Samedi 18 juin 2016 6 18 /06 /Juin /2016 14:10

9 avril

Ce matin, j’ai eu le droit de prendre une douche avec Monsieur Jean. Et je ne sais pas ce qui est le meilleur : sentir l’eau chaude sur mon corps pour la première fois depuis 7 jours  ou sa queue venue s’enfiler naturellement dans mon boyau sous la pluie de gouttelettes. Et qu’importe si j’ai le petit trou douloureux à force de l’avoir eu trop forcé, c’était follement érotique d’être pris dans cette situation, la tête écrasée contre le carrelage avec la frustration de ne pouvoir rien faire pour mon sexe coincé dans sa cage de verre. Trop bon ! Après j’ai même droit à un vrai petit déjeuner. Le café ne m’a jamais semblé aussi bon…

Monsieur Jean a prévu d’aller voir ses petits-enfants à Bordeaux ce week-end et il est encore très tôt quand il me ramène à l’étang. Maîtresse Emilie dort encore. Il me dirige donc pour m’enfermer au chenil…

- Au revoir, mon petit bâtard. C’est là qu’on se quitte… Ton petit cul vierge était vraiment très bon…

Je m’étais habitué à lui et à sa queue. J’ai des yeux de chien triste, quand il remet en place mon harnais de taurillon. J’essaye de l’amadouer et j’y réussis !

- Tu es vraiment insatiable comme petit bâtard !

Mais pour moi ce qu’il compte c’est qu’il défait se ceinture et que son pantalon tombe à ses chevilles. Je viens me frotter immédiatement contre sa bite dans son caleçon et renifler. Un peu trop propre à mon goût : je la préfère plus odorante et gouteuse. Mais tant pis !

J’obtiens vite de la rendre dure à point. Je m’amuse à la faire sortir du caleçon en tirant sur les tissus avec les dents, en bon chien lubrique. Sa queue rebondit contre ma joue à sa libération et immédiatement je me mets à la pomper avec une terrible envie…

Plus tard, je reste seul, attaché à la chaîne dans le chenil. Je porte mon harnais avec le mors entre les dents. Mais j’ai surtout le goût de son jus de Maître qui me reste en bouche et j’adore être marqué comme cela ! Je me sens moins libre et plus soumis. 

Maîtresse Emilie vient me chercher 2 heures plus tard. Je savais qu’elle était levée mais Maîtresse tient à son calme du matin, sans esclave à contrôler. L’entrée est parfaite : je me retrouve immédiatement mis à recueillir précautionneusement  à la source son nectar doré goûtu du matin. Je pense que la soumission, c’est d’abord l’affaire de ressentir dans son corps l’emprise du Dominant. Et là je suis aux anges !

Quel chemin en soumission j’ai fait en si peu de jours ! J’en reste tout bouleversé en corps et en esprit. Je ne sais pas si c’est ma nature profonde, ou plutôt l’essentiel de mon fonctionnement d’être humain. Mais je ne peux nier que le besoin de me soumettre à un autre humain, fait partie de mon ADN. Claire, en cela, a été clairvoyante ! Ah oui, Claire… Pour la première fois, j’ai peur de ne pas être à la hauteur. Je l’aime. Elle me manque à ce moment, mais je ne sais pas si j’aurai la force de vivre la soumission dépouillée, très cistercienne qu’elle me destine. Ici c’est facile, comme un grand Disneyland de la D/S, avec plein d’activités toutes plus physiques ou émotionnelles que les précédentes. C’est comme un méga grand huit : on y monte ; on appréhende intensément pendant toute la montée en se demandant si c’était une bonne idée et puis on bascule. Dès lors, il n’y a pas d’autre possibilité que de se laisser emmener jusqu’à la fin, malgré les peurs et le mal être en évitant surtout de penser au virage suivant.

C’est comme cela que cela marche ici. Je suis monté sur le manège et tout n’a été qu’une longue descente pleine de ressentis et d’émotions primales. Maîtresse Emilie est parfaite, Monsieur Jean : formidable. J’en prends plein les sens pour les années à venir !

Mais je crois au fond de moi-même que cela ne peut être qu’une parenthèse. Une vie ainsi très proche de l’absolu des fantasmes du soumis en manque, n’est pas possible au jour le jour. Cela ne pourrait plus être aussi dense et machiavélique. Je me rends compte à la fin de cette semaine combien de temps Maîtresse Emilie a du passer à préparer tout cela. Quasiment aucun temps mort pendant des journées ! Ouah ! Non ce n’est pas possible de continuer ainsi, même si sur ce moment, je ne souhaite que cela puisse continuer à l’infini. Déjà parce qu’il y a les contingences de la vie. Ce huis-clos D/S nie les familles. Il n’y pas de devoirs à faire faire,  pas de famille à visiter, pas tout simplement de courses à faire. C’est déjà un miracle si cela a pu durer, hors du temps, pendant 7 jours… 

Et même si Maîtresse Emilie me ramenait en esclave chez elle, que se passerait-il ? Elle a un boulot, un enfant, peut-être 2 bientôt, un mari. Elle n’aurait pas plus de temps pour s’occuper à me martyriser ! Je crois que finalement Claire est dans le vrai. La voie de la D/S conjugale en devenant sont petit mari bien dressé est la seule capable de marcher. Si au moins, elle voulait y mettre de temps en temps quelques confiseries douces-amères…

