du dos. Nous devrons nous concentrer pour faire couler nos zizis encagés sans aucune stimulation. En jeu : + 4 semaines de cage pour le dernier à couler !

J’attends maintenant l’arrivée de mon petit Maître dans le chenil. J’ai bien dit mon Maître car dans cette improbable communauté à 4 j’ai récupéré la place la plus inférieure. C’est son heure et je soupçonne les femmes de l’exclure de leur nuit passée ensemble. L’une et l’autre apprécient tant les plaisirs matinaux.

Etonnante évolution de ma relation avec Hervé d’ailleurs. Même dans mes plus fous fantasmes ou cauchemars, pas une seconde je n’aurais imaginé cela ! Qu’il finisse par abuser sexuellement de moi… Je ne crois pas qu’il soit pour autant devenu bisexuel, sans doute beaucoup moins en trouble que moi sur son identité sexuelle. Mais les faits sont là, il se fait sucer et je recueille sont sperme dans ma bouche, ou il me saillit le cul jusqu’au dénouement. Je suis en quelque sorte devenu sa tapette à foutre quand les femmes se font exclusives.

Cela a commencé un week-end quand nous sommes allés les voir pour la naissance du petit Arthur. Il était heureux certes mais avec un fond de tristesse sur sa paternité par procuration. Et je veux bien le comprendre : avoir une descendance est une chose importante dans l’accomplissement de la vie d’un homme et là quelque part, je venais ternir cette joie primitive.

Claire était partie chercher Emilie à l’hôpital en emmenant les enfants. Nous étions seuls à la maison à encore fêter une peu alcoolisés la naissance de petit merveilleux. Nous discussions de nos Maîtresses de femmes et de leurs penchants  sur leurs petits maris soumis. Cela a glissé sans que je m’en rende compte sur un détail d’un banc de sodomie profonde au garage. A l’origine un simple établi de bricolage avec des possibilités astucieuses d’immobilisation que j’ai demandé à Hervé de me montrer.  Emilie et Hervé ont évolués de façon étonnante depuis l’épisode de l’Etang, vers plus d’égalité sexuelle. Et si Madame aime toujours autant se faire sodomiser à fond, Monsieur apprécie de se faire prendre régulièrement le trou au strapon.

Nous sommes descendus au garage. J’ai voulu tester ce « fameux » banc et me suit retrouvé sans difficulté courbé et attaché sur l’établi… La suite est malheureusement trop claire dans mon esprit. Hervé m’a détaché ma ceinture et descendu mon pantalon et mon caleçon. J’ai protesté : « hé, que fais-tu ? ». Il n’a pas dit un mot alors qu’il lubrifiait mon anus. Je croyais encore à un jeu maladroit mais j’ai alors senti son pénis tout dur pousser sur ma rondelle. J’ai hurlé : « Non ! Non ! Non ! Je ne veux pas… », alors qu’il me pénétrait. Et encore « Non tu n’as pas le droit ! » alors qu’il me baisait le cul.  Les râles de jouissance d’un ami qui vous force est chose difficile à entendre. Pas de processus de sublimation d’humiliation là. Juste la douleur et la honte de se faire violer par celui qui est son ami !

Il m’a finalement laissé et est remonté. Je tremblais. J’avais froid. J’étais complètement déboussolé. J’ai appelé Emilie pour tout lui raconter.

- Reste là : nous sommes sur le chemin de la maison…

Je me suis réfugié au fond de leur jardin, dans l’incapacité de me calmer. Claire m’y a rejoint et m’a demandé de tout lui raconter depuis le début, ce que j’ai fait en pleurs pendant qu’elle me consolait.

- Attend-moi. Je reviens bientôt… après être sûre d’avoir tout compris avec Emilie.

Elle est revenue mais pour me dire de rentrer, de prendre une douche et que nous reparlerions de tout cela, une fois les enfants couchés. Ce qu’Emilie et Claire firent en mode Maîtresses :

- Nous avons pas mal discuté en aparté. Et nous nous sommes accordées. Premièrement, Hervé n’avait pas le droit de te violer le cul de cette manière. Il sera donc puni de 3 mois de chasteté totale en cage ce qu’il n’a jamais subi. Secondement, il apparait qu’il a des conséquences atténuantes et vit très mal qu’il soit incapable d’être le géniteur de son fils. Il y a donc beaucoup d’inconscient dans ce qu’il t’a fait subir, en symboliquement giclant en toi son sperme pour boucler la boucle avec le sperme que tu as giclé en moi pour participer à concevoir Arthur. Il redevient ainsi symboliquement son vrai père. Nous pensons que nous devons garder le juste équilibre entre nous 4. Donc Hervé de te présentera formellement ses excuses ce soir. Ta bouche sera sa dernière jouissance avant 3 mois de désert. A avaler bien sûr. Et nous croyons que cela ne suffira sans doute pas. Donc à partir de cet instant, Hervé gagne un droit total de cuissage sur toi.

Même pas puni à la canne ? J’ai quand même voulu protesté que je ne trouvais cela pas équitable, mais une cinglante gifle de Claire en retour m’a coupé toute véhémence. Le « jugement » s’est déroulé comme annoncé. Hervé a présenté humblement ses excuses et je l’ai sucé jusqu’au bout. Il a été finalement enfermé sous clé pour 3 mois, mais s’est bien vengé sur mon cul lors du séjour à l’Etang l’été dernier. Sauf que cette fois, il n’est pas au courant mais Emilie a prévu de lui faire la surprise de lui offrir un vrai dépucelage de cul par Monsieur Jean pour son 40ème anniversaire qui tombe dans 2 jours. J’en rigole d’avance…

Depuis, il est devenu « habituel » qu’Hervé profite de mes faveurs quand nous sommes ensemble. Comme je disais, c’est une évolution étonnante qui finalement ne m’effraie plus, de connaître si intiment et sexuellement mon ami. Il est comme un autre quand il prend égoïstement son plaisir de ma bouche ou de mon cul, mais arrive à redevenir le bon copain après. J’ai maintenant, comme une sorte, d’addiction à son « saint » pénis. Peut-être même, quelque part, comme un sentiment de respect  un peu amouraché maintenant.

Je suis heureux quand il me rejoint le matin, mettant fin à ma solitude. D’ailleurs le voilà ! Je suis un chien sans queue mais je la remuerais bien pour lui faire sa fête ! Il s’est habillé à la vite. Il rentre dans ma cage sans un mot. Les mots ne sont plus nécessaires entre nous… Il me détache le collier du câble et je me mets à genoux à ses pieds. Il se déboutonne et met son sexe à l’air. Je sais ce que j’ai à faire.

Depuis longtemps, il ne porte plus de cage mais un simple et très symbolique anneau d’appartenance autour de ses couilles. C’est lui qui l’a proposé à Emilie. Contrairement à moi, il est donc libre de bander. J’embouche son sexe encore rabougri pour recueillir à la source son urine amère du matin. J’adore cela. Je me sens moi-même en faisant cela… J’avale tout son flux en bon petit soumis excité, avant d’avoir la joie de le sentir se gonfler à la fin de la miction alors que je le garde en fond de bouche. Je le suce avec avidité jusqu’à ce que je recueille sa semence dans ma gorge. Je me sens dévoué et utile à lui donner du plaisir, une autre forme atypique d’amitié poussée entre 2 hommes.

Puis vient le moment quotidien de discipline qui lui ait dévolu pendant ces vacances. Je suis transféré avec mes chaînes dans l’atelier, où Hervé a bricolé, lors de notre séjour de l’an dernier, une sorte de carcan avec 2 planches, installé entre 2 poteaux. Il me fait relever, mettre tête et mains dans les demi-trous avant de refermer et m’immobiliser. Son truc à lui c’est le strap de cuir souple qui m’attend sur un clou devant moi. 

Malgré les années, j’ai toujours la même boule au ventre quand je vais être frappé. Je le regarde le prendre avec appréhension et disparait de ma vue. Je sais parce que Claire me l’a dit qu’Hervé n’aime pas me faire mal. Elle l’a rassuré en lui disant que j’en avais besoin et qu’elle comptait sur lui. Besoin ? Claire a forcément raison malgré moi. Je crains d’y passer avant mais j’aime me retrouver pendant à voguer en état second dans les méandres de mon esprit compliqué. Je tremble néanmoins, tremblement arrêté de sa main ferme sur mes fesses, une des choses les plus follement érotiques que j’ai appris à connaître et qui déjà me fait bander comme je peux dans ma cage.

Ma bandaison tombe vite quand il commence à aplatir de toute sa force la lanière de cuir sur mes fesses. Je crie comme il aime me faire crier. Son travail au corps commence précis et exigeant, jouant de mes réactions incontrôlées, me ramenant sans cesse, d’un coup à droit ou à gauche au centre de sa cible. Une bonne raclée, même de discipline, se doit d’être un matage en règles. J’aime sentir que je n’ai pas d’autres choix que de subir. Aucune échappatoire possible. Et au fil du temps, il se révèle très doué pour cela. C’est parce qu’il m’aime et me respecte, qu’il réussit à se sublimer pour m’emmener loin. « Qui aime bien, châtie bien »  le proverbe n’a jamais été aussi vrai…

Je finis comme chaque matin les fesses rouges et brulantes, striées de nouvelles marques qui font ma fierté de soumis. Il repose le strap et passe à la suite, à la « monte » de mon cul bien chauffé à sec. Nous utilisions du lubrifiant avant, mais cela correspond finalement plus à mon état d’esprit que de le sentir me forcer à vif ! 

J’adore le sentir m’écarteler les chairs internes et progresser de rupture en rupture. Je serre les dents attendant le moment où il me sera presque agréable. Il est arrivé au bout. Je sens le verrou de son anneau m’écarter la raie. Et là comme à chaque fois, il commence à coulisser d’abord douloureusement avant mon plaisir infini de se faire prendre le cul. C’est à ce moment que les femmes apparaissent…

- Salut les garçons ! Bien dormis ?

Hervé s’immobilise le temps de claquer la bise à sa femme et à Claire. Il doit se tourner à demi pour cela et j’adore la sensation de sa bite qui dérape dans mon conduit interne et pousse sur les muqueuses.

J’ai hâte de retrouver ma Claire mais la tête coincée dans le carcan, je ne peux la voir. Elle l’a compris et s’avance à mes devants. Elle a un sourire radieux, le corps nu juste couvert par une veste de coton blanc qui protège son ventre enceint de 6 mois que l’on voit bien maintenant.

Claire m’embrasse sur la bouche !!

-Bonjour à mon petit toutou  favori. Il a bien dormi ?

Je réponds par un ouaf-ouaf qui la fait sourire. Si vous avez suivi notre histoire de vie, vous savez déjà que chez nous cela ne fonctionne pas totalement comme dans le reste de la société, ou plutôt les limites que nous nous mettons vont bien au-delà de celles « bonnes-mœurs ».  Là il y a eu la confluence plusieurs choses. L’envie de Claire d’être une dernière fois maman d’une ou d’un petit bout, avant le voile de la vie qui passe, surtout après voir vu Emilie le devenir. La relation de Claire avec Monsieur a pris une tournure sentimentale que j’ai vu peu à peu s’établir. Cela m’a inquiété au début, mais après j’ai compris que ma Claire pouvait être finalement poly-amoureuse.  Tout cela a aboutit au désir fou d’avoir un enfant de Monsieur…

Je n’étais pas au courant au début, de toute manière, qu’est-ce que j’aurais pu dire ?  C’est un peu l’arroseur, arrosé, ou le fouteur, foutu. Je ne suis pas le mieux placé pour le reprocher d’abuser de sperme baladeur ! 

Mais tout cela nécessitait l’accord de sa propre Maîtresse et il a bien fallu qu’elle passe à table.  Et comme toujours Maîtresse Emilie a organisé les choses en discutant des conditions avec Monsieur. Pour ce que j’en sais l’idée de concevoir lui a plu, mais - grand heureusement pour moi ! –il ne souhaite pas vivre avec la mère, n’envisageant pas de relation en couple permanent. Je ne sais pas ce qu’aurait fait Claire s’il y en avait été autrement… 

Donc voilà ce qu’il a été convenu et que Claire m’a annoncé le soir où j’ai découvert, de ma bouche et de ma langue, que Monsieur ne mettait plus de capote pour lui prendre la chatte. Pour protéger la fratrie, j’élèverai cet enfant comme s’il était le mien. Monsieur deviendra le parrain. Il parait qu’un enfant sur 10 n’est pas de son père, cela sera mon cas, en toute conscience. Mais des conditions spéciales visant à me maintenir dans mon statut de mari soumis ont été mises en place.

La première est que je n’ai pas eu le droit de savoir avant la 12ème semaine  - délai maximal pour l’avortement  - que Claire était enceinte. La deuxième est que maintenant, Claire me fait systématiquement la nettoyer des jouissances de son amant entre ses cuisses quand elle revient. Elle trouve cela très symbolique que je passe en dernier et orgasme beaucoup de cette situation. C’est Monsieur qui l’accompagne aux visites de suivi de grossesse, et non moi. Comme il assistera à l’accouchement de notre enfant. Claire m’a dit de m’attendre que, pendant ce temps, je sois remisé à la niche du sous-sol...

J’ai un sentiment paradoxal sur cette situation. Je crois que j’ai envie d’avoir un 3ème enfant à élever et que m’importe qu’il soit d’un autre. Mais d’un autre côté, je reçois l’humiliation qu’il soit d’un autre qui baise ma femme.

Claire me prend le visage entre les mains pour le « final » d’Hervé dans mon cul. Il me pistonne violemment et je sens ses boules taper sur ma raie. J’ai du mal à ne pas laisser échapper de mes lèvres mon plaisir d’être baisé, tout en étant rouge de honte que ma Maîtresse me regarde particulièrement dans cette situation…

Hervé finit par exploser en moi et je goutte une nouvelle fois l’humiliation brute sous les yeux de Claire. Il était temps car mon sexe encagé n’en finissait pas de couler de plaisir épicé. J’ai crains même de partir en cage à un moment, et ça c’est une ligne rouge qu’il m’est interdit de franchir…

- Tu sais que tu es beau mon amour, quand tu jouis de te faire baisser… allez il est temps de laisser mariner tout cela…

Elle me surprend à m’enfiler le plug verrouillable qui se déploie dans mon rectum. Elle me retire du carcan elle-même avant de me ramener dans le chenil, pour me rattacher au câble. Je laissé de nouveau seul alors que les autres vont déjeuner…  Je sais qu’on ne m’oubliera pas et que j’aurai droit à mon assiette de pâtes froide plus tard dans la matinée. 