Je repense au papier d’appartenance que Maîtresse Emilie m’a fait signer. Je n’ai pas eu beaucoup de temps depuis hier soir, vu la nuit de folie au pays des Hommes que j’ai passée. Il me rend mal-à-l’aise maintenant. Non que je regrette de l’avoir écrit… Regretter serait possible si j’avais eu le choix. Mais là je ne l’ai pas eu : la progression de l’action de Maîtresse a été-telle qu’elle pouvait obtenir tout ce qu’elle voulait tellement j’étais coincé dans un tel état de crainte véritable. Ce n’était plus un jeu d’attitude auquel je consentais sans avoir l’impression de consentir, mais un quasi « viol » de ma personne en force. Je crois que c’était quelque chose de mûrement réfléchi de sa part, mais je ne vois pas quelle pourrait être son utilité… Je ne crois pas, une seconde, qu’elle va me kidnapper et me ramener chez elle. Cela donc à voir avec ma Claire, que je ne vois pas accepter du tout, quand elle le saura. 

C’est d’une telle agressivité entre femmes ! Non seulement Emilie lui fait accepter, je ne sais pas comment, qu’elle la cocufie et de la plus violente manière qu’il soit, avec un potentiel bébé qui rappellera en permanence à l’Une ce que l’Autre lui a fait. Mais voilà en plus, qu’elle la prive de son « jouet » soumis, en tirant la première. Non, je ne vois pas comment Claire pourrait bien le prendre… leur retrouvailles va être orageuse et j’espère ne pas en faire les frais…

Maîtresse me coupe dans mes pensées en m’amenant aux « besoins ». J’ai déjà pissé ce matin chez Monsieur Jean et je n’ai pas l’empressement habituel d’y aller. Mais chemin faisant, alors que mon cul dandoline avec ma marche canine, je découvre que la dose de sperme que j’ai reçu sous la douche a fait son travail de sape habituel et que je vais devoir une nouvelle fois m’humilier, devant les yeux de Maîtresse, à faire, ce qui habituellement se fait dans l’intimité…

- Claire arrive ce soir nous rejoindre. Cela sera bientôt la fin d’ici. FAIS LE CHIEN !

Pourquoi a-t-elle dit cela à ce moment précis ? Cela me le rend encore plus difficile…

Elle m’attelle ensuite à tirer un dernier œuf. Il faut croire que je n’ai plus aucun proche car il me faut tirer dangereusement sur l’attache de mes couilles pour en trouver un ! Je suis heureux de la ramener à celle qui restera à jamais la Maîtresse exceptionnelle de cette semaine dans mes souvenirs. 

L’œuf trouvé est soigneusement mis de côté. Et Maîtresse Emilie m’intime l’ordre de détruire les preuves…Pour cela et pour la première fois, je suis libéré de mon quatre pattes, pour découvrir avec un râteau, les 10 œufs restant qui finissent par disparaître dans le barbecue qu’elle me fait allumer, emportant à jamais la perversité que chacun contenait, sans aucun doute.

Et je reviens, en chien soumis, au pied de Maîtresse qui ouvre le dernier œuf de complicité entre nous. Je la regarde faire. Le contenu n’a pas l’air de l’enthousiasmer… Pour la première fois, elle me tend le papier plié dans l’œuf. Je blêmis à sa lecture.

- Je suis vraiment désolée, Pierre. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris de le mettre dans les possibilités. A ce que je me souvienne, c’était celle de la liste qui t’attirait le moins. Je ne sais pas, peut-être ai-je mis cela dans la liste pour la symbolique, en me disant qu’il y avait zéro chance qu’elle sorte… On peut ne pas la faire, si tu veux…

Je regarde de nouveau le papier. Je suis très attaché à la symbolique D/S, mais là c’est plus que limite… et pas sans danger. Pourtant j’ai accepté cette part du hasard. Emilie la souhaitait. Elle ne nous plaît pas. Et alors ? C’est le risque de ce type de jeu… Je réponds donc.

- Maîtresse, je crois qu’il faut totalement respecter les règles du jeu que vous avez fixées et que j’ai acceptées. Cette épreuve est sortie, je l’ai ramené entre mes dents et je n’ai aucun droit d’essayer de l’éviter, même si elle me terrifie et qu’elle est dangereuse par nature.

- Pour la première fois, la Maîtresse, comme tu m’appelles, ne sait pas où elle en est. Je ne me reconnais pas pour avoir retenu cela. A ma décharge, j’étais tellement excitée à parcourir ta liste… Mais pourquoi ai-je retenu cela spécifiquement ?

- C’est à vous Maîtresse, qui avait gagné par contrat signé et à mes yeux un total pouvoir sur moi, de décider. Je m’y plierai si vous décidez de me l’imposer…Cela me coûte beaucoup de vous laisser libre choix. Mais comme je le pense, je considère la D/S comme une chose qu’il faut respecter. Le soumis subit, la Maîtresse décide.

J’attends que Maîtresse Emilie se décide. Si elle y renonçait, cela serait génial. Mais si elle décide de persévérer dans sa folle envie que je crois inconsciente, je m’y soumettrai…

- Je ne sais réellement pas quoi décider. Je suis stupéfaite d’avoir laissé cela passer. Mais tu montres la voie : je l’ai écrit, il faut donc que j’assume. Je le ferai donc, quoi qu’il m’en coute. Comment puis-je t’aider ?

- Mettez-moi au rebut au chenil en attendant Maîtresse. J’ai besoin de m’y sentir contraint. Et surtout personne ne devra jamais savoir c’est trop noir…

- Je suis d’accord avec toi, ni Claire, ni Hervé. Cela restera un lourd secret entre nous…Donc au chenil, esclave !

Je suis donc enfermé dans le chenil, pleinement conscient de ce que je vais subir. Cela me terrifie. Mais j’ai une sourde excitation à ce que Maîtresse me l’impose. J’attends depuis peut être une heure quand Maîtresse revient…

- C’est l’heure, esclave…

Je la remercie du « esclave » qui me facilite l’acceptation de ce qui va se passer, en totale soumission. Je la suis vers la maison, comme un condamné monte à l’échafaud…

Je suis remis au chenil une heure plus tard. Ce qui devait se faire, a été fait, en folie D/S. J’y ai survécu. Nous avons survécu. C’est notre terrible secret DS/ entre nous, que nous n’évoquerons plus jamais même si je crois que cela nous a marqué à vie tous les 2 et qui pour l’instant, encore, me rend terriblement mal à l’aise.

Je reste toute la journée au chenil. Maîtresse Emilie m’évite au maximum, et ne revient que pour m’amener ma gamelle de pâtes froides à midi, avant de s’éclipser immédiatement. Elle part finalement manger à l’extérieur. 

Je reste enfermé l’après-midi dans le chenil où l’ennui me prend. Oh que je n’aime pas devoir attendre sans rien pouvoir y faire. Mais au moins là, contrairement à la niche qui m’attend à la maison, j’ai au moins la nature autour, qui arrive quand même à me distraire un peu.

En fin d’après-midi, j’entends enfin la voiture de Maîtresse se rapprocher. Coincé dans le chenil, je n’arrive pas à la voir. Une portière qui claque et puis plus rien. J’attends impatient que Maîtresse vienne me récupérer.

Mais au lieu de Maîtresse, c’est la femme de ma vie, Claire, qui me découvre dans le chenil ! Et elle s’arrête d’un coup à mi-chemin, terriblement choquée par ce qu’elle voit ! Elle a envoyé en « prêt » un petit mari convenablement mis et voilà qu’elle retrouve une larve totalement dépoilée, enchainée au sol et au corps lourdement marqué par les instruments. Son arrivée me fait l’effet d’une douche glaciale, dissipant d’un coup brutal, tout le romantisme de la soumission et j’ai terriblement honte en cet instant. D’autant que le regard de ma Claire se teinte de colère !

Claire se rapproche de ma cage furibarde. Je ne suis pas bâillonné. Je veux parler, expliquer, nuancer mais je reçois en retour qu’un très sec : « Oh toi, gros cochon pervers ! Ferme-là ! Je te ramène à la maison immédiatement et nous aviserons… ». Je baisse la tête en humiliation finale !

Elle s’énerve à ouvrir la porte du chenil en vain ! Un cadenas l’empêche ! Je suis étonné car si Maîtresse a relevé au début que le verrou est cadenassable, elle ne l’a jamais fait. La chaîne à laquelle mon collier est attaché suffit à ce que je ne puisse pas l’atteindre…

- ELLE EST OU LA CLE ?

Sa voix est en colère !

- Je… je ne sais pas… y’a pas de cadenas… d’habitude.

Elle réagit à mon dernier mot qui sous-entend tant de chose et me transperce de son regard courroucé, au point que je recule prudemment en fond de chenil.

- PUTAIN ! PUTAIN ! PUTAIN !

Claire ne dit habituellement aucun gros mot. Qu’est-ce qui se passe ? J’en tremble de tous mes membres complètement perdu et coupable. Je n’aurais jamais dû venir là… quelle connerie, j’ai fait ! La plus grosse de ma vie…

Claire tourne en rond devant la cage frustrée de ne pas pouvoir m’atteindre. Puis elle se décide manifestement d’aller à la recherche de la clé…Recherche vaine car la maison doit être elle aussi fermée. Elle revient finalement et tape de fureur dans la grille du chenil. Je ne l’ai jamais vue aussi énervée ! Elle fait si peur !

C’est ce moment que choisit la voiture d’Emilie pour revenir… Claire part en flèche l’affronter ! La rencontre des 2 femmes se fait à l’angle de la maison, sous mes yeux, mais un peu trop loin pour que je puisse entendre toute leur dispute sauf le « TU N’AVAIS PAS LE DROIT ! PAS  COMME ARTHUR ! » que Claire crie. C’est véhément ! Cela hurle sa bile des 2 côtés ! Je me sens terriblement gêné d’être l’enjeu manifeste et le centre de leur dispute du siècle. Cela ne devrait pas finir ainsi… pas de cette manière…

Les gestes finissent par arriver sous la forme d’une première gifle que décroche Emilie sur la joue de Claire. Elle en est outrée et en réponse se rue sur sa rivale ! Elles tombent au sol et se battent en chiffonnières. Tout cela pour moi ? Ou pour autre chose ? Elles deviennent complètement hystériques !

Je me sens au bord de la nausée à les voir batailler sur l’herbe. Les rondeurs naturelles d’Emilie lui confèrent peu à peu l’avantage. Elle arrive à la bloquer au sol sous son poids pour la gifler sévèrement de nouveau, plusieurs fois. Claire au début se débat, s’échappe même avant d’être reprise et encore giflée. J’en souffre pour ma Claire, alors qu’il devient net que ses forces l’abandonnent et qu’Emilie prend le dessus… L’une domine l’autre et semble lui faire une longue morale à voix basse. L’autre répond par des courts propos. Oh que j’aimerais savoir ce qu’elles se disent ! Qu’est-ce qu’il y a entre elles ?