Je me concentre sur le chant des oiseaux, mes compagnons de chenil…

Je m’appelle Pierre Berthiault et je vais volontairement passer le reste de ma vie en soumission aux Autres. J’ai eu la joie et la sagesse d’épouser une merveilleuse femme, Claire, qui est devenue ma vraie Maîtresse de femme au tournant de notre vie…

Même enfermé au fond de mon chenil, je n’ai jamais été aussi heureux et en accord avec ma vraie nature d’homme…

Je t’aime tant, « ma » Claire ! 

Je vous vénère aussi mes amis, Maîtresse Emilie et Maître Hervé.

Et je vous remercie, Monsieur, de si bien s’occuper de Claire et de me donner un 3ème enfant à élever. 

Merci à tous de m’avoir emmené là où j’en suis…  

 

THE END

   That's all folks

 

dyonisos


-> Les autres petits contes D/S

Par dyonisos - Publié dans : Petits contes D/S
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 5 juillet 2016 2 05 /07 /Juil /2016 15:33

10 avril

- Chut lève-toi en silence et laisse dormir Claire qui en a grand besoin…

Il doit être 9 heures. Quand elles ont finalement arrêté de s’occuper entre elles, j’ai mis longtemps pour pouvoir m’endormir avec un zizi en feu dans sa cage qui ne voulait pas redescendre… Je suis crevé moi aussi de toutes les émotions de la nuit. C’est chose extraordinaire, à échelle d'homme, de voir sa femme faire l’amour avec une autre…

Maîtresse me dirige vers la salle de bain de l’étage. Elle est totalement nue à l’exclusion du pendentif avec la clé de la cage. Je remarque immédiatement ce détail.

- Installe-toi dans la douche, couché sur le fond…

Je me glisse avec quelques difficultés, les muscles encore endoloris de ma nuit difficile. Maîtresse prend son temps à se préparer et revient finalement avec ce que j’identifie comme un test de grossesse…

- Le plus sensible du marché, à faire à la première miction après la nuit ! Il est indispensable de tout tenter avant que nous nous séparions, afin de savoir si la semence a bien prise…

Elle me domine, mon corps entre des jambes. Je la trouve particulièrement excitante ce matin et je bandouille déjà dans ma cage. Maîtresse retire le capuchon et dirige son urine sur l’embout. Le jet tombe ensuite en cascade sur mon corps : c’est très possessif comme réveil !

Je me souviens que pour notre premier enfant, Claire avait fait de même. Enfin pas tout à fait : je n’étais pas en esclave nu à marquer à ses pieds. Je me souviens aussi que le résultat du test est infiniment long, à esprit d’homme. Mais là c’est différent : je ne serais pas fier d’être papa ; je serais heureux que Maîtresse obtienne ce qu’elle était venue prendre de moi…

Certains moments dans la vie se passe au ralenti. C’est le cas de celui-ci où le temps s’étire et ne semble plus avancer. Maîtresse a les yeux rivés sur le test, et moi sur son visage. Nous sommes de fait impatients tous les 2 de savoir si j’ai bien donné…

Finalement au bout de longues minutes, le visage d’Emilie s’éclaire d’un éclatant sourire !

- Cela a marché ! Ton sperme est vraiment merveilleux et rattrape les années à contempler avec Hervé ces tests tous plus décevants les uns que les autres…

Et là il se passe quelque chose de tellement spontané que j’en ai le cœur qui chavire. Emilie se couche sur moi et m’embrasse à la bouche ! Je suis si surpris que j’en oublie de résister et mélange avec bonheur et envie ma salive à la sienne. Je sens la clé de cage coincée entre nos 2 corps et cela me donne un fol espoir qui marche ! Car bientôt elle se retourne pour me libérer : je monte mes couleurs haut et fort !

- J’ai envie de toi…

Emilie a ouvert l’eau de la couche et attend son taurillon sous la pluie de gouttelettes chaudes, mains appuyées sur le carrelage et cul en offrande. L’offre est explicite. Je colle mon corps contre le sien et ma main descend naturellement à la recherche de son temple. Au-delà de l’eau qui y ruissèle, il y a cette consistance visqueuse qui plus que tout, me dit combien Emilie est en chaude attente… Je m’introduis dans sa chatte.

- Non, non, pas par là. Plus besoin et je suis déjà trop large pour ta taille. Fous moi là plutôt au cul ! Sodomise-moi à fond !

Il ne faut pas me le dire 2 fois. Je vise sa rondelle et plutôt que d’y rentrer, je suis aspiré dedans. Emilie soupire d’aise pendant que je la pistonne langoureusement et bientôt de grands coups de rein. Sa rondelle qui m’excite la hampe est divine. Je m’enfonce et revient avec délectation sans cesse. Emilie ne se gêne plus pour crier sa jouissance sous la pluie d’eau chaude. La mécanique du mâle se met en place dans mes profondeurs. Je durcis. J’accélère pour porter l’estocade…

- Non, non, ne pars pas encore ! 

Emilie me repousse avant de se retourner pour s’agenouiller. J’ai juste le temps de voir la trace laissée par son cul sur mon sexe, que déjà, elle m’engloutit entre ses lèvres. Ma gêne ne dure pas longtemps, tellement sa bouche est délicieuse. Elle est partie pour la pipe de ma vie, l’eau qui dégringole sur son corps, les yeux levés vers moi, en pure salope. Elle presse, elle suce, elle engloutit tant que j’en perds tout contrôle. C’est moi qui halète maintenant le mâle en jouissance désordonnée, me laissant aller à la moiteur de ce palais.  La fusée du sperme est phénoménale et m’anéantit totalement. Et encore plus quand je la vois en gourmande avaler tout mon jus d’homme !

Je suis essoufflé de toute cette jouissance. Je me laisse savonner érotiquement, puis me rincer. Elle m’essuie d’une serviette alors que ma bite revit sans gêne et montre mon désir pour cette femme que je repoussais avant…

Quand nous sortons de la salle de bain, Claire nous attend au milieu du couloir. Elle semble si défaite et ses yeux sont humides. Elle fixe ma bite en feu. Elle fixe le bâtonnet du test. J’ai pitié pour elle et déjà le remord arrive. Je reste statufié devant la détresse de ma femme. Emilie réagit et l’entoure entre ses bras pour la cajoler…

- Tu as tout entendu, et cela fait mal ?

- Oui…

- Et si tu allais te ressourcer contre l’épaule de ton mari ? Faire le point et redescendre quand vous serez prêt ?

Emilie nous laisse nous retrouver. Nous rentrons dans la chambre sans un mot comme 2 adolescents gênés de se trouver intimement pour la première fois. Sauf que là, c’est 2 soumis qui se retrouvent avec chacun leur collier. Je prends finalement l’initiative de me mettre sur le lit et Claire vient se lover amoureusement contre mon épaule. Sa main s’amuse de mon sexe et je bande naturellement pour ma Claire…

Nous restons ainsi un long moment en silence avant que Claire parle :

- Moi aussi, j’ai envie d’une nouvelle petite tête brune de tes œuvres. Baise-moi, baise-moi fort, s’il te plait…

Nous n’en avons jamais parlé…  Deux enfants nous semblaient à tous les 2 suffisants jusqu’à présent… et pourtant, sans y réfléchir plus d’une seconde, je bascule son corps avant de la prendre avec désir…

Plus tard, une fois les corps apaisés, Claire regarde mon album de mise en soumission. Je ne sais pas si c’était un acte de Maîtresse que l’album traîne sur la commode de la chambre, mais il était là à nous tendre les yeux. Claire l’a trouvé. Je voudrais savoir ce qu’elle en pense, si elle est étonnée, surprise ou déçue. Mais son visage reste impassible de contrôle, m"empêchant de connaître quoi que ce soit… Je reste frustré d’autant plus qu’elle « m’efface » en m’envoyant rapidement et fermement travailler de la langue entre ses cuisses ! J’y retrouve avec grimace mon propre sperme giclé quelques minutes plus tôt et je me dis qu’il m’est finalement plus facile de goûter celui des autres que le mien…

Je serais bien resté toute la journée sur ce lit, mais Claire en a décidé autrement : « Non, nous avons une Maîtresse qui nous attend ! ». Nous nous retrouvons agenouillés devant le fauteuil à accoudoirs du salon où siège Maîtresse Emilie en Déesse. Je suis troublé d’être en soumission à côté de ma femme, devenue à ma grande surprise aussi soumise que je peux l’être…

Maîtresse relit le contrat de mise en soumission que Claire avait préparé à mon intention. Je ne sais pas où elle l’a récupéré, sans doute dans les affaires de Claire…

- Tout cela me semble bien pensé et équilibré. Je ne vois pas pourquoi je ne vous donnerais pas mon accord… Cependant je vais user de mon bon droit pour rajouter quelques amendements.

Nous écoutons notre Maîtresse avec grande attention.

- Viens ici petit esclave me servir de table.

Je lui présente mon dos à 4 pattes qui se transforme en écritoire royal. Je sens le stylo qui appuie sur ma peau via la feuille.

- Le premier amendement est que, Claire, je n’ai jamais aimé ton idée d’ascétisme D/S. Je te rajoute donc une obligation de t’occuper avec gaité et enthousiasme de ton petit mari soumis au moins deux fois par mois, le jour que tu voudras ou pourras. Et tu devras ouvrir un blog pour raconter cela et le reste. Toi seule ! Interdiction pour Pierre de lire ce que tu y mettras. D’ailleurs dès ton retour, tu mettras un contrôle parental sur les ordinateurs de la maison ainsi que sur son téléphone. Voire même tu lui supprimeras son smartphone pour un simple téléphone ; tu jugeras. A son boulot, je ne crois pas qu’il y ait un risque qu’il puisse consulter des sites pour adultes. Et ce n’est pas temporaire : c’est définitif ! Fini pour toi, Pierre, les matages sur internet !

Privé de sites SM, oui mais pourquoi ? Je vois, devant moi, le visage de Claire après quelques instants de réflexion, se parer d’un immense sourire avec des yeux éperdus de reconnaissance envers Maîtresse, que je ne comprends pas et je n’aime pas. Je m’agite un peu…

- Calme ! L’objectif, Pierre, est de te désensibiliser à ce que les Maîtresses de fiction font, pour retrouver une virginité de ressentis pour apprécier ce que Claire te fera. En te privant de comparaisons littéraires - l’esprit humain oublie vite - cela devrait diminuer la crainte de Madame ne pas être à la hauteur et la renforcer dans ses actes… Cela te permettra, Claire, aussi de rechercher sans pression des nouvelles idées de jeux et c’est lui qui apprendra à rapidement craindre tes idées et actions ! L’autre point que je trouve intéressant en contexte D/S, c’est que cela rapproche le mari soumis d’un statut d’enfant mineur qui n’a pas le droit d’aller voir sur internet certaines choses sans l'accord de ses parents. J’ai certes 2 soumis, mais je décide là qu’un sera plus soumis que l’autre ! Et d’ailleurs cela me fait penser, Claire, que tu ne vas pas assez loin dans les obligations de Pierre.  Ce n’est pas l’obligation de « respecter toutes tes décisions » qu’il faut mettre mais « l’interdiction de prendre une seule décision de sa propre initiative », la minorité du soumis ne lui permettant plus d’avoir une autonomie de décision. Il devra t’en référer systématiquement et te laisser décider seule pour le bien du couple.

Maîtresse Emilie est peut-être neuve dans la connaissance des mécanismes D/S, mais elle a une intuition dominante naturelle. Je ne sais pas ce que contient d’autre le contrat de Claire mais là je viens de prendre d’un coup, un tour de vis important. Maîtresse semble vouloir aller aussi vite que Claire dans le contrôle… Je me dis aussi, que du haut de ma connaissance actuelle des mécanismes généraux de la domination et soumission, je peux encore avoir ce genre de « commentaires » sur l’évolution de ma situation. Qu’en sera-t-il demain après avoir été asséché de toute connaissance extérieure ? Cette évolution me terrifie un peu….

- Second amendement pour te rappeler ton appartenance de soumise. Le lmjeudi soir, ma soumise Claire ira chez Maître Berchand-Lagutte. Il a d’abord cru à une blague mais quand il a compris que l’offre était sérieuse, il m’a donné son accord enthousiaste. C’est vu avec lui : il t’attendra chaque jeudi à 18h.

Je vois Claire grimacer un peu sans que je comprenne. Je pose donc la question…

- C’est qui ce Maître Berchand-Lagutte ? Un Dresseur ?

Maîtresse Emilie s’en amuse…

- Non, non. Maître car il est notaire, plus particulièrement le notaire où Claire nous a amenés par hasard. Divorcé et donc disponible. Pas besoin d’aller chercher plus compliqué, il a tout ce qu’il faut pour rendre heureuse une femme surtout avec sa particularité découverte fortuitement : le Maître est bien monté ! Je lui ai demandé : 18 x 6.  A ce niveau-là on appelle cela une Bite avec un B majuscule. Le jeudi soir, il aura tous les droits, que je lui confère, d’user de ta personne, même avec une capote pour le devant comme je lui ai annoncé. Tu lui as fait une grosse impression fin décembre… et il a hâte de te recevoir en « privé ». Tu feras évidemment tout ce qu’il te demandera sans rechigner.

Là ce n’est plus une grimace que fait Claire mais une soupe à la grimace ! De mon côté, j’ai un brin de jalousie qui commence à monter…

- Oui je sais que tu crois de ne pas avoir besoin de la grosse queue d’un amant pendant que Pierre est en cage. Que sa langue et les vibros te suffisent très bien… C’est ce que tu crois, mais pas ce que je crois. L’ordre naturel des choses est que les plus grosses queues donnent plus de plaisir ! Il s’appelait comment ton black à l’université ? Ah oui… Luc-Arthur ! Et c’était bon de se prendre la bite de Luc-Arthur ?

Maîtresse regarde droit dans les yeux Claire, qui rougit intensément avant de baisser les yeux de pudeur…

- C’est bien ce que je disais, une grosse queue donne plus de plaisir ! Et puis je ne voudrais pas que « l’éducation » de Pierre, soit troublée au bout de quelques semaines par une basse envie de chatte. Le succès de son éducation doit passer par une détresse de zizi strictement enfermé… D’ailleurs j’ai prévu une garantie, va me chercher le paquet dans le cuisine que Pierre a amené à son arrivée.

Claire s’empresse d’obéir comme s’il été plus facile d’être ailleurs que sous le regard perçant des âmes de Maîtresse. Je découvre qu’il contient une nouvelle cage de métal ridiculeusement petite. Je frémis tant à découvrir qu’elle comporte une longue tige d’urètre et des nombreuses pointes de discipline ! Et je n’ai jamais vu de système de fermeture aussi compliqué.