Je suis estomaqué de voir Emilie arracher les vêtements de ma Claire, qui se débat mollement pour l’éviter, comme si déjà elle savait qu’elle avait perdu. La robe finit en lambeaux, le soutien-gorge est arraché ainsi que la culotte de coton blanc : Claire finit à poil intégralement ! Mon esprit a peut-être pitié pour elle, mais il laisse perversement mon sexe libre bander durement à la vision du corps nu de ma femme, qui, il y a une semaine encore, m’interdisait de la voir ainsi !

Les longs cheveux de Claire sont défaits de la bataille et servent de prises à Maîtresse Emilie pour l’amener hors de ma vue. La dernière image que j’ai avant qu’elles disparaissent, est celle du mignon petit cul de ma femme, suivant en urgence la main qui tire les cheveux…

Je n’en peux plus. Je suis émotionnellement épuisé et reprends à la hâte ma respiration.  Mon pénis bandé m’apparait comme totalement indécent, face à ce qui s’est passé en live sous mes yeux. Mais je m’en fous et ma main trouve perversement le chemin de la caresse de délivrance. Pour la première fois depuis ma mise en cage à Saint Sylvestre, je me branle honteusement, mais la honte est chez moi un profond aphrodisiaque qui m’envoie très loin dans les méandres du plaisir trouble, au point que j’obtiens de ma queue dans une jouissance d’éjaculation stupéfiante !

Je suis encore seul à attendre le bon vouloir de ces Dames dans ma cage, inquiet et curieux à la fois, de ce que se déroule en même temps dans la maison. Je tends l’oreille mais ne saisit rien d’autre que ce je crois être des cris étouffés. Mais peut-être est-ce mon esprit qui se les imagine ?

J’attends longtemps alors que je vois le soleil descendre peu à peu rejoindre la ligne des arbres, au-delà de l’étang. C’est mon seul repère de la quantité de temps qui passe…

Finalement elles reviennent dans le plus incroyable attelage que je n’aurais jamais osé fantasmer : Maîtresse Emilie tient ma Claire nue en chienne à ses pieds avec laisse et collier de paillettes ! Ses fesses sont rougies de frais ! Et elle est bâillonnée d’un bâillon boule autour duquel luit la preuve que sa bouche vient d’être longuement utilisée !

Je ne peux que rebander à une vision si étrange. Cette fois, Maîtresse Emilie a la clé de la porte du chenil.  Elle y introduit Claire, dont les yeux au maquillage défait me montrent combien elle a dû prendre. Elle a le rouge aux joues de l’humiliation totale…

- Je ramène sa chienne à mon chien… Tu m’encules cette chienne mal dressée, là sous mes yeux ! …Je lui ai déjà lubrifié le trou…

J’hésite grandement tant Claire semble défaite…

- Schnell !

Je me rapproche de « ma » chienne. Elle tremble de tout son corps quand je pose ma patte sur ses reins mais ne cherche pas à fuir, résignée. Je n’en peux plus de tension sexuelle. La nature ayant ses propres  lois, je ne résiste pas à introduire ma bite qui en veux tant, à l’entrée de son anus. Claire me laisse la pénétrer ainsi de temps en temps, à condition que je sois attentionné et que j’y aille doucement pour la laisser s’ouvrir à l’intrus. Elle m’impose aussi la capote pour ne pas me recevoir dans ses entrailles. Mais là Maîtresse intervient et me pousse de son pied à rentrer immédiatement à fond, pendant que Claire hurle à l’intrusion dans son bâillon. Cette perversité m’excite totalement et je me mets sans gêne à lui labourer le cul en puissance, fort de l’expérience apprise de Monsieur Jean, au point que mon enculée ne sait plus où donner du cri d’outrage.

Maîtresse s’est accroupit et lui tient la tête pendant que je travaille le cul en profondeur. Elle tient manifestement à contempler les yeux de Claire pendant que je la profane. Une claque part même : Claire a dû baisser son regard.

- … cela fait du bien là où cela passe ?... vous allez bien ensemble avec ton Pierre… il suffit de vous bousculer un peu pour que vous révéliez votre nature…  non, Claire, le sexe dans la vie cela doit être primitif et brutal… un corps à corps enflammé… tu sens comment la bite de ton homme te ramone en profondeur ? … arrête d’être une mijaurée… comme cela fait du bien et du mal à la fois ?... et quand il va t’envoyer son sale sperme au plus profond de ton cul… c’est toi qui doit être dingue à vouloir faire des collections de capotes remplies… si tu ne veux pas du sien, offre-toi celui d’un autre ! C’est dans l’ordre des choses et c’est simple… mais là tu vas recevoir celui de ton petit mâle… tu verras comme c’est un sentiment de possession agréable… allez du rythme, le chien, défonce-là qu’elle ne puisse plus s’assoir pendant une semaine…

Je redouble d’ardeur sous les encouragements de Maîtresse. Ma chienne geint de douleur en douleur, de surprise en surprise, de plaisir en plaisir, le tout mêlé. Je sens la pression de lancement qui monte dans mon bas ventre. Le canon s’arme et part dans une terrible jouissance de queue marquer le cul de ma chienne outragé qui hurle néanmoins à l’orgasme total !

- Tu as indéniablement joui ! Tu vois comment tu peux être une bonne petite salope… Comment cela peut être bon de se la voir forcer, même la petite queue de ton mari… alors imagine la grosse d’un amant exigeant…

Claire détourne la tête humiliée et Maîtresse la laisse faire cette fois. Elle nous quitte et nous enferme dans le chenil. Alors que je redescends peu à peu, je me sens gêné de ce qui vient de se passer. Elle doit l’être encore plus que moi, mais elle me surprend à venir lotir son corps meurtri contre le mien. C’est très primitif et animal. Claire se met à doucement pleurer. Je la caresse pour l’apaiser. Elle continue à baver autour de son bâillon qui lui prend la bouche. Je cherche à lui enlever, mais je ne peux pas : il est cadenassé.