- C’est ta cage définitive Pierre ! Je l’ai choisie avec soin et un artisan très doué nous l’a réalisée avec soin. Elle a une particularité : 2 systèmes de verrouillage indépendant. L’un au bon soin de Claire et l’autre à celui de ta Maîtresse. Je serais loin et donc pas très disponible, donc tu comprendras donc que j’ai pas prévu que tu en sortes souvent, du moins pas souvent au départ, tant que Claire ne t’aura pas, à ma demande, parfaitement dressé ! Après une fois mon cadenas enlevé, Claire aura tout loisir de te libérer ou non de l’autre système…

Je regarde avec effarement l’engin de torture. Maîtresse Emilie peut-être si différente, de la plus complice à la plus dure. 

- J’ai déjà prévu 10 cadenas à jeu de clés uniques gravés avec un numéro. Claire n’aura pas la clé ; notre cher notaire la gardera et ne la lui donnera  qu’avec mon autorisation quand Claire viendra le voir pour l’usage prévu que Pierre encouragera avec passion car cela sera son intérêt…

Comment cela pourrait-être mon intérêt de motiver ma femme à aller se faire baiser par la grosse queue d’un autre ? 

- Claire, tu seras à chaque visite systématiquement notée pour la qualité de ton « accueil » intime ou ta participation. Une simple note sur 10 écrite au marker sur ta fesse, que je connaîtrai et que Pierre verra à ton retour. La règle est simple : si tu n’obtiens pas 4 semaines à la suite, la note minimale de 7/10, il ne sert à rien à ton Pierre d’envisager que je puisse enlever mon cadenas !

Le mécanisme est diabolique ! Les femmes ne le voient pas dans ma position mais je bandouille déjà  dans ma petite cage, tout en sentant déjà un embryon de jalousie naître en moi. Encore un paradoxe…

Je ne crois pas que devenir encagé cocu n'ait jamais fait partie de mes fantasmes. Sans doute parce que je me disais qu'il y avait zéro chance que cela arrive avec Claire... Mais là cela va arriver avec Claire qui s'y retrouve forcée. C'est une situation au symbolisme fort : le mari empêché, coincé dans sa cage, pendant que la femme va se faire sauter par mieux monté que lui ! Comment peut-on vivre cela de façon répétée ? Dans l'angoisse ? Claire pourrait-elle ne pas revenir un jour ? Je ne crois pas... Pas en laissant sa famille. Mais si jamais elle préférait cette grosse queue à la mienne ? Si jamais ce séjour à l'étang était le chant du signe de mon zizi, condamné à être indéfiniment nié après ? La perspective d'en perdre à terme et à jamais son usage est inquiétante.

- D’ailleurs il est temps que nous fixions les règles d’étiquette entre nous. En mon absence, les amendements sont à suivre de la chatte et du zizi, et pour le reste vous en référerez au contrat que je vais parapher. Par contre en ma présence, la règle suivante s’appliquera : Claire se consacrera exclusivement à sa Maîtresse. J’envisage de t’appeler à mon service une à deux fois par an, seule, sans mari ni enfant. Et j’aimerais beaucoup retrouver mes 2 soumis, une semaine chaque été. Pourquoi pas ici ?

Maîtresse s’arrête un instant pensive.

- Cela sied à mes soumis ?

Je ne sais pas si c’est une question aussi ouverte que cela, mais je n’ai pas beaucoup à y réfléchir car déjà Claire répond un « oui Maîtresse ! » franc et courageux. Je ne peux pas faire autrement que de paraître aussi décidé que ma femme, même si je me demande si tout cela n’est pas trop compliqué pour marcher dans la vraie vie… et dangereux. 

- Bon je peux donc signer mon édit de Sologne…

Le stylo glisse sur la feuille au-dessus de ma peau paraphant chaque feuillets avant de dater et de signer le décret. Elle récupère soigneusement les 2 feuilles.

- Débout petit esclave ! C’est l’heure de la mise sous écrou… et je crains que celle-ci dure encore plus longtemps que la première, si Claire n’y met pas un peu du sien… Et encore, ce n'est pas une garantie !

Et quelle mise sous écrou ! Si ma Claire a une domination de l’instant, improvisée finalement et instinctive, Maîtresse Emilie a le goût inné du beau rituel, qui comble tant mon désir de soumission. Je me retrouve donc étroitement attaché au poteau de la pièce à présenter sans défense mon sexe. 

Maîtresse a pris sa soumise Claire comme assistante de basses œuvres et elle s’occupe avec une jubilation que je ne lui reconnais pas, à préparer sur les instructions de Maîtresse, l’objet de l’enfermement à venir. Et de quelle manière ! Je suis d’abord « dépoilé » de mes « longs poils » à la bougie. La pièce se remplit d’une odeur de peau de poulet passé à la flamme. Et le poulet c’est moi ! J’en tremble totalement à sentir la chaleur au plus près de mon sexe et craindre la brûlure. Mon zizi s’en racornit, prêt à chanceler. En peu de gestes je suis amené dans l’abîme du soumis, l’état où toute pensée devient difficile et les yeux écarquillés de crainte à subir une vision d’actions terribles et redoutés. Je crois que cette odeur de poils brûlés sur instruction de Maîtresse va me marquer longtemps l’esprit…

- Ok, passe au rasage maintenant Claire, qu’il ressemble à un bébé tout lisse. De toute façon avec le petit zizi qu’il a, il ne peut pas prétendre être un grand garçon !

Je sais que c’est faux, que je n’ai pas le pénis si petit, qu’il a été apprécié en chatte et en cul, mais dans ces cas-là, les paroles comptent plus que les nuances de la réalité, surtout si elles sont très humiliantes. Je bois ma lie avec les mots prononcés, sentant la vague d’humiliation me submerger. Et pourtant je bande dès que Claire me prend le sexe pour le raser. Essayez donc de ne pas bander quand des mains féminines s’occupent de votre intimité… C’est mon cas, malgré ma crainte viscérale que la lame dérape sur la fragile peau des couilles et finisse par m’émasculer. Paradoxe et encore paradoxe. Et de celui-ci nait encoure plus d’humiliation, comme si l’esprit se sentait éternellement trahi par le corps et aimait cela finalement.

Maîtresse s’est assise sur une chaise face à mon entrejambe et contrôle le travail de sa soumise, n’hésitant pas à soulever sans précaution le paquet pour vérifier à la jointure du scrotum. Elle découvre finalement quelques longs poils restés esseulés sous la hampe. 

- A-t-on déjà vu un zizi poilu ? Soumise, va me chercher ma pince à épiler dans la trousse dans la salle de bain. Et tu me prendras aussi le vernis à ongle.

Claire s’empresse de s’y téléporter et de revenir avec l’instrument que je considère de torture. Le premier poil est saisi par son extrémité et la pince tire fort pour l’arracher. Je crie la petite douleur.

- Que les hommes peuvent être douillets finalement. Alors que nous les femmes nous imposons cela tous les jours sans une grimace. Allez au suivant !

Au suivant ! Au suivant ! disait la chanson… Je n’ai jamais connu les bordels de campagne mais j’ai eu la malchance d’être un des derniers à aller en camp militaire. Je me souviens de la baraque, une file de jeunes hommes à tondre à l’entrée et une file de tondus à la sortie. Et ce putain de pervers de Maréchal des Logis qui criait : « au suivant ! ». Au suivant pour se faire tondre…  J’en suis ressorti profondément humilié la boule à quasi zéro et j’enviais les barbus qui pouvait garder leur barbe très militaire. Et voilà que cela recommence… si le jeune homme avait su à l’époque qu’il existe des contraintes plus humiliantes…

Maîtresse contrôle d’un doigt, qui me réveille un peu, la lisseté de mon entrejambe. Elle est satisfaite : elle peut donc passer à l’enfermement. Sa soumise porte debout à ses côtés le plateau avec mes fers de zizi. Je grimace de douleur anticipée à voir cette tige qui va me m’empaler l’urètre et ces pointes qui menacent de-ci et de-là. Bien sûr je savais que cela existait, mais très honnêtement cela ne m’attirait pas du tout. Alors de là à se les voir imposer sans mon avis… cela me fait tomber en pure soumission.

Pour ceux qui ne sont jamais fait enfermer le zizi par une femme, il y a 2 façons différentes de le vivre. L’innocente, l’enthousiaste, en complicité avec sa KH quand on espère encore que cela ne va pas aller trop loin et  que l’on sera libéré vite, même si, dans l’enfermement, on sera fier qu’elle nous emmène de plus en plus loin.  Et la plus dure, la mise sous écrou pour une longue peine de chasteté, annoncée et revendiquée. A la Saint Sylvestre, j’étais encore dans la première et je suis resté au final 3 mois sans pouvoir jouir librement de mon zizi. Je découvre aujourd’hui la seconde et, le ludique et l’excitation ont disparu. Ne reste que l’acte de domination pure. Je ne suis pas sûr à ce moment de vouloir retourner entre les barreaux à en baver un peu chaque jour et à chaque nuit, et à me désespérer au fil des semaines de ne plus pouvoir jouir de mon organe. Mais je n’ai pas le choix ! Et l’absence de choix compte beaucoup pour un soumis…

Comme si elle avait fait cela toute sa vie, Maîtresse Emilie me manipule le paquet de couilles  et en tour de main force les testicules à passer au travers de l’anneau, avant d’enfiler au travers, mon petit zizi flasque. Il en résulte ce sexe qui se décolle de sa racine et se projette impudiquement en avant. C’est cela la cage de chasteté : un accessoire qui exacerbe le sexe du petit mâle pour mieux le nier !

Maîtresse me présente la cage à zizi. Je frémis à voir cette tige qui va m’empaler au plus intime et toutes ces pointes. Bien sûr je sais que ce type de cage existe mais pas une seconde j’ai fantasmé de m’y voir contraint à en porter une. C’est une expérience totalement nouvelle pour moi. Maîtresse se saisit de mon zizi réduit de peur, présente sa tête à la tige avant de l’enfiler dessus. Je suis incrédule que cela rentre. La tige qui progresse sans fin en moi est dérangeante de ressenti, renforçant fortement le sentiment de possession. Elle s’immobilise finalement bien plus loin que tout ce que j’ai jamais porté au zizi, me rendant très mal à l’aise.

Je note que la cage a la taille exacte de mon zizi flasque, donc très petite. Pas un millimètre de plus pour m’étendre et grossir. C’est plus qu’un dispositif de chasteté : la nouvelle cage rend toute tentative de bandaison impossible. Comment vais-je pourvoir tenir ? L’encagement est pour le petit mâle le chemin inverse de l’adolescence. Plus de réjouissance que le pénis devienne de plus en plus long et épais, mais une reconnaissance progressive et forcée qu’il est finalement très petit pour rentrer dans une très petite cage, jusqu’à une vision ridicule du rapport entre des grosses couilles et du tout petit machin enfermé. C’est un acte de contrition intellectuelle fort, alors que toute la symbolique masculine met en avant le phallus dressé – et c’est clairement marqué sur le web qui accompagne maintenant nos vie – la cage de chasteté force l’homme à contempler sa flaccidité et lui enlève tout motif de fierté masculine. C’est une femme revancharde qui a dû adapter la ceinture de chasteté aux mâles…

La cage trouve sa place accrochée à l’anneau et presse déjà contre les couilles. Je regarde avec curiosité Maîtresse poser les verrous. Je n’ai jamais vu un système de verrouillage d’une telle complexité. Il se présente sous la forme d’un tunnel de métal qui se forme une fois la cage assemblée à l’anneau. Et il n’y a finalement pas 2 verrous comme me l’a annoncé Maîtresse mais 3 ! D’abord un tube creux qui se visse dans le tunnel à l’aide d’une pince spéciale que je ne suis pas prêt à trouver dans le commerce. Puis un verrou-serrure que l’on glisse dedans à l’aide d’une petite clé. Enfin le cadenas allongé de Maîtresse qui verrouille le tout ! C’est un peu comme des verrous gigognes : le précédent doit être déjà enlevé pour pouvoir retirer le suivant. Pourquoi ? Je regarde Maîtresse en pleine interrogation…

- Pourquoi 3 verrous successifs ? Tu sais bien maintenant qu’en matière D/S, l’intention est prépondérante. Et là mon intention est que tu te sentes si désespérément verrouillé que tu en deviennes un agneau très doux et obéissant. Idéalement il faudrait que je te fasse percer pour te faire porter un prince albert, mais avec les semaines de cicatrisation nous n’en avons pas la possibilité sans casser la dynamique de mise en soumission actuelle. Donc j’ai préféré mettre en place suffisamment de barrières  pour que tes sorties soient très difficiles et rares. Il te faudra d’abord mon accord pour que je t’enlève mon cadenas. Puis celui de Claire pour qu’elle retire sa serrure. Je fais le pari que si elle t’apparait encore comme conciliante, elle va devenir rapidement plus stricte et exigeante. Mais ton Nirvana va être gardé par un dernier Cerbère : l’Homme même qui baisera ta femme à ta place et qui aura seul la pince pour démonter le dernier tube de verrouillage !

Je regarde Maîtresse avec stupeur.

- C’est le merveilleux de l’affaire. Je ne lui ai pas caché que le mari aurait son zizi sous clé pendant qu’il s’occuperait avec la femme. Il ne connaissait pas. Je lui ai donc envoyé des photos de zizis encagés. Il m’a fait part de son mépris de ce genre de choses. Sa réaction a été si véhémente qu’elle est parfaite pour la situation. Car c’est ce seul Monsieur qui aura finalement le pouvoir exclusif de t'autoriser à cracher ! Et crois moi, y arriver va être sportif ! Il va falloir qu’il dépasse ses a-priori…

C’est  Claire qui monte alors au créneau...

- Mais cela ne me va pas. Comment pourrais-je motiver Pierre s’il n’a espoir que sa bonne volonté sera récompensée par une sortie synonyme de jouissance enfin ?

- C’est que tu n’as pas encore compris, ce que de t’offrir en soumise implique. Tu m’as conféré le droit de décider pour toi et j’en use. Je te veux baisée et enculée par un homme que tu n’auras pas choisi et à qui je vais confier tous les droits de cuissage de tes trous, avec l’objectif de te faire devenir une bonne salope docile à grosse bite. Et pour Pierre je veux simplement qu’il ne puisse plus avoir accès à son zizi de garçon et qu’il s’en désespère. Après pour le récompenser, comme tu dis, tu pourras toujours le faire éjaculer dans sa cage comme tu l’as déjà fait, tant que cela reste pour lui un demi-orgasme frustrant. Et me dis pas que c’est impossible, j’ai lu comme toi les témoignages sur internet qui montrent que c’est possible de confisquer leur libre éjaculation aux mâles soumis au long court !