Qu’en est-t-il d’ailleurs de sa relation particulière avec Emilie ? La mienne me parait au premier abord plus nette. C’est Emilie qui m’a débourré en soumission, sans n’avoir jamais vraiment eu besoin de s’imposer, en surfant simplement sur la vague de mes désirs enfouis et de mes riches émotions d’homme. Elle est clairement devenue ma Maîtresse alors que Claire reste ma femme. Et dans cette réalité, l’appartenance qu’elle m’a fait signer hier soir est la conséquence logique. Dans ma folie soumise, je tiens au symbole et elle m’a fait signer devant témoins : elle est donc véritablement la Maitresse qui me possède en soumission !

Mais au-delà du monde fermé de la D/S, c’est quoi une Maîtresse ? La Vie est en train de me jouer un de sales petits tours dont elle raffole, en me forçant à accorder la qualité de Maîtresse à une personne différente de mon épouse, alors qu’il aurait plus simple pour tout le monde, et moi le premier,  que cela soit réuni dans la même femme. Et je ne pense pas qu’il soit humainement possible de revenir en arrière, sur cet état.

Je constate le lien D/S très intime, peut-être même plus intime qu’être en couple, où le partenaire peut garder une part de secret. Là je n’ai plus le droit d’en avoir. Le moteur est indéniablement sexuel mais la sexualité est vécue différemment. Elle vise dans le couple au renforcement du lien amoureux par la fusion des corps, jusqu’à l’eldorado de la jouissance commune. Elle agit différemment en D/S. Elle motive les actions et ressentis, mais se vit un peu égoïstement chacun de son côté. La fusion est remplacée par la complicité d’agir et subir ensemble. La nature du lien qui unit est aussi différente. J’aime Claire. J’adore Maîtresse, au sens de l’adoration d’une Déesse. 

Me voilà dans des beaux draps ! Mais il me manque une clé pour comprendre : Emilie et Claire. C’est quoi la nature de leur lien entre elles ?  Je suis perdu… Ces images de corps dénudés à la webcam au tout début de la période, la main d’Emilie dans la culotte de Claire me reviennent en boomerang. Elles sont de vieilles amantes manifestement. Quand Claire est allée la retrouver 2 jours en décembre, pour clarifier son envie de domination, elles ont de nouveau baisé sur le lit. Mais c’est qui que Claire est allée voir : l’amie ? l’amante ? sa propre Dominante ? La Dominante ou peut-être, sans aller aussi loin, l’emprise qu’elle pourrait avoir naturellement sur elle, expliquerait beaucoup de choses, comme ma « livraison » une semaine aux mains de l’autre, ou le droit de cuissage que s’est accordé Emilie sur ma personne. Mais cela ne cadre pas avec la fureur qu’a montrée Claire quand elle m’a découvert soumis d’une Autre dans le chenil… En tout cas pas une seconde Maîtresse, ne m’a laissé douter que je ne vais pas finir soumis en couple à ma Claire, l’encourageant même maintenant à prendre un amant bien membré pour me remplacer !

Je reste à mes interrogations alors que nous restons enlacés longtemps à l’écart du monde. Bien sûr à être au contact avec mon Amour, peau contre peau, je finis rebander de désir pour elle. J’en suis gêné. Claire s’en aperçoit, se dégage lentement en me fixant d’un regard très triste, avant de pousser doucement à m’allonger sur le sol, sur les fesses. Pourquoi fait-elle cela ? Cela ne lui ressemble pas. Je veux la repousser mais elle me le refuse. Elle me monte alors pour une des plus étranges baises que nous n’avons jamais fait, un soumis et je ne sais quoi – une soumise ? – qui se prennent et se donnent du plaisir, enfermés au fond d’un chenil au bord d’un étang de Sologne. Cela soulage mes doutes et me laisse aller doucement dans la trouble jouissance… J’ai quand même l’impression d’être un profiteur de sa détresse actuelle… ou peut-être que finalement je me trompe encore.

Maîtresse est venue nous libérer à la toute fin de journée, alors que Claire s’était endormie en sécurité entre mes bras. Elle n’a pas eu à beaucoup la forcer pour l’envoyer se laver dans l’étang de ses « saletés »…

Nous la regardons se laver nue les pieds dans l’eau au bord de la rive. Claire n’a jamais été très à l’aise à nager là où elle n’a plus pied. Emilie l’attend avec une serviette.

- Elle est quand même belle, notre Claire…

Je note le « nous » et ses implications. Il y a après tout, aussi du « nous » maintenant entre Maîtresse et moi…

- Oui, elle a toujours été magnifique, Maîtresse. Et dès la première fois que je l’ai vu à la fac. Je me souviens encore de l’autre première fois où elle s’est mise nue devant moi quelques semaines plus tard. J’étais si intimidé…

- Vous formez un beau couple qui se révèle avec le temps, plus compliqué que la sage image qu’il renvoie… Moi j’ai connu Claire au collège et nous nous sommes suivies au lycée. Aussi loin que je me souvienne, nous avons été toujours amies. Mais la nature a été injuste. Quand nous sommes sorties de nos chrysalides à l’adolescence, Claire s’est métamorphosée est une fille aux formes magnifiques, qui attirait tant de garçons, tandis que je suis restée avec des formes plus disgracieuses, un « demi-boudin » comme m’a qualifiée une fois un garçon de ma classe… C’est la loterie de la Vie : l’équivalent chez vous les garçons d’en avoir une « grosse » ou une petite… qui travaille autant les filles que cela peut travailler les garçons…

- Mais vous êtes belle, Maîtresse !