- Pourquoi veux-tu cela ?

- Parce que c’est toi qui me le demande au fond ! Je n’ai pas plus d’animosité que cela à l’encontre du zizi de Pierre qui est, ma foi, bien agréable à se prendre. C’est, rappelle toi, toi qui veux le sevrer sexuellement pour l’avoir à ta botte, jusqu’à envisager de lui interdire toutes les fantaisies excitantes qui peuvent accompagner la soumission. Finalement le sort à lequel il doit faire face n’est pas pire que celui que tu envisageais… Si je veux une telle garantie qu’il ne puisse sortir facilement de sa cage, ce n’est pas pour lui mais pour toi !

- Co… comment cela ?

- C’est toi qui a voulu que l’on revienne à notre relation adolescente. Tu as choisi de vouloir la qualifier après-coup comme domination et soumission. Moi j’y voyais surtout un jeu vicieux d’une chipie rondelette alors immature et au fil des ans, j’avais préféré l’oublier, tellement je ne pouvais pas être fière de m’être comportée ainsi. Et toi, des années plus tard, tu reviens un jour pour quémander de tout remettre en place, parce que « cela te fait mouiller la culotte » ! Je t’ai dit combien j’ai pu hésiter à y revenir. Mais finalement j’ai pris ma décision. Tu as pris la tienne aussi en toute connaissance de cause et nous avons signé. Te voilà de nouveau à ma seule disposition sexuelle. Mais comme cette fois nous habitons loin l’une de l’autre, j’exercerai cette domination sexuelle par procuration au travers de cet homme, à qui je réserve en exclusivité totale l’usage de tes 3 trous. Je pourrais te faire porter une ceinture de chasteté en permanence que je le ferai. Cela aurait été plus symbolique mais pour une femme c’est hygiéniquement impossible. Donc faute de pouvoir verrouiller l’accès à tes trous, je change de stratégie et t’impose de les mettre à disposition exclusive pour une queue humiliante que tu n’auras pas choisie. Et en même temps, je dois m’assurer que ton « zizi officiel » te soit rendu totalement inaccessible… Donc finalement Pierre est une victime collatérale de tes désirs de culotte…

Je me sens énervé à entendre tout cela.  Je dis tout haut le fond de ma pensée.

- Je vais rester en cage sans grand espoir de sortie pour que ma femme ait l’excitation de se voir contrainte à aller se faire remplir les trous ailleurs ? 

- Oui, c’est cela qui est prévu, Pierre. Toi aussi il faut assumer ce que tu as choisi ! Tu voulais te sentir contraint, humilié et soumis… Et sois satisfait, tu le seras !

Cela m’énerve encore plus et je veux rétorquer vertement mais une gifle m’arrête dans mon élan !

- Dois-je te mettre ta muselière ?

Le regard de Maîtresse est dur, m’impressionne et me coupe toute velléité. Je fais non de la tête.

- A la bonne heure… nous pouvons donc finaliser ton encagement.

Cela concerne les pointes dont j’avais oublié l’existence. L’étroitesse de la cage ne semble pas être une garantie suffisante aux yeux de Maîtresse de mon incapacité à ne plus pouvoir bander. Les pointes sont ajustées au millimètre autour de mon membre flasque de peur, finissant de combler tout espace restant dans la cage. Maîtresse me manipule en tout sens et semble satisfaite de leur disposition finale. Mais une Maîtresse est toujours un peu soupçonneuse : elle veut constater elle-même ses effets et m’impose de bander là sous ses yeux, d’un doigt vicieux qui me pénètre le petit trou. C’est une lutte perdue d’avance entre un esprit qui s’affole de laisser naître une érection dans la veuve de Nuremberg et le corps qui réagit docilement aux stimuli. La bandaison est horrible alors que les pointes me punissent au gland, à la couronne et sur la hampe ! Je serre les dents face à la douleur mais les larmes arrivent, trahissant mon état. Cela n’empêche pas Maîtresse de continuer à me travailler de l’anus, sans doute le temps que j’apprenne que toute tentative d’érection sera sévèrement châtiée. Ce n’est plus la chasteté qu’elle m’impose mais l’émasculation totale !

Quand Maîtresse relâche enfin sa pression, je suis tombé dans un état de profonde dévotion et soumission. Je suce sans difficulté le doigt souillé dans mes entrailles qu’elle me présente. Et je reste sage comme une image quand elle scelle l’accès aux têtes des vis avec du vernis à ongle…

La fin de la « procédure » de mise sous écrou est saluée d’une tape sur mes fesses.

- Voilà une bonne chose de faite ! Un toutou rendu totalement impuissant qui va vite apprendre à devenir bien obéissant s’il veut un jour retrouver une once de liberté au zizi… Bon où en sommes nous arrivés ? Les règles de soumission en couple sont écrites. Le mari est sous clé. Parfait ! Il ne reste plus qu’à vous marquer tous les 2.

- Nous marquer ?

- Oui, si je suis votre propriétaire, quoi de plus normal que de désirer mettre ma marque sur mon cheptel ? D’ailleurs on va commencer par toi Claire…

- Que… que vas-tu me faire ?

- M’identifier pour tous ceux qui te découvriraient nue comme l’unique propriétaire de la chienne que tu es !

- Tu vas me tatouer ?

- J’y ai pensé, mais finalement je l’ai exclu car beaucoup trop long à faire. Et puis je voulais quelque chose qui te rappelle ton appartenance en permanence. J’ai donc choisi le plus symbolique pour ma chienne : une plaque d’identification que je vais accrocher au capuchon de ton clitoris…

Claire ne l’a pas vu venir et je la vois se décomposer sous nos yeux.

- Allez en place couchée sur la table !

Claire en tremble mais obéit. Elle finit les cuisses indécemment écartelées par des cordes. Le reste du corps est lui aussi immobilisé : le message est clair. Elle doit sentir dans son âme qu’elle ne peut rien faire pour échapper à son marquage. Les instruments de perçage sont sortis et ils terrifient la soumise.

- Tu vas anesthésier la zone ?

- Je le pourrais mais je ne vais pas le faire. Cela sera donc à vif.

Ce qui fait encore plus trembler Claire pendant que Maîtresse prépare la zone avec la Bétadine. Puis elle y va alors que sa soumise sert les dents. C’est rapide avec un unique petit cri et le piercing est mis en place.

- Tu croyais que cela allait faire atrocement mal. Et bien non, cela fait juste l’impression d’une piqure comme pour une prise de sang sur le moment. Par contre après, chez les filles comme toi qui ont de nature le clito bien protégé par le capuchon, cela l’expose en permanence aux effets de frottements et les fait mouiller quasiment en permanence.  Tout comme la chaîne et la plaque, que tu trouveras rapidement plus facile de coincer à l’entrée de ta chattoune dans la culotte. Là aussi cela devrait te faire de l’effet… Tu te vois condamnée à mouiller en permanence en pensant à ta Maîtresse… il y a pire comme sort.

Elle détache Claire qui se relève toute penaude. Sa plaque pend au bout d’une courte chainette entre ses grosses lèvres. Mais cela que l’on voit surtout, c’est qu’Emilie n’a pas lésinée sur la Bétadine et que son sexe a pris une teinte fortement orangé ! 

- Te voilà devenue une belle chatte rousse !

Maîtresse en rigole et son rire est communicatif. Je piaffe aussi en cœur pendant que Claire rougit de l’humiliation verbale, qui a l’air de faire naître des envies chez Maitresse. Elle dézippe l’entrejambe de son pantalon de cuir et s’installe un pied sur une chaise. Sa soumise comprend ce qu’il est attendu et s’agenouille pour un hommage mouillée de la langue, la tête forcée contre l’autel de sa Maîtresse. Les gémissements non retenus de jouissance m’excitent et je ne peux rien faire pour éviter le rappel des dures pointes de discipline à pénis. Comment vais-je pouvoir supporter cela ? Maîtresse vit autant son orgasme dans le plaisir que moi dans la douleur !

Une fois redescendue, Maîtresse se ré-intéresse à moi.

- Au tour de mon petit taurillon de concours….

- Tu vas aussi lui mettre un piercing ?

- L’idée m’a effleuré mais la cicatrisation chez les mâles est plus longue. Et je ne peux pas socialement lui mettre un anneau dans le nez ! Même si j’en avais envie… J’ai déjà fait graver mon nom de propriétaire sur sa cage mais ce n’est pas suffisant à mes yeux. Non pour lui, cela va se passer dehors. Et vu comme il aime les symboles, cela ne pourra que lui plaire…

Je suis intrigué. Comment veut-elle me poser sa marque ? Je suis détaché et emmené dehors. Je flanche vite quand je découvre à côté de la table extérieure, le réchaud à gaz et surtout le fer. Je vais être, au sens propre, marqué au fer rouge emet cela me terrifie ! Tout en étant fasciné que Maîtresse ose filer sa métaphore animale jusqu’au bout… Je me laisse attacher plus mort que vif les mains à la cage sur le sol caillouteux. Les jambes sont immobilisées ensemble aux genoux et aux chevilles, et ramenées en position de fœtus. Je tremble à mon tour quand Maîtresse allume le réchaud et y pose le fer à chauffer au rouge devant mes yeux ! Maîtresse ne laisse rien décidemment au hasard. Le bruit du brûleur force mon esprit à considérer l’inconcevable et à l’appréhender comme jamais.

Je comprends que le moment s’approche quand Maîtresse me pose, sans précaution, son pied sur les reins pour me forcer, de son poids, à présenter ma fesse gauche. Je n’ai plus la force de regarder et ferme les yeux. Un dernier mouvement avant de sentir la pression du fer contre ma peau. C’est une douleur infinie qui me fait hurler et encore plus quand l’odeur de chair brûlée m’atteint. Le contact avec le fer brûlant dure pour moi une éternité ! Et je ne sens même pas qu’il m’est retiré au bout de quelques secondes tellement mes nerfs crient à l’alerte rouge !

Je m’aperçois que je suis resté en apnée et reprends en secours mon air. C’est un ressenti absolument décervelant : la peine absolue du corps en même temps que la fierté d’avoir la marque de ma Maîtresse dans ma peau. Une forme d’extase soumise très religieuse qui me fait me prendre mon pied sans avoir besoin de bander !

Je dois moi aussi dès ma libération remercier avec dévotion la chatte laissée accessible de Maîtresse à l’entrejambe du pantalon. Cela me fait toute chose de passer ma langue après celle de Claire. La vie réserve des surprises mais pas une seconde je n’aurais imaginé que ma femme ait des besoins de soumissions. Quel choc finalement ! Je suis un peu jaloux de ne pas obtenir un orgasme aussi puissant qu’entre filles…

Maîtresse récupère décidemment bien vite. Quelques minutes après son 3ème orgasme de la journée, la voilà de nouveau d’attaque. Sitôt remise, elle hèle sa soumise qui se retrouve les mains étroitement ficelées. Elle ne comprend d’abord pas et Maîtresse doit lui expliquer.

- Tu te souviens de ton caca nerveux hier ? Je t’ai dit que je te punirais et le moment est arrivé !

Claire ne l’entend pas comme cela, si bien qu’elle finit rapidement bâillonnée de son bâillon boule. Elle est tirée jusqu’à la terrasse couverte devant la maison et basculée sur la rambarde de bois. Les mains sont attachées loin devant à un clou de la façade. Les pieds, eux, finissent accrochés aux barreaux de la rambarde. Si bien que son cul est exposé sans défense. J’ai pitié d’elle car je sais qu’elle va prendre « grave ».

- Emilie Marie Rose Duchamp, tu voulais connaître ce que cela fait de se prendre une raclée et bien tu vas bientôt le savoir. En live ! Je sais que Brigitte, la Maîtresse de Michiel, avait prévu de te le faire découvrir… On va juste anticiper un peu, si tu veux bien. J’ai discuté il y a 2 semaines avec elle, dès en fait après que tu m’ais donné son numéro… C’est bien ce que je pensais : elle t’avait identifiée comme potentielle soumise. Elle ne savait pas que tu avais déjà une Maîtresse. Donc nous nous sommes arrangées. Une bonne battée au paddle de bois au début pour finir de t’apprendre l’humilité et après tu auras la joie de gouter en langue un vieux millésime de 71 ans ! Elle n’est pas chouette ta vie de soumise ! Mais pour l’instant, il est temps de te faire hurler un peu pour une grande première fois…

Maîtresse a choisi la canne et la fait siffler dans l’air tellement que Claire en tremble. Je connais déjà la douleur et j’ai pitié à l’avance pour ma femme. Je suis d’autant plus décontenancé quand Maîtresse me tend la canne : « A toi de lui d’infliger… »  Je ne veux pas. Je ne comprends pas…

- C’est simple…. Claire a des réticence depuis le début à faire mal. Cela ne matche pas avec son éducation bourgeoise… Pourtant elle sait qu’une Maîtresse doit être crainte pour avoir de l’autorité naturelle. Alors cette autorité, tu vas la lui offrir !

- Mais je ne peux pas, c’est la femme que j’adore !

- Le proverbe dit : qui aime bien, châtie bien. Mais ce n’est pas la sagesse des anciens qui est en balance là… Claire a du mal à se dépasser pour être une menace crédible si son mari soumis ne se comporte pas bien… Je t’ai enfermé strictement en te laissant peu d’espoir d’en sortir… tu vas donc forcément en chier grave ! Qu’est ce que tu veux au fond de toi ? Craindre ta femme et la vénérer pour progresser en soumission ? Ou vivre un moment éternel de solitude ?

- Non, je veux craindre Claire comme Maîtresse…

- Eh bien, tu connais la réponse. Frappe la fort et elle saura intuitivement frapper fort à son tour ! La vengeance est un moteur puissant et il n’y pas 36 solutions si vous voulez que votre D/S prenne…

Je dois être fou : Claire ne m'a jamais semblé aussi désirable, là courbée sur la rambarde.  Elle m’invoque des envies de pourfendage sauvage. Mais mon sexe encagé me rappelle avec les pointes mon incapacité.

La canne me brûle les doigts. J'ai toujours été respectueux des femmes. Je ne me résouds pas à en battre une, de surcroît la mienne.

- vas-y  ! Tu en bandes d'envie...

Je ne sais que faire. Obéir ou me révolter. Je lutte intérieurement et me décide finalement de ne pas infliger cela à mon Amour, prêt a lâcher la canne, mais je suis repris au vol du fouet de Maîtresse, que je n'ai pas vu surgir, qui s'enroule autour de ma taille et vient s'éclater sur mes couilles exposées.  Je hurle le soumis blessé mais comprends que je n'ai pas le choix !

Je lève la canne et l'abats en force sur le postérieur à meurtrir faisant fi à qui il appartient. Il laisse une marque rouge qui devient violacée pendant que le corps se débat dans ces liens.

Second coup de semonce du fouet qui arrive sur ma poitrine !

- Plus fort et plus vite !

L'homme est faible face au fouet : pour éviter de me faire massacrer, je massacre en urgence le cul devant moi à la canne. Parfois quand je ralentis, le fouet me rappelle à l'ordre.

Le corps devant moi n'en peut déjà plus de recevoir et pourtant je dois lui infliger encore et encore. J'ai honte de moi. Faire ça à une femme. Faire ça à ma femme !

Finalement, Maîtresse Emilie m'autorise à ne plus continuer. Je lâche immédiatement la canne de mes mains que j'ai pris en horreur. Les fesses de Claire sont violacées de mes pleutres actions. J'ai honte de ma couardise de Mâle...

Maîtresse m'emmène m'agenouiller face à ma belle, immobilisé, mes lèvres à quelques cm des siennes. Elle lui enlève le bâillon boule et m'ordonne :

- Embrasse-la ! Elle va en avoir besoin... 

Je le fais par automatisme de soumis dépassé par les événements quand la sentence tombe !

- Claire, je suis désolée mais je vais recommencer à te frapper, à te faire vraiment mal. C'est nécessaire...

Maîtresse ne retient pad alors la force de ses volées. Claire s'accroche à mes lèvres et j'aspire ses hurlements. Nous pleurons de chaudes larmes en concert pendant que la canne lui marque sadiquement le cul au sang.

Cela dure une éternité avant que cela cesse, nous laissant si anéantis, si proches dans notre peine intensément partagée. Maitresse nous abandonne sur la terrasse pour aller préparer ses affaires...

Elle revient une demie heure avec son sac pour nous saluer.

- Bon mes soumis, il est temps que je vous laisse et m'en aille. Soyez mes bons petits soumis et faites ce qu'on s'est promis... Et au fait, Pierre tu pourras te libérer une fois ma voiture disparue. Je n'ai pas serré tes noeuds.

dyonisos


-> Les autres petits contes D/S

Par dyonisos - Publié dans : Petits contes D/S
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 18 juin 2016 6 18 /06 /Juin /2016 14:10

9 avril

Ce matin, j’ai eu le droit de prendre une douche avec Monsieur Jean. Et je ne sais pas ce qui est le meilleur : sentir l’eau chaude sur mon corps pour la première fois depuis 7 jours  ou sa queue venue s’enfiler naturellement dans mon boyau sous la pluie de gouttelettes. Et qu’importe si j’ai le petit trou douloureux à force de l’avoir eu trop forcé, c’était follement érotique d’être pris dans cette situation, la tête écrasée contre le carrelage avec la frustration de ne pouvoir rien faire pour mon sexe coincé dans sa cage de verre. Trop bon ! Après j’ai même droit à un vrai petit déjeuner. Le café ne m’a jamais semblé aussi bon…

Monsieur Jean a prévu d’aller voir ses petits-enfants à Bordeaux ce week-end et il est encore très tôt quand il me ramène à l’étang. Maîtresse Emilie dort encore. Il me dirige donc pour m’enfermer au chenil…

- Au revoir, mon petit bâtard. C’est là qu’on se quitte… Ton petit cul vierge était vraiment très bon…

Je m’étais habitué à lui et à sa queue. J’ai des yeux de chien triste, quand il remet en place mon harnais de taurillon. J’essaye de l’amadouer et j’y réussis !

- Tu es vraiment insatiable comme petit bâtard !

Mais pour moi ce qu’il compte c’est qu’il défait se ceinture et que son pantalon tombe à ses chevilles. Je viens me frotter immédiatement contre sa bite dans son caleçon et renifler. Un peu trop propre à mon goût : je la préfère plus odorante et gouteuse. Mais tant pis !

J’obtiens vite de la rendre dure à point. Je m’amuse à la faire sortir du caleçon en tirant sur les tissus avec les dents, en bon chien lubrique. Sa queue rebondit contre ma joue à sa libération et immédiatement je me mets à la pomper avec une terrible envie…

Plus tard, je reste seul, attaché à la chaîne dans le chenil. Je porte mon harnais avec le mors entre les dents. Mais j’ai surtout le goût de son jus de Maître qui me reste en bouche et j’adore être marqué comme cela ! Je me sens moins libre et plus soumis. 

Maîtresse Emilie vient me chercher 2 heures plus tard. Je savais qu’elle était levée mais Maîtresse tient à son calme du matin, sans esclave à contrôler. L’entrée est parfaite : je me retrouve immédiatement mis à recueillir précautionneusement  à la source son nectar doré goûtu du matin. Je pense que la soumission, c’est d’abord l’affaire de ressentir dans son corps l’emprise du Dominant. Et là je suis aux anges !

Quel chemin en soumission j’ai fait en si peu de jours ! J’en reste tout bouleversé en corps et en esprit. Je ne sais pas si c’est ma nature profonde, ou plutôt l’essentiel de mon fonctionnement d’être humain. Mais je ne peux nier que le besoin de me soumettre à un autre humain, fait partie de mon ADN. Claire, en cela, a été clairvoyante ! Ah oui, Claire… Pour la première fois, j’ai peur de ne pas être à la hauteur. Je l’aime. Elle me manque à ce moment, mais je ne sais pas si j’aurai la force de vivre la soumission dépouillée, très cistercienne qu’elle me destine. Ici c’est facile, comme un grand Disneyland de la D/S, avec plein d’activités toutes plus physiques ou émotionnelles que les précédentes. C’est comme un méga grand huit : on y monte ; on appréhende intensément pendant toute la montée en se demandant si c’était une bonne idée et puis on bascule. Dès lors, il n’y a pas d’autre possibilité que de se laisser emmener jusqu’à la fin, malgré les peurs et le mal être en évitant surtout de penser au virage suivant.

C’est comme cela que cela marche ici. Je suis monté sur le manège et tout n’a été qu’une longue descente pleine de ressentis et d’émotions primales. Maîtresse Emilie est parfaite, Monsieur Jean : formidable. J’en prends plein les sens pour les années à venir !

Mais je crois au fond de moi-même que cela ne peut être qu’une parenthèse. Une vie ainsi très proche de l’absolu des fantasmes du soumis en manque, n’est pas possible au jour le jour. Cela ne pourrait plus être aussi dense et machiavélique. Je me rends compte à la fin de cette semaine combien de temps Maîtresse Emilie a du passer à préparer tout cela. Quasiment aucun temps mort pendant des journées ! Ouah ! Non ce n’est pas possible de continuer ainsi, même si sur ce moment, je ne souhaite que cela puisse continuer à l’infini. Déjà parce qu’il y a les contingences de la vie. Ce huis-clos D/S nie les familles. Il n’y pas de devoirs à faire faire,  pas de famille à visiter, pas tout simplement de courses à faire. C’est déjà un miracle si cela a pu durer, hors du temps, pendant 7 jours… 

Et même si Maîtresse Emilie me ramenait en esclave chez elle, que se passerait-il ? Elle a un boulot, un enfant, peut-être 2 bientôt, un mari. Elle n’aurait pas plus de temps pour s’occuper à me martyriser ! Je crois que finalement Claire est dans le vrai. La voie de la D/S conjugale en devenant sont petit mari bien dressé est la seule capable de marcher. Si au moins, elle voulait y mettre de temps en temps quelques confiseries douces-amères…

Je repense au papier d’appartenance que Maîtresse Emilie m’a fait signer. Je n’ai pas eu beaucoup de temps depuis hier soir, vu la nuit de folie au pays des Hommes que j’ai passée. Il me rend mal-à-l’aise maintenant. Non que je regrette de l’avoir écrit… Regretter serait possible si j’avais eu le choix. Mais là je ne l’ai pas eu : la progression de l’action de Maîtresse a été-telle qu’elle pouvait obtenir tout ce qu’elle voulait tellement j’étais coincé dans un tel état de crainte véritable. Ce n’était plus un jeu d’attitude auquel je consentais sans avoir l’impression de consentir, mais un quasi « viol » de ma personne en force. Je crois que c’était quelque chose de mûrement réfléchi de sa part, mais je ne vois pas quelle pourrait être son utilité… Je ne crois pas, une seconde, qu’elle va me kidnapper et me ramener chez elle. Cela donc à voir avec ma Claire, que je ne vois pas accepter du tout, quand elle le saura. 

C’est d’une telle agressivité entre femmes ! Non seulement Emilie lui fait accepter, je ne sais pas comment, qu’elle la cocufie et de la plus violente manière qu’il soit, avec un potentiel bébé qui rappellera en permanence à l’Une ce que l’Autre lui a fait. Mais voilà en plus, qu’elle la prive de son « jouet » soumis, en tirant la première. Non, je ne vois pas comment Claire pourrait bien le prendre… leur retrouvailles va être orageuse et j’espère ne pas en faire les frais…

Maîtresse me coupe dans mes pensées en m’amenant aux « besoins ». J’ai déjà pissé ce matin chez Monsieur Jean et je n’ai pas l’empressement habituel d’y aller. Mais chemin faisant, alors que mon cul dandoline avec ma marche canine, je découvre que la dose de sperme que j’ai reçu sous la douche a fait son travail de sape habituel et que je vais devoir une nouvelle fois m’humilier, devant les yeux de Maîtresse, à faire, ce qui habituellement se fait dans l’intimité…

- Claire arrive ce soir nous rejoindre. Cela sera bientôt la fin d’ici. FAIS LE CHIEN !

Pourquoi a-t-elle dit cela à ce moment précis ? Cela me le rend encore plus difficile…

Elle m’attelle ensuite à tirer un dernier œuf. Il faut croire que je n’ai plus aucun proche car il me faut tirer dangereusement sur l’attache de mes couilles pour en trouver un ! Je suis heureux de la ramener à celle qui restera à jamais la Maîtresse exceptionnelle de cette semaine dans mes souvenirs. 

L’œuf trouvé est soigneusement mis de côté. Et Maîtresse Emilie m’intime l’ordre de détruire les preuves…Pour cela et pour la première fois, je suis libéré de mon quatre pattes, pour découvrir avec un râteau, les 10 œufs restant qui finissent par disparaître dans le barbecue qu’elle me fait allumer, emportant à jamais la perversité que chacun contenait, sans aucun doute.

Et je reviens, en chien soumis, au pied de Maîtresse qui ouvre le dernier œuf de complicité entre nous. Je la regarde faire. Le contenu n’a pas l’air de l’enthousiasmer… Pour la première fois, elle me tend le papier plié dans l’œuf. Je blêmis à sa lecture.

- Je suis vraiment désolée, Pierre. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris de le mettre dans les possibilités. A ce que je me souvienne, c’était celle de la liste qui t’attirait le moins. Je ne sais pas, peut-être ai-je mis cela dans la liste pour la symbolique, en me disant qu’il y avait zéro chance qu’elle sorte… On peut ne pas la faire, si tu veux…

Je regarde de nouveau le papier. Je suis très attaché à la symbolique D/S, mais là c’est plus que limite… et pas sans danger. Pourtant j’ai accepté cette part du hasard. Emilie la souhaitait. Elle ne nous plaît pas. Et alors ? C’est le risque de ce type de jeu… Je réponds donc.

- Maîtresse, je crois qu’il faut totalement respecter les règles du jeu que vous avez fixées et que j’ai acceptées. Cette épreuve est sortie, je l’ai ramené entre mes dents et je n’ai aucun droit d’essayer de l’éviter, même si elle me terrifie et qu’elle est dangereuse par nature.

- Pour la première fois, la Maîtresse, comme tu m’appelles, ne sait pas où elle en est. Je ne me reconnais pas pour avoir retenu cela. A ma décharge, j’étais tellement excitée à parcourir ta liste… Mais pourquoi ai-je retenu cela spécifiquement ?

- C’est à vous Maîtresse, qui avait gagné par contrat signé et à mes yeux un total pouvoir sur moi, de décider. Je m’y plierai si vous décidez de me l’imposer…Cela me coûte beaucoup de vous laisser libre choix. Mais comme je le pense, je considère la D/S comme une chose qu’il faut respecter. Le soumis subit, la Maîtresse décide.

J’attends que Maîtresse Emilie se décide. Si elle y renonçait, cela serait génial. Mais si elle décide de persévérer dans sa folle envie que je crois inconsciente, je m’y soumettrai…

- Je ne sais réellement pas quoi décider. Je suis stupéfaite d’avoir laissé cela passer. Mais tu montres la voie : je l’ai écrit, il faut donc que j’assume. Je le ferai donc, quoi qu’il m’en coute. Comment puis-je t’aider ?

- Mettez-moi au rebut au chenil en attendant Maîtresse. J’ai besoin de m’y sentir contraint. Et surtout personne ne devra jamais savoir c’est trop noir…

- Je suis d’accord avec toi, ni Claire, ni Hervé. Cela restera un lourd secret entre nous…Donc au chenil, esclave !

Je suis donc enfermé dans le chenil, pleinement conscient de ce que je vais subir. Cela me terrifie. Mais j’ai une sourde excitation à ce que Maîtresse me l’impose. J’attends depuis peut être une heure quand Maîtresse revient…

- C’est l’heure, esclave…

Je la remercie du « esclave » qui me facilite l’acceptation de ce qui va se passer, en totale soumission. Je la suis vers la maison, comme un condamné monte à l’échafaud…

Je suis remis au chenil une heure plus tard. Ce qui devait se faire, a été fait, en folie D/S. J’y ai survécu. Nous avons survécu. C’est notre terrible secret DS/ entre nous, que nous n’évoquerons plus jamais même si je crois que cela nous a marqué à vie tous les 2 et qui pour l’instant, encore, me rend terriblement mal à l’aise.

Je reste toute la journée au chenil. Maîtresse Emilie m’évite au maximum, et ne revient que pour m’amener ma gamelle de pâtes froides à midi, avant de s’éclipser immédiatement. Elle part finalement manger à l’extérieur. 

Je reste enfermé l’après-midi dans le chenil où l’ennui me prend. Oh que je n’aime pas devoir attendre sans rien pouvoir y faire. Mais au moins là, contrairement à la niche qui m’attend à la maison, j’ai au moins la nature autour, qui arrive quand même à me distraire un peu.

En fin d’après-midi, j’entends enfin la voiture de Maîtresse se rapprocher. Coincé dans le chenil, je n’arrive pas à la voir. Une portière qui claque et puis plus rien. J’attends impatient que Maîtresse vienne me récupérer.