- A tes yeux, je le suis devenue. Mais rappelle-toi comme, il y a peu de temps, tu regardais encore avec un peu dédain les formes de la bonne copine de ta femme… Tu ne faisais que reproduire l’éducation immémoriale des petits mâles qui ne jaugent qu’au canon supposé de beauté, avant qu’ils deviennent plus sages et trouvent de la beauté là où ils n’en voyaient pas. Mais il leur faut tellement de temps pour cela… comme s’ils restaient enfants bien plus longtemps que nous…

Sa voix a quelque chose de mélancolique triste.

- Alors s’il t’a fallu autant de temps pour « voir » ma beauté une fois adulte, pense comment cela devait être difficile à vivre pendant mon adolescence, d’autant qu’étant tout le temps avec Claire, la comparaison était immédiate aux yeux des garçons. Ils me trouvaient sympa, mais belle jamais et cela me faisait mal. J’étais finalement considérée comme une faire valoir de Claire autour de laquelle les garçons tournaient sans cesse…..

Je ne sais pas vraiment que dire ayant été surpris, moi aussi, les mains dans le pot de confiture.

- Et je crois que Claire, sous ses atours amicaux, considérait cela comme dans l’ordre des choses. Alors j’ai fait ce que les filles, dans mon cas, ont toujours fait : ce que la nature n’avait pas voulu me donner, je l’ai compensé par l’ardeur. Je suis devenue une salope, mais pas avec les garçons de mon âge, définitivement disqualifiés à mes yeux, mais des gars plus mûrs donc plus âgés. La règle était qui voudrait de moi, me prendrait ! Mon premier s’est appelé Thomas et il était interne à l’hôpital où j’étais pour une radio. J’avais 15 ans et demi et je l’ai allumé grave, au point que je suis reparti avec son numéro de téléphone. 3 jours plus tard, il m’a dépucelée en un seul mercredi après-midi de la bouche, de la chatte et, à ma demande expresse, du cul. Cela m’a remplie, si j’ose dire, d’une confiance nouvelle. Bien sûr, je me suis débrouillée pour que cela se sache. Je suis devenue immédiatement beaucoup plus populaire ! Ah les jeunes mâles en rut… Mes rapports avec Claire se sont inversés à partir ce moment : c’était maintenant moi qui menait la danse et elle qui me suivait partout… jusqu’à ce que je lui fasse perversement rencontrer mes amants qui allaient me baiser à fond dans l’heure qui suivait, pendant qu’elle restait toujours et encore pucelle ! Tu sais comme on peut être vache à cet âge…  Elle était si mignonne en petite Barbie encore vierge à rougir à ne plus finir quand j’évoquais l’action des queues de mes amants. Cela m’a donné une envie…  Appelle cela comme tu veux, un caprice de filles si tu veux, mais j’ai eu alors la folle idée d’être la première de Claire. L’ancienne « demi-boudin » s’est dépucelée avec plaisir la petite Barbie brune! 

- Comment cela dépuceler ?

- Tu ne t’es pas demandé pourquoi le gode ceinture ne faisait pas partie de mon attirail de Maîtresse ? Parce que c’est un moyen que j’ai réservé très tôt entre filles… J’ai demandé à Thomas de m’en acheter un en sex-shop en échange d’une baise dans son pieu un mercredi après-midi. Il a été très sympa de nous prêter son studio pendant une de ses gardes. J’y ai emmené Claire un peu surprise... Elle n’a d’abord pas cru puis pas voulu … mais je suis arrivé finalement techniquement à mes fins. Et pas qu’une fois avant de nous quitter après le bac ! 

Je sais bien qu’il y a toujours des secrets dans un couple. Mais là je tombe des nues : Claire dépucelée au gode ceinture par sa copine Emilie !!! Elle ne m’en a jamais parlé…

- Bref je ne te fais pas un dessin. Je te laisse imaginer tout ce qui peut être fait entre filles… Claire était parfaite : une jolie poupée disant toujours non, avant de se laisser persuader et me donner, le rouge au front, sa langue, sa chatte et bientôt son petit trou. Elle a pris  quelques fessées aussi… Elle n’a jamais été dans l’amour entre filles, mais avec moi, elle s’humiliait à me laisser faire… pour son plus grand plaisir très trouble. C’est en cela que vous vous ressemblez beaucoup. J’ai fini par me fâcher avec Thomas : plus de studio… Alors je lui ai imposé de faire cela chez elle, sur son petit lit d’adolescente, à côté de la chambre de ses parents et de celle de son petit frère. Papa et Maman étaient ravis qu’elle ne coure pas le garçon. S’il avait su ce que je lui faisais dans la chambre…

Je m’en doutais, vu tout ce qu’elle m’a fait depuis une semaine : Emilie est une dominante née qui adore voir certains autres à sa chatte ! Le genre de femme qu’il faudrait normalement éviter avec soin mais qui là m’excite. S’il devrait avoir quelque chose de choquant d’imaginer Claire en train de se faire forcer à être baiser par une fille, à quelques mètres de mes très convenables beaux-parents, moi au contraire cela, m’émeut le zizi qui se met à bander. Je devrais la plaindre à la place. Je dois être irrécupérable…