Mais au lieu de Maîtresse, c’est la femme de ma vie, Claire, qui me découvre dans le chenil ! Et elle s’arrête d’un coup à mi-chemin, terriblement choquée par ce qu’elle voit ! Elle a envoyé en « prêt » un petit mari convenablement mis et voilà qu’elle retrouve une larve totalement dépoilée, enchainée au sol et au corps lourdement marqué par les instruments. Son arrivée me fait l’effet d’une douche glaciale, dissipant d’un coup brutal, tout le romantisme de la soumission et j’ai terriblement honte en cet instant. D’autant que le regard de ma Claire se teinte de colère !

Claire se rapproche de ma cage furibarde. Je ne suis pas bâillonné. Je veux parler, expliquer, nuancer mais je reçois en retour qu’un très sec : « Oh toi, gros cochon pervers ! Ferme-là ! Je te ramène à la maison immédiatement et nous aviserons… ». Je baisse la tête en humiliation finale !

Elle s’énerve à ouvrir la porte du chenil en vain ! Un cadenas l’empêche ! Je suis étonné car si Maîtresse a relevé au début que le verrou est cadenassable, elle ne l’a jamais fait. La chaîne à laquelle mon collier est attaché suffit à ce que je ne puisse pas l’atteindre…

- ELLE EST OU LA CLE ?

Sa voix est en colère !

- Je… je ne sais pas… y’a pas de cadenas… d’habitude.

Elle réagit à mon dernier mot qui sous-entend tant de chose et me transperce de son regard courroucé, au point que je recule prudemment en fond de chenil.

- PUTAIN ! PUTAIN ! PUTAIN !

Claire ne dit habituellement aucun gros mot. Qu’est-ce qui se passe ? J’en tremble de tous mes membres complètement perdu et coupable. Je n’aurais jamais dû venir là… quelle connerie, j’ai fait ! La plus grosse de ma vie…

Claire tourne en rond devant la cage frustrée de ne pas pouvoir m’atteindre. Puis elle se décide manifestement d’aller à la recherche de la clé…Recherche vaine car la maison doit être elle aussi fermée. Elle revient finalement et tape de fureur dans la grille du chenil. Je ne l’ai jamais vue aussi énervée ! Elle fait si peur !

C’est ce moment que choisit la voiture d’Emilie pour revenir… Claire part en flèche l’affronter ! La rencontre des 2 femmes se fait à l’angle de la maison, sous mes yeux, mais un peu trop loin pour que je puisse entendre toute leur dispute sauf le « TU N’AVAIS PAS LE DROIT ! PAS  COMME ARTHUR ! » que Claire crie. C’est véhément ! Cela hurle sa bile des 2 côtés ! Je me sens terriblement gêné d’être l’enjeu manifeste et le centre de leur dispute du siècle. Cela ne devrait pas finir ainsi… pas de cette manière…

Les gestes finissent par arriver sous la forme d’une première gifle que décroche Emilie sur la joue de Claire. Elle en est outrée et en réponse se rue sur sa rivale ! Elles tombent au sol et se battent en chiffonnières. Tout cela pour moi ? Ou pour autre chose ? Elles deviennent complètement hystériques !

Je me sens au bord de la nausée à les voir batailler sur l’herbe. Les rondeurs naturelles d’Emilie lui confèrent peu à peu l’avantage. Elle arrive à la bloquer au sol sous son poids pour la gifler sévèrement de nouveau, plusieurs fois. Claire au début se débat, s’échappe même avant d’être reprise et encore giflée. J’en souffre pour ma Claire, alors qu’il devient net que ses forces l’abandonnent et qu’Emilie prend le dessus… L’une domine l’autre et semble lui faire une longue morale à voix basse. L’autre répond par des courts propos. Oh que j’aimerais savoir ce qu’elles se disent ! Qu’est-ce qu’il y a entre elles ?

Je suis estomaqué de voir Emilie arracher les vêtements de ma Claire, qui se débat mollement pour l’éviter, comme si déjà elle savait qu’elle avait perdu. La robe finit en lambeaux, le soutien-gorge est arraché ainsi que la culotte de coton blanc : Claire finit à poil intégralement ! Mon esprit a peut-être pitié pour elle, mais il laisse perversement mon sexe libre bander durement à la vision du corps nu de ma femme, qui, il y a une semaine encore, m’interdisait de la voir ainsi !

Les longs cheveux de Claire sont défaits de la bataille et servent de prises à Maîtresse Emilie pour l’amener hors de ma vue. La dernière image que j’ai avant qu’elles disparaissent, est celle du mignon petit cul de ma femme, suivant en urgence la main qui tire les cheveux…

Je n’en peux plus. Je suis émotionnellement épuisé et reprends à la hâte ma respiration.  Mon pénis bandé m’apparait comme totalement indécent, face à ce qui s’est passé en live sous mes yeux. Mais je m’en fous et ma main trouve perversement le chemin de la caresse de délivrance. Pour la première fois depuis ma mise en cage à Saint Sylvestre, je me branle honteusement, mais la honte est chez moi un profond aphrodisiaque qui m’envoie très loin dans les méandres du plaisir trouble, au point que j’obtiens de ma queue dans une jouissance d’éjaculation stupéfiante !

Je suis encore seul à attendre le bon vouloir de ces Dames dans ma cage, inquiet et curieux à la fois, de ce que se déroule en même temps dans la maison. Je tends l’oreille mais ne saisit rien d’autre que ce je crois être des cris étouffés. Mais peut-être est-ce mon esprit qui se les imagine ?

J’attends longtemps alors que je vois le soleil descendre peu à peu rejoindre la ligne des arbres, au-delà de l’étang. C’est mon seul repère de la quantité de temps qui passe…

Finalement elles reviennent dans le plus incroyable attelage que je n’aurais jamais osé fantasmer : Maîtresse Emilie tient ma Claire nue en chienne à ses pieds avec laisse et collier de paillettes ! Ses fesses sont rougies de frais ! Et elle est bâillonnée d’un bâillon boule autour duquel luit la preuve que sa bouche vient d’être longuement utilisée !

Je ne peux que rebander à une vision si étrange. Cette fois, Maîtresse Emilie a la clé de la porte du chenil.  Elle y introduit Claire, dont les yeux au maquillage défait me montrent combien elle a dû prendre. Elle a le rouge aux joues de l’humiliation totale…

- Je ramène sa chienne à mon chien… Tu m’encules cette chienne mal dressée, là sous mes yeux ! …Je lui ai déjà lubrifié le trou…

J’hésite grandement tant Claire semble défaite…

- Schnell !

Je me rapproche de « ma » chienne. Elle tremble de tout son corps quand je pose ma patte sur ses reins mais ne cherche pas à fuir, résignée. Je n’en peux plus de tension sexuelle. La nature ayant ses propres  lois, je ne résiste pas à introduire ma bite qui en veux tant, à l’entrée de son anus. Claire me laisse la pénétrer ainsi de temps en temps, à condition que je sois attentionné et que j’y aille doucement pour la laisser s’ouvrir à l’intrus. Elle m’impose aussi la capote pour ne pas me recevoir dans ses entrailles. Mais là Maîtresse intervient et me pousse de son pied à rentrer immédiatement à fond, pendant que Claire hurle à l’intrusion dans son bâillon. Cette perversité m’excite totalement et je me mets sans gêne à lui labourer le cul en puissance, fort de l’expérience apprise de Monsieur Jean, au point que mon enculée ne sait plus où donner du cri d’outrage.

Maîtresse s’est accroupit et lui tient la tête pendant que je travaille le cul en profondeur. Elle tient manifestement à contempler les yeux de Claire pendant que je la profane. Une claque part même : Claire a dû baisser son regard.

- … cela fait du bien là où cela passe ?... vous allez bien ensemble avec ton Pierre… il suffit de vous bousculer un peu pour que vous révéliez votre nature…  non, Claire, le sexe dans la vie cela doit être primitif et brutal… un corps à corps enflammé… tu sens comment la bite de ton homme te ramone en profondeur ? … arrête d’être une mijaurée… comme cela fait du bien et du mal à la fois ?... et quand il va t’envoyer son sale sperme au plus profond de ton cul… c’est toi qui doit être dingue à vouloir faire des collections de capotes remplies… si tu ne veux pas du sien, offre-toi celui d’un autre ! C’est dans l’ordre des choses et c’est simple… mais là tu vas recevoir celui de ton petit mâle… tu verras comme c’est un sentiment de possession agréable… allez du rythme, le chien, défonce-là qu’elle ne puisse plus s’assoir pendant une semaine…

Je redouble d’ardeur sous les encouragements de Maîtresse. Ma chienne geint de douleur en douleur, de surprise en surprise, de plaisir en plaisir, le tout mêlé. Je sens la pression de lancement qui monte dans mon bas ventre. Le canon s’arme et part dans une terrible jouissance de queue marquer le cul de ma chienne outragé qui hurle néanmoins à l’orgasme total !

- Tu as indéniablement joui ! Tu vois comment tu peux être une bonne petite salope… Comment cela peut être bon de se la voir forcer, même la petite queue de ton mari… alors imagine la grosse d’un amant exigeant…

Claire détourne la tête humiliée et Maîtresse la laisse faire cette fois. Elle nous quitte et nous enferme dans le chenil. Alors que je redescends peu à peu, je me sens gêné de ce qui vient de se passer. Elle doit l’être encore plus que moi, mais elle me surprend à venir lotir son corps meurtri contre le mien. C’est très primitif et animal. Claire se met à doucement pleurer. Je la caresse pour l’apaiser. Elle continue à baver autour de son bâillon qui lui prend la bouche. Je cherche à lui enlever, mais je ne peux pas : il est cadenassé.

Qu’en est-t-il d’ailleurs de sa relation particulière avec Emilie ? La mienne me parait au premier abord plus nette. C’est Emilie qui m’a débourré en soumission, sans n’avoir jamais vraiment eu besoin de s’imposer, en surfant simplement sur la vague de mes désirs enfouis et de mes riches émotions d’homme. Elle est clairement devenue ma Maîtresse alors que Claire reste ma femme. Et dans cette réalité, l’appartenance qu’elle m’a fait signer hier soir est la conséquence logique. Dans ma folie soumise, je tiens au symbole et elle m’a fait signer devant témoins : elle est donc véritablement la Maitresse qui me possède en soumission !

Mais au-delà du monde fermé de la D/S, c’est quoi une Maîtresse ? La Vie est en train de me jouer un de sales petits tours dont elle raffole, en me forçant à accorder la qualité de Maîtresse à une personne différente de mon épouse, alors qu’il aurait plus simple pour tout le monde, et moi le premier,  que cela soit réuni dans la même femme. Et je ne pense pas qu’il soit humainement possible de revenir en arrière, sur cet état.

Je constate le lien D/S très intime, peut-être même plus intime qu’être en couple, où le partenaire peut garder une part de secret. Là je n’ai plus le droit d’en avoir. Le moteur est indéniablement sexuel mais la sexualité est vécue différemment. Elle vise dans le couple au renforcement du lien amoureux par la fusion des corps, jusqu’à l’eldorado de la jouissance commune. Elle agit différemment en D/S. Elle motive les actions et ressentis, mais se vit un peu égoïstement chacun de son côté. La fusion est remplacée par la complicité d’agir et subir ensemble. La nature du lien qui unit est aussi différente. J’aime Claire. J’adore Maîtresse, au sens de l’adoration d’une Déesse. 

Me voilà dans des beaux draps ! Mais il me manque une clé pour comprendre : Emilie et Claire. C’est quoi la nature de leur lien entre elles ?  Je suis perdu… Ces images de corps dénudés à la webcam au tout début de la période, la main d’Emilie dans la culotte de Claire me reviennent en boomerang. Elles sont de vieilles amantes manifestement. Quand Claire est allée la retrouver 2 jours en décembre, pour clarifier son envie de domination, elles ont de nouveau baisé sur le lit. Mais c’est qui que Claire est allée voir : l’amie ? l’amante ? sa propre Dominante ? La Dominante ou peut-être, sans aller aussi loin, l’emprise qu’elle pourrait avoir naturellement sur elle, expliquerait beaucoup de choses, comme ma « livraison » une semaine aux mains de l’autre, ou le droit de cuissage que s’est accordé Emilie sur ma personne. Mais cela ne cadre pas avec la fureur qu’a montrée Claire quand elle m’a découvert soumis d’une Autre dans le chenil… En tout cas pas une seconde Maîtresse, ne m’a laissé douter que je ne vais pas finir soumis en couple à ma Claire, l’encourageant même maintenant à prendre un amant bien membré pour me remplacer !

Je reste à mes interrogations alors que nous restons enlacés longtemps à l’écart du monde. Bien sûr à être au contact avec mon Amour, peau contre peau, je finis rebander de désir pour elle. J’en suis gêné. Claire s’en aperçoit, se dégage lentement en me fixant d’un regard très triste, avant de pousser doucement à m’allonger sur le sol, sur les fesses. Pourquoi fait-elle cela ? Cela ne lui ressemble pas. Je veux la repousser mais elle me le refuse. Elle me monte alors pour une des plus étranges baises que nous n’avons jamais fait, un soumis et je ne sais quoi – une soumise ? – qui se prennent et se donnent du plaisir, enfermés au fond d’un chenil au bord d’un étang de Sologne. Cela soulage mes doutes et me laisse aller doucement dans la trouble jouissance… J’ai quand même l’impression d’être un profiteur de sa détresse actuelle… ou peut-être que finalement je me trompe encore.

Maîtresse est venue nous libérer à la toute fin de journée, alors que Claire s’était endormie en sécurité entre mes bras. Elle n’a pas eu à beaucoup la forcer pour l’envoyer se laver dans l’étang de ses « saletés »…

Nous la regardons se laver nue les pieds dans l’eau au bord de la rive. Claire n’a jamais été très à l’aise à nager là où elle n’a plus pied. Emilie l’attend avec une serviette.

- Elle est quand même belle, notre Claire…

Je note le « nous » et ses implications. Il y a après tout, aussi du « nous » maintenant entre Maîtresse et moi…

- Oui, elle a toujours été magnifique, Maîtresse. Et dès la première fois que je l’ai vu à la fac. Je me souviens encore de l’autre première fois où elle s’est mise nue devant moi quelques semaines plus tard. J’étais si intimidé…

- Vous formez un beau couple qui se révèle avec le temps, plus compliqué que la sage image qu’il renvoie… Moi j’ai connu Claire au collège et nous nous sommes suivies au lycée. Aussi loin que je me souvienne, nous avons été toujours amies. Mais la nature a été injuste. Quand nous sommes sorties de nos chrysalides à l’adolescence, Claire s’est métamorphosée est une fille aux formes magnifiques, qui attirait tant de garçons, tandis que je suis restée avec des formes plus disgracieuses, un « demi-boudin » comme m’a qualifiée une fois un garçon de ma classe… C’est la loterie de la Vie : l’équivalent chez vous les garçons d’en avoir une « grosse » ou une petite… qui travaille autant les filles que cela peut travailler les garçons…

- Mais vous êtes belle, Maîtresse !

- A tes yeux, je le suis devenue. Mais rappelle-toi comme, il y a peu de temps, tu regardais encore avec un peu dédain les formes de la bonne copine de ta femme… Tu ne faisais que reproduire l’éducation immémoriale des petits mâles qui ne jaugent qu’au canon supposé de beauté, avant qu’ils deviennent plus sages et trouvent de la beauté là où ils n’en voyaient pas. Mais il leur faut tellement de temps pour cela… comme s’ils restaient enfants bien plus longtemps que nous…

Sa voix a quelque chose de mélancolique triste.

- Alors s’il t’a fallu autant de temps pour « voir » ma beauté une fois adulte, pense comment cela devait être difficile à vivre pendant mon adolescence, d’autant qu’étant tout le temps avec Claire, la comparaison était immédiate aux yeux des garçons. Ils me trouvaient sympa, mais belle jamais et cela me faisait mal. J’étais finalement considérée comme une faire valoir de Claire autour de laquelle les garçons tournaient sans cesse…..

Je ne sais pas vraiment que dire ayant été surpris, moi aussi, les mains dans le pot de confiture.

- Et je crois que Claire, sous ses atours amicaux, considérait cela comme dans l’ordre des choses. Alors j’ai fait ce que les filles, dans mon cas, ont toujours fait : ce que la nature n’avait pas voulu me donner, je l’ai compensé par l’ardeur. Je suis devenue une salope, mais pas avec les garçons de mon âge, définitivement disqualifiés à mes yeux, mais des gars plus mûrs donc plus âgés. La règle était qui voudrait de moi, me prendrait ! Mon premier s’est appelé Thomas et il était interne à l’hôpital où j’étais pour une radio. J’avais 15 ans et demi et je l’ai allumé grave, au point que je suis reparti avec son numéro de téléphone. 3 jours plus tard, il m’a dépucelée en un seul mercredi après-midi de la bouche, de la chatte et, à ma demande expresse, du cul. Cela m’a remplie, si j’ose dire, d’une confiance nouvelle. Bien sûr, je me suis débrouillée pour que cela se sache. Je suis devenue immédiatement beaucoup plus populaire ! Ah les jeunes mâles en rut… Mes rapports avec Claire se sont inversés à partir ce moment : c’était maintenant moi qui menait la danse et elle qui me suivait partout… jusqu’à ce que je lui fasse perversement rencontrer mes amants qui allaient me baiser à fond dans l’heure qui suivait, pendant qu’elle restait toujours et encore pucelle ! Tu sais comme on peut être vache à cet âge…  Elle était si mignonne en petite Barbie encore vierge à rougir à ne plus finir quand j’évoquais l’action des queues de mes amants. Cela m’a donné une envie…  Appelle cela comme tu veux, un caprice de filles si tu veux, mais j’ai eu alors la folle idée d’être la première de Claire. L’ancienne « demi-boudin » s’est dépucelée avec plaisir la petite Barbie brune! 

- Comment cela dépuceler ?

- Tu ne t’es pas demandé pourquoi le gode ceinture ne faisait pas partie de mon attirail de Maîtresse ? Parce que c’est un moyen que j’ai réservé très tôt entre filles… J’ai demandé à Thomas de m’en acheter un en sex-shop en échange d’une baise dans son pieu un mercredi après-midi. Il a été très sympa de nous prêter son studio pendant une de ses gardes. J’y ai emmené Claire un peu surprise... Elle n’a d’abord pas cru puis pas voulu … mais je suis arrivé finalement techniquement à mes fins. Et pas qu’une fois avant de nous quitter après le bac ! 

Je sais bien qu’il y a toujours des secrets dans un couple. Mais là je tombe des nues : Claire dépucelée au gode ceinture par sa copine Emilie !!! Elle ne m’en a jamais parlé…

- Bref je ne te fais pas un dessin. Je te laisse imaginer tout ce qui peut être fait entre filles… Claire était parfaite : une jolie poupée disant toujours non, avant de se laisser persuader et me donner, le rouge au front, sa langue, sa chatte et bientôt son petit trou. Elle a pris  quelques fessées aussi… Elle n’a jamais été dans l’amour entre filles, mais avec moi, elle s’humiliait à me laisser faire… pour son plus grand plaisir très trouble. C’est en cela que vous vous ressemblez beaucoup. J’ai fini par me fâcher avec Thomas : plus de studio… Alors je lui ai imposé de faire cela chez elle, sur son petit lit d’adolescente, à côté de la chambre de ses parents et de celle de son petit frère. Papa et Maman étaient ravis qu’elle ne coure pas le garçon. S’il avait su ce que je lui faisais dans la chambre…

Je m’en doutais, vu tout ce qu’elle m’a fait depuis une semaine : Emilie est une dominante née qui adore voir certains autres à sa chatte ! Le genre de femme qu’il faudrait normalement éviter avec soin mais qui là m’excite. S’il devrait avoir quelque chose de choquant d’imaginer Claire en train de se faire forcer à être baiser par une fille, à quelques mètres de mes très convenables beaux-parents, moi au contraire cela, m’émeut le zizi qui se met à bander. Je devrais la plaindre à la place. Je dois être irrécupérable…

- Bien  sûr, passés les premiers mois, Claire a essayé de s’émanciper de mon influence. C’était un garçon d’une autre classe, appelé Arthur, particulièrement mignon. Je voyais bien qu’il était amoureux et elle n’y était pas insensible, le faisant « patienter » comme toutes les filles bien élevées. J’ai été peau de vache et je lui ai piqué. L’avantage des puceaux de cet âge, c’est que, sous leurs meilleures intentions, se cache le besoin de se faire enfin dépuceler, comme les « autres ». Il n’a pas été difficile à convaincre de me rejoindre sur le lit. Et après, je  l’ai imposé à Claire pour nos sorties du mercredi en ville, main dans la main et bisous, comme un rappel permanent de ma mainmise sur sa sexualité… C’était disons agréable de se faire sucer par ta Claire après avoir été baisé par Arthur dans le même après-midi. Je pense que sa fascination / répulsion pour le jus d’homme vient de là…

Ce prénom Arthur me saisit. C’est celui qu’a crié Claire à la face d’Emilie au début de leur dispute ! Et je commence à comprendre la clé qui me manquait : en quelque sorte, Emilie vient de récidiver en me « volant » aux ambitions dominatrice de Claire. D’où sa colère. Jusqu’à quel point, je ne sais pas encore...

Claire a fini ses ablutions et nous rejoint toute mouillée.

- Vient que je te sèche comme au vieux temps… dans la salle de bain de tes parents.

Le souvenir fait remonter le trouble honteux au visage de Claire. C’est vrai qu’elle peut être charmante rougissante. Je me demande si je ne l’ai jamais vu ainsi ? Sans doute pas, encore un aspect de sa personnalité qu’elle m’a dissimulé tout le long de ces années…

- Nous étions en train de parler de ta découverte de l’amour adolescent…

Claire se renfrogne et baisse les yeux en fixant le sol… 

Plus tard, nous avons mangé. En fait, drôle de moment : moi comme à mon habitude de la semaine, à avaler ma gamelle de pâtes froides sur le sol en chien. Mais Claire si elle reste nue avec son collier à paillettes dîne à table en face de Maîtresse habillée. Elles parlent de copains et copines de leur jeunesse que je ne connais pas. Tout serait quasi naturel, si Emilie ne rougissait pas délicieusement sous les yeux d’Emilie… et les miens par ricochet…

Le repas terminé et la table rangée, Maîtresse s’aperçoit que je suis resté queue libre de toute la journée et me renferme sous clé. Et bizarrement elle me remet mon harnais de bouche pour me condamner à la seule écoute.

- Et si nous disions à Pierre ce qu’il sait réellement passé à l’hôtel en décembre ?

Cela semble tenir plus de l’ordre que de l’invitation. D’ailleurs…

- En position sur le canapé… et toi couché sur le sol à écouter en chien sage…

Je vois Claire s’agenouiller avec réticence sur le canapé, mains sur la nuque, exposant son corps des seins à la chatte. C’est une position nettement soumise et cela réveille mon zizi en cage.

- Tu connais maintenant le prologue, Pierre. La trouble sexualité de Claire jusqu’à ses 18 ans. Et son envie de te dominer réellement qui est apparue l’été dernier.  Chose étonnante pour une femme si bien élevée et convenable, qui a dû t’intriguer… Maintenant avec le background de son adolescence secrète, les pièces doivent se rassembler pour toi... Mais le plus simple c’est de lui demander directement puisqu’elle est là…

Et là je vois, incrédule, Maîtresse se saisir des tétons exposés de Claire.

- Aie ! Oui je vais tout dire, mais arrête !

- Pourquoi, j’arrêterais puisqu’au fond de toi cela t’excite ?

Deux doigts descendent dans sa chatte et en reviennent luisant de l’excitation qui y règne. Claire baisse la tête d’humiliation…

- Oui c’est cela. Je suis venu pour essayer de retrouver la mimi d’avant !

- Et pourquoi voulais-tu cela ?

Maîtresse lui pince plus fort les tétons.

- Parce que… aie !... parce que cela m’excitait la chatte de te retrouver...  de cette manière !

- Pourquoi ? Ton Pierre a le droit de savoir…

- Aie !! Parce que sous mes airs bien comme il faut, je ne suis en fait qu’une grognasse lubrique qui adore se faire baiser par une fille !

Je suis abasourdi d’entendre sortir de la bouche de ma Claire, des propos aussi grossièrement sexuels ! Cela me fait l’effet d’assister au résultat d’un dressage d’animal de cirque…

- Et tu as été bien baisée ?

Claire a du mal à répondre à l’indécence de la question. Elle devient écarlate et baisse les yeux instinctivement. Elle dit d’une voix faiblarde.

- Oui…

- Humm cela devient intéressant… Regarde comment cela se fait se dresser le petit zizi de ton mari ! Je pense qu’il meure d’envie que tu lui racontes ce qu’il s’est réellement passé pendant ton séjour avec ta Mimi…

- Je… je suis arrivé au train. Tu m’attendais… heureusement…

- Tu avais peur que je ne vienne pas ?

- Oui…

-  Cela aurait dommage de rater la descente du train d’une adolescente rougissante de 38 ans en manque, avec des yeux frit d’excitation ! Continue…

- Tu m’as surprise en m’emmenant directement dans le nouveau Beate Hilse, sur la place de la gare. C’est un sex-shop moderne où j’aurais dû me sentir à l’aise mais je ne l’étais pas… je balisais !

- Ah bon ? Pourquoi ? Pierre brûle du zizi de le savoir…

- Parce que… que… tu m’avais demandé de… te choisir un gode-ceinture pour … parce que tu me tenais la main… sans ambiguïté… parce que la vendeuse m’a fait un large sourire sous-entendu…

- Tu aurais vu Pierrot comment elle a failli défaillir quand cette charmante Dame lui a demandé… qui porterait le gode ceinture ? Bref elle a fini par se choisir un modèle pour que je lui lime les trous… les trous car je lui ai annoncé que je lui prendrais aussi le petit trou, comme au « bon vieux temps »… Mais ce n’est pas tout, ta Claire a voulu « autre » chose… Tu lui dis ?

Je vois Claire devenir écarlate comme jamais depuis que je la connais !

- j’ai demandé… à Mimi… de prendre aussi… un collier et une laisse… et un martinet… Elle me l’a fait répéter 3 fois devant la vendeuse de plus en plus fort ! La honte !

Comment cela, Claire a demandé volontairement à Mimi de la soumettre alors qu’au même moment elle envisageait de devenir ma Maîtresse ?! Je ne comprends plus rien…. Comment Claire peut avoir  2 volontés qui m’apparaissent si contraires en même temps ? Elle qui est d’habitude si décidée….

- Je vois que ton petit mari soumis est perdu là et a besoin de tes explications….

- Je ne sais pas trop comment le dire… L’été et l’automne dernier, j’ai pas mal lu sur la D/S. J’avais au départ envie de devenir pour mon mari, la petite Maîtresse de ses rêves. Mais à force de lire, j’ai dû me résoudre que cela m’excitait pas mal la chattoune… Et pas que les comptes rendus de la domination domestique des épouses sur leur mari, j’ai découvert aussi la D/S entre filles… J’ai enfin fini par mettre des noms sur ce qui s’est passé au lycée : domination et soumission. Et la nostalgie de ces moments m’ont fait mouiller, là aussi, peut-être même plus que la perspective de devenir une petite salope sadique pour mon mari !

- Tout s‘est arrêté avec Claire au bac quand on est parti faire nos études dans des villes différentes… Nous n’en avions jamais reparlé ensemble ; je veux dire intimement, de ce qui était enfoui dans notre passé commun. J’ai donc été très surprise de le voir ressurgir dans un long mail de confession, qui évitait soigneusement d’appeler un chat, un chat. Mais j’ai toujours su lire entre les lignes… d’où ma proposition de nous retrouver entre filles et seulement. Allez racontes la suite….

- J’étais à la fois heureuse et gênée de me balader main dans la main avec mimi. En fait surtout gênée quand elle a demandé à l’hôtel une chambre avec un « grand lit » ! Je regardais le sol…

- Attends, je vois que tu t’excites encore. Tu as pris notre martinet ?

Claire baisse les yeux…

- Oui… il est dans la voiture…

- Alors va le chercher !

Claire revient avec le martinet de cuir rouge qu’Emilie utilise immédiatement pour lui fustiger les seins, ce qui retire quelques cris et grimaces de petites douleurs. Elle se tortille sous les lanières et « Maîtresse » attend patiemment qu’elle reprenne sa position. Pourtant les coups me semblent légers... L’explication vient encore une fois de Maîtresse.

- Ta Claire est très douillette. Beaucoup plus que toi qui recherche le plaisir masochiste et épicé d’une raclée en bonne et due forme. Tu me sembles d’en avoir jamais assez et il faut pousser très loin pour te mâter. Claire est différente tout simplement parce qu’elle n’aime pas avoir mal au sens propre. Mais elle aime le symbole que je lui impose ce baiser exigeant sur sa peau. C’est pour cela, qu’elle appréhende l’instant où elle devra passer par la « raclée » véritable pour apprendre à t’en donner une de même niveau de ressenti… Bon n’évoquons plus des perspectives douloureuses,  et revenons à notre rencontre en décembre. Claire, Pierre doit avoir hâte de connaitre la suite…

- Tu m’as mise immédiatement nue avec le collier. J’adoré ce contraste, moi nue et fragile et toi qui est restée habillée en passant simplement le gode ceinture au-dessus du pantalon. Et là, oh mon Dieu ! Le gode était divin tellement j’étais chaude. Je n’ai pas arrêtée de jouir d’abord de la chatte puis du cul qui s’est tellement ouvert, un vrai gouffre à gode ! Cela ne me fait jamais cela avec toi…

Cela me fait surtout sur le moment une dureté extrême, douloureuse, dans la cage à imaginer les 2 femmes baiser ensemble !! 