- Bien  sûr, passés les premiers mois, Claire a essayé de s’émanciper de mon influence. C’était un garçon d’une autre classe, appelé Arthur, particulièrement mignon. Je voyais bien qu’il était amoureux et elle n’y était pas insensible, le faisant « patienter » comme toutes les filles bien élevées. J’ai été peau de vache et je lui ai piqué. L’avantage des puceaux de cet âge, c’est que, sous leurs meilleures intentions, se cache le besoin de se faire enfin dépuceler, comme les « autres ». Il n’a pas été difficile à convaincre de me rejoindre sur le lit. Et après, je  l’ai imposé à Claire pour nos sorties du mercredi en ville, main dans la main et bisous, comme un rappel permanent de ma mainmise sur sa sexualité… C’était disons agréable de se faire sucer par ta Claire après avoir été baisé par Arthur dans le même après-midi. Je pense que sa fascination / répulsion pour le jus d’homme vient de là…

Ce prénom Arthur me saisit. C’est celui qu’a crié Claire à la face d’Emilie au début de leur dispute ! Et je commence à comprendre la clé qui me manquait : en quelque sorte, Emilie vient de récidiver en me « volant » aux ambitions dominatrice de Claire. D’où sa colère. Jusqu’à quel point, je ne sais pas encore...

Claire a fini ses ablutions et nous rejoint toute mouillée.

- Vient que je te sèche comme au vieux temps… dans la salle de bain de tes parents.

Le souvenir fait remonter le trouble honteux au visage de Claire. C’est vrai qu’elle peut être charmante rougissante. Je me demande si je ne l’ai jamais vu ainsi ? Sans doute pas, encore un aspect de sa personnalité qu’elle m’a dissimulé tout le long de ces années…

- Nous étions en train de parler de ta découverte de l’amour adolescent…

Claire se renfrogne et baisse les yeux en fixant le sol… 

Plus tard, nous avons mangé. En fait, drôle de moment : moi comme à mon habitude de la semaine, à avaler ma gamelle de pâtes froides sur le sol en chien. Mais Claire si elle reste nue avec son collier à paillettes dîne à table en face de Maîtresse habillée. Elles parlent de copains et copines de leur jeunesse que je ne connais pas. Tout serait quasi naturel, si Emilie ne rougissait pas délicieusement sous les yeux d’Emilie… et les miens par ricochet…

Le repas terminé et la table rangée, Maîtresse s’aperçoit que je suis resté queue libre de toute la journée et me renferme sous clé. Et bizarrement elle me remet mon harnais de bouche pour me condamner à la seule écoute.

- Et si nous disions à Pierre ce qu’il sait réellement passé à l’hôtel en décembre ?

Cela semble tenir plus de l’ordre que de l’invitation. D’ailleurs…

- En position sur le canapé… et toi couché sur le sol à écouter en chien sage…

Je vois Claire s’agenouiller avec réticence sur le canapé, mains sur la nuque, exposant son corps des seins à la chatte. C’est une position nettement soumise et cela réveille mon zizi en cage.

- Tu connais maintenant le prologue, Pierre. La trouble sexualité de Claire jusqu’à ses 18 ans. Et son envie de te dominer réellement qui est apparue l’été dernier.  Chose étonnante pour une femme si bien élevée et convenable, qui a dû t’intriguer… Maintenant avec le background de son adolescence secrète, les pièces doivent se rassembler pour toi... Mais le plus simple c’est de lui demander directement puisqu’elle est là…

Et là je vois, incrédule, Maîtresse se saisir des tétons exposés de Claire.

- Aie ! Oui je vais tout dire, mais arrête !

- Pourquoi, j’arrêterais puisqu’au fond de toi cela t’excite ?

Deux doigts descendent dans sa chatte et en reviennent luisant de l’excitation qui y règne. Claire baisse la tête d’humiliation…

- Oui c’est cela. Je suis venu pour essayer de retrouver la mimi d’avant !

- Et pourquoi voulais-tu cela ?

Maîtresse lui pince plus fort les tétons.

- Parce que… aie !... parce que cela m’excitait la chatte de te retrouver...  de cette manière !

- Pourquoi ? Ton Pierre a le droit de savoir…

- Aie !! Parce que sous mes airs bien comme il faut, je ne suis en fait qu’une grognasse lubrique qui adore se faire baiser par une fille !

Je suis abasourdi d’entendre sortir de la bouche de ma Claire, des propos aussi grossièrement sexuels ! Cela me fait l’effet d’assister au résultat d’un dressage d’animal de cirque…

- Et tu as été bien baisée ?

Claire a du mal à répondre à l’indécence de la question. Elle devient écarlate et baisse les yeux instinctivement. Elle dit d’une voix faiblarde.

- Oui…

- Humm cela devient intéressant… Regarde comment cela se fait se dresser le petit zizi de ton mari ! Je pense qu’il meure d’envie que tu lui racontes ce qu’il s’est réellement passé pendant ton séjour avec ta Mimi…

- Je… je suis arrivé au train. Tu m’attendais… heureusement…

- Tu avais peur que je ne vienne pas ?

- Oui…

-  Cela aurait dommage de rater la descente du train d’une adolescente rougissante de 38 ans en manque, avec des yeux frit d’excitation ! Continue…

- Tu m’as surprise en m’emmenant directement dans le nouveau Beate Hilse, sur la place de la gare. C’est un sex-shop moderne où j’aurais dû me sentir à l’aise mais je ne l’étais pas… je balisais !

- Ah bon ? Pourquoi ? Pierre brûle du zizi de le savoir…

- Parce que… que… tu m’avais demandé de… te choisir un gode-ceinture pour … parce que tu me tenais la main… sans ambiguïté… parce que la vendeuse m’a fait un large sourire sous-entendu…

- Tu aurais vu Pierrot comment elle a failli défaillir quand cette charmante Dame lui a demandé… qui porterait le gode ceinture ? Bref elle a fini par se choisir un modèle pour que je lui lime les trous… les trous car je lui ai annoncé que je lui prendrais aussi le petit trou, comme au « bon vieux temps »… Mais ce n’est pas tout, ta Claire a voulu « autre » chose… Tu lui dis ?

Je vois Claire devenir écarlate comme jamais depuis que je la connais !

- j’ai demandé… à Mimi… de prendre aussi… un collier et une laisse… et un martinet… Elle me l’a fait répéter 3 fois devant la vendeuse de plus en plus fort ! La honte !

Comment cela, Claire a demandé volontairement à Mimi de la soumettre alors qu’au même moment elle envisageait de devenir ma Maîtresse ?! Je ne comprends plus rien…. Comment Claire peut avoir  2 volontés qui m’apparaissent si contraires en même temps ? Elle qui est d’habitude si décidée….

- Je vois que ton petit mari soumis est perdu là et a besoin de tes explications….

- Je ne sais pas trop comment le dire… L’été et l’automne dernier, j’ai pas mal lu sur la D/S. J’avais au départ envie de devenir pour mon mari, la petite Maîtresse de ses rêves. Mais à force de lire, j’ai dû me résoudre que cela m’excitait pas mal la chattoune… Et pas que les comptes rendus de la domination domestique des épouses sur leur mari, j’ai découvert aussi la D/S entre filles… J’ai enfin fini par mettre des noms sur ce qui s’est passé au lycée : domination et soumission. Et la nostalgie de ces moments m’ont fait mouiller, là aussi, peut-être même plus que la perspective de devenir une petite salope sadique pour mon mari !

- Tout s‘est arrêté avec Claire au bac quand on est parti faire nos études dans des villes différentes… Nous n’en avions jamais reparlé ensemble ; je veux dire intimement, de ce qui était enfoui dans notre passé commun. J’ai donc été très surprise de le voir ressurgir dans un long mail de confession, qui évitait soigneusement d’appeler un chat, un chat. Mais j’ai toujours su lire entre les lignes… d’où ma proposition de nous retrouver entre filles et seulement. Allez racontes la suite….

- J’étais à la fois heureuse et gênée de me balader main dans la main avec mimi. En fait surtout gênée quand elle a demandé à l’hôtel une chambre avec un « grand lit » ! Je regardais le sol…

- Attends, je vois que tu t’excites encore. Tu as pris notre martinet ?

Claire baisse les yeux…

- Oui… il est dans la voiture…

- Alors va le chercher !

Claire revient avec le martinet de cuir rouge qu’Emilie utilise immédiatement pour lui fustiger les seins, ce qui retire quelques cris et grimaces de petites douleurs. Elle se tortille sous les lanières et « Maîtresse » attend patiemment qu’elle reprenne sa position. Pourtant les coups me semblent légers... L’explication vient encore une fois de Maîtresse.

- Ta Claire est très douillette. Beaucoup plus que toi qui recherche le plaisir masochiste et épicé d’une raclée en bonne et due forme. Tu me sembles d’en avoir jamais assez et il faut pousser très loin pour te mâter. Claire est différente tout simplement parce qu’elle n’aime pas avoir mal au sens propre. Mais elle aime le symbole que je lui impose ce baiser exigeant sur sa peau. C’est pour cela, qu’elle appréhende l’instant où elle devra passer par la « raclée » véritable pour apprendre à t’en donner une de même niveau de ressenti… Bon n’évoquons plus des perspectives douloureuses,  et revenons à notre rencontre en décembre. Claire, Pierre doit avoir hâte de connaitre la suite…

- Tu m’as mise immédiatement nue avec le collier. J’adoré ce contraste, moi nue et fragile et toi qui est restée habillée en passant simplement le gode ceinture au-dessus du pantalon. Et là, oh mon Dieu ! Le gode était divin tellement j’étais chaude. Je n’ai pas arrêtée de jouir d’abord de la chatte puis du cul qui s’est tellement ouvert, un vrai gouffre à gode ! Cela ne me fait jamais cela avec toi…

Cela me fait surtout sur le moment une dureté extrême, douloureuse, dans la cage à imaginer les 2 femmes baiser ensemble !! 

- … tu peux être d’une telle nature jouisseuse ma chérie… une vraie petite salope en manque perpétuel… que j’ai dû utiliser le martinet pour te calmer un peu, au moins pour que tu redescendes quelque peu… pour que nous puissions discuter entre filles. Cela a été réellement cela Pierre, des discussions entrecoupées de baises sur nous et sur ton cas…

Je regarde Maîtresse avec intérêt : je vais enfin savoir de qui je tiens mon sort actuel. Et puis le nous qui ne m’inclut pas est une perspective nouvelle et troublante pour un petit mâle face à ses 2 femmes…

- Je crois que le moment est arrivé de tout te révéler… Ecarte les cuisses ma chérie… je sais que tu as besoin d’une motivation particulière pour te livrer corps et âme… à ta mimi. Nous avons vu en décembre combien il peut être long de te faire livrer tes basses pensées intimes… Pierre t’écoute attentivement