- … tu peux être d’une telle nature jouisseuse ma chérie… une vraie petite salope en manque perpétuel… que j’ai dû utiliser le martinet pour te calmer un peu, au moins pour que tu redescendes quelque peu… pour que nous puissions discuter entre filles. Cela a été réellement cela Pierre, des discussions entrecoupées de baises sur nous et sur ton cas…

Je regarde Maîtresse avec intérêt : je vais enfin savoir de qui je tiens mon sort actuel. Et puis le nous qui ne m’inclut pas est une perspective nouvelle et troublante pour un petit mâle face à ses 2 femmes…

- Je crois que le moment est arrivé de tout te révéler… Ecarte les cuisses ma chérie… je sais que tu as besoin d’une motivation particulière pour te livrer corps et âme… à ta mimi. Nous avons vu en décembre combien il peut être long de te faire livrer tes basses pensées intimes… Pierre t’écoute attentivement.

Les lanières du martinet viennent cingler en une ferme douceur la fragile peau de son sexe entraînant de nouveaux grimaces douloureuses, tortillements et à ma grande surprise : quelques premiers râles de plaisir !

- Première question qui passionne ton Pierre encore déboussolé : qu’est ce qui s’est passé l’été dernier chez tes parents pour que tout à coup, tu te décides à le dominer réellement comme il te le demandait depuis des années ? Plus en jeu pour lui faire plaisir…

Les lanières se font plus pressantes pour rappeler que le mensonge n’est pas autorisé dans le jeu de la vérité !

- Je… je suis tombé dans la poche de sa valise sur le roman porno qui avait apporté… je ne savais pas qu’il avait cela.

Là, c’est moi qui rougis à mon tour. Le roman s’appelle « Madame et son chien » et il suit depuis plusieurs années mes branlettes de mon côté ! 

- J’ai d’abord été choquée qu’il ait eu besoin d’emporter cela, alors que j’étais sexuellement  disponible en vacances… Je l’ai lu avec un sentiment de jalousie au ventre, me doutant bien ce qu’il pouvait faire avec la main sur la queue… Et en plus pendant nos vacances ! Alors qu’il ne s’occupait pas assez de moi à mon goût… Pour moi cela ne pouvait qu’être qu’un ramassis infâme de fantasmes d’hommes. Et J’étais prête à te le renvoyer à la face ! 

- Et donc…

- La lecture m’a rapidement troublé la chatte à mon grand étonnement. Le pouvoir de cette femme… la docilité  contrainte de l’homme… Je l’ai lu moi aussi la main sur mon bouton. J’aimais moins les séances grandiloquentes, mais j’ai adoré le récit de leur vie quotidienne, comme elle le dresse à être toujours plus parfait, comment elle le manipule. Et surtout, pour la première fois, j’ai compris la logique de la discipline conjugale aux instruments ! L’auteur explique très bien cela… En fin d’après-midi quand Pierre m’a retrouvé dans la chambre, j’étais dans un état de tension inavouable et je lui ai sauté dessus !

Je me souviens de ce retour maintenant. Claire m’a taillé une pipe d’enfer avant de m’amener à la prendre directe au petit trou ! Un vrai feu follet… C’était donc cela !

- Qu’a tu fais ensuite ?

- J’ai d’abord lu le livre 3 fois à la suite, puis encore les passages qui me faisaient tant mouiller. Pui la curiosité féminine a été là : j’ai voulu en savoir plus et je suis allé voir des centaines de pages sur internet. Des récits de vie réels cette fois. Et j’ai bien eu du courage, vu la lenteur de l’ADSL chez mes parents. Ma décision avançait : j’ai envie de plus en plus de tenter ce genre d’aventure de vie avec mon mari ! Et en plus, puisqu’il en rêvait…

- C’était quand, rappelle moi ?

- Chez mes parents cet été…

- Attends Pierre ne comprend pas : tu as « collectionné » sa production de sperme bien avant…

- Oh cela ? Tu sais que nous utilisons des préservatifs puisque je ne peux plus prendre la pilule. Pierre laisse toujours traîner la capote usagée sur sa table de chevet à la vue des enfants. C’est toujours moi qui m’en occupe. Un jour, j’en ai eu marre et au lieu de la jeter je l’ai mise dans une boîte au congélateur avec l’idée de la lui rendre un jour pendant un de nos jeux comme tu m’avais rendu le sperme d’Arthur… Mais à l’époque, il n’y avait pas de collection. Juste une boîte… Je l’ai créé ensuite avec les numéros.

- Question n°2… Pourquoi ce désir annoncé d’épurer la domination en lui enlevant toutes ses fantaisies ?

Question saluée par un coup sec qui lui arrache un cri !

- parce… parce qu’il s’excite trop de cela ! Cela ne lui coûterait rien !

Je la regarde sans comprendre. Claire soutient mon regard et me parle directement…

- Tu es devenu un bac+10 en D/S. Je suis sûr que tu as essayé tout seul de ton côté des tas de choses en t’excitant. Quelle place cela me laisserait ? Celui de la Maîtresse inconnue qui te ferait cela comme tu le désires tant ! Pas celui de TA Maîtresse ! Si tu avais été vierge d’esprit en pratique BDSM, alors oui j’aurais pris du plaisir à les découvrir avec toi. Mais pas dans ces conditions, où je ne serai jamais sûre vers où se tourneront tes pensées, pendant que je ferai. Si nous construisons cette nouvelle relation ensemble, il te faut aussi puceau que je peux l’être… Et puis ce n’est pas tout : mon idéal c’est l’homme aimable et servant, pas l’esclave à mes pieds qu’il faudra toujours gaver de perversités nouvelles, sinon, si j’en suis les expériences lues, cela sera un échec assuré ! La mise en place de cette relation doit te coûter autant que moi… et pour cela il est indispensable que tu me sacrifies toutes tes excitations passées. Tu comprends ?

Oui je comprends qu’il ne peut en être autrement, mais la perspective d’être transformé en moine cistercien à réprimander mes désirs ne m’enchante pas… et même me fait peur. Emilie réagit alors étonnement, par une longue séance de martinet sur la chatte en lui faisant la morale…

- Tu recommences encore à vouloir aller dans l’extrême… avec son tempérament, cela ne marchera pas. Un homme a besoin d’espace de soupapes de temps en temps… Et tu te prives de moments de complicité forts avec ton homme, même soumis. Je t’ai déjà dit qu’il sera 100 plus efficace d’apprendre à les gérer que de chercher à les supprimer. Et tu restes toujours aussi têtue ! Nous règlerons cela plus tard… Ce qui m’amène à la 3ème question : toi et moi… Peux-tu éclairer Pierre qui se doute maintenant de pas mal de choses mais ne sait pas tout ?

- Je vous suis soumise. 

Je note le vous D/S qui arrive dans la discussion. 

- Explique ton cheminement à Pierre comme tu me l’as expliqué en décembre…

- C’est compliqué. Deux choses sont montées en moi depuis l’été : la volonté de te soumettre Pierre et le besoin de me redonner à une Autre. Je sais que cela peut paraître fou, mais c’est comme cela. J’ai besoin de me sentir appartenir à celle qui m’imposait une relation D/S sexuelle au lycée sans que je le comprenne…

- Je ne la concevais pas comme cela à l’époque, c’était surtout très naturel. Mais tu as raison, c’était techniquement cela comme tu me l’as si bien rappelé…

- Je t’aime toujours follement Pierre ! Mais j’en aimais une autre avant et je n’ai pas cessé de l’aimer finalement quand j’y ai repensé. C’est un amour différent. Je ne suis pas du tout attirée par l’amour en filles, mais j’adore quand Emilie m’impose d’avoir ce type de relation. Je me sens si bien à me laisser aller et ne plus devoir raisonner… La logique est finalement cela : je veux devenir ta Maîtresse exigeante et concrétiser en même le fait qu’Emilie soit la mienne dans les faits depuis ma découverte de l’amour. Je me suis aperçu, alors que j’avais refoulé cela au fond de mon esprit, combien il est symbolique d’avoir été dépucelée par Emilie ! Je regrette finalement de l’avoir perdue de vue pendant toutes ces années…

- Je n’ai pas été surprise de voir revenir Claire en amante. Aux échanges que nous avons eus avant, je me doutais bien de pourquoi elle venait me voir et j’étais heureuse à la perspective de la retrouver au lit. Mais par contre, je n’imaginais pas que Claire ait le besoin d’intellectualiser notre relation de cette manière, pour clore le chapitre de notre adolescence. Le collier et le martinet m’ont prise au dépourvu au départ. J’ai cru à une fantaisie érotique et j’ai joué à la méchante Maîtresse avec plaisir. Mais quand Claire, à la fin de nos 2 jours, m’a offert quelque chose qui lui couterai beaucoup, j’ai dû regarder sa demande d’une manière totalement différente. J’ai pris quelques semaines de réflexion avant d’accepter Elle et son don. C’est pour cela que nous sommes venus vous voir à la fin de l’année… Le reste, il faut que tu l’entendes de sa bouche…

- Tu sais Pierre, que je crois que dans la soumission réelle, il faut nécessaire commencer par un sacrifice à l’autre, quelque chose qui compte terriblement pour soi et que l’on rend à l’Autre. C’est ce que je te demande pour tes fantaisies sexuelles et moi j’ai offert à ma Maîtresse désirée, quelque chose de symboliquement très fort : le droit d’avoir un enfant du sperme de mon mari avec mon assentiment ! Ce n’est pas son idée, c’est la mienne totalement assumée !

La révélation est un tel choc ! Je soupçonnais une relation D/S entre elles mais de là à imaginer que tout cela est une idée de ma prude et jalouse Claire et non d’Emilie !!!

- Pierre, nous sommes allées voir un notaire le 30 décembre. Je voulais aller jusque-là. J’ai signé mon appartenance définitive à Emilie et mon accord que mon mari lui fasse un enfant. Le pauvre homme ne savait pas où se mettre, mais nous voyions bien qu’il bandait à mort dans son pantalon. Ma nouvelle Maîtresse Emilie m’a ordonné à voix haute à la fin, de le sucer séance tenante ! Je n’ai jamais été aussi humilié de ma vie quand je me suis agenouillée devant sa braguette. Il était aussi rouge que moi. Il a d’abord essayé de me repousser mais cela ne l’a pas empêché de jouir finalement sans gêne dans ma bouche …

Je m’agite à la folie de ces révélations. Un notaire ! Toute la ville doit le savoir maintenant ! Au point que Maîtresse a besoin d’user de son martinet sur mes fesses et mon dos pour me calmer…

- C’était effectivement un moment follement excitant. L’idée m’est venue comme cela… Après j’ai emmené ma soumise fêter sa mise en soumission dans une chambre d’hôtel à proximité pendant que vous nous pensiez aux courses. D’ailleurs j’ai une folle envie de la langue de ma soumise maintenant, dépêchons nous de finir de tout raconter à Pierre… ce qu’il a vu aujourd’hui. Pourquoi ma soumise a eu tort de se mettre en colère ?

A ce rappel, Claire baisse les yeux en soumission.

- Nous t’écoutons… 

- J’étais jalouse ! Bien sûr je savais que vous alliez faire l’amour pour concevoir l’enfant. Bien sûr que je me doutais qu’il y aurait des échanges SM. Tout cela je l’ai accepté à l’avance, mais retrouvé mon mari en chien sans aucun poil et heureux de son état, cela a été trop ! 

- Et qu’est-ce que je t’ai dit ?

- Que je vous ai reconnu le titre d’être ma Maîtresse. Qu’en conséquence plus rien ne m’appartient plus et en particulier mon mari. Que vous aviez donc le droit de disposer de lui comme vous vouliez… Je n’aurais pas dû me mettre en colère. C’était une faute…

- Et une faute qui te vaudra une punition demain. Mais en fait si j’ai fait tout cela, c’est pour te donner une leçon. Tu as imaginé dans ton esprit une hiérarchisation purement intellectuelle : moi tout en haut, puis toi et enfin ton mari au plus bas, sans demander mon avis. Plutôt risqué comme décision pour la soumise qui se veut si obéissante, que tu me dis être. Je t’ai aussi demandé de revenir sur ta position très sèche en ressentis de la domination envisagée sur ton mari. Tu n’as pas tenu compte de ma demande qui est portant compréhensible et juste pour Pierre. J’ai donc aussi pris le pouvoir sur l’esprit de Pierre.

- Mais vous m’aviez promis que vous ne le feriez jamais !

- Voilà que tu recommences… Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Tu ne mens jamais toi ? Tiens qu’est-ce que tu as dit à tes parents et beaux-parents pour justifier que vous ne veniez pas et qu’ils doivent se refiler les enfants le week-end prochain ?

- Que…que nous avions un mariage d’amis…

- Alors que tu voulais la paix à la maison pour dresser ton mari… Tu vois que tu es pleine de paradoxes. Allez ça suffit pour ce soir, j’ai envie d’abuser sexuellement de ma soumise maintenant… Montons.

Dans la chambre, je me retrouve attaché à la chaîne de mon panier. Claire est gênée par ma présence.

- On ne pourrait pas le mettre pour la nuit au chenil, pour laisser les Dames tranquilles ?

Je la regarde véritablement effrayé par mon sort nocturne, mais Emilie vient immédiatement à mon secours.

- Claire, en cette saison, c’est impossible de lui faire passer la nuit dans le chenil. Et tu as conscience pourquoi tu veux cela ? Réfléchis-y bien…

Claire se tait un moment avant de conclure elle-même.

- Parce que j’ai la chatte en feu pour Vous et que j’ai honte de le montrer à mon mari…

- Et c’est donc pour cela que nous allons le laisser tout voir… 

Maîtresse Emilie dirige alors la tête de sa soumise entre les lèvres de son sexe… Commence alors la plus folle nuit de ma vie de zizi voyeur coincé dans sa cage.

dyonisos


-> Les autres petits contes D/S

Par dyonisos - Publié dans : Petits contes D/S
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires

Présentation

blhumor.jpg

 

 

Chronique des jeux BDSM d'un couple : Elle Dominante et lui soumis. Maîtresse N. et dyonisos.

    Nous & le pacte BDSM


Retour à la page d'accueil

Sondage

Trafic

 1  visiteur(s) en ligne

 

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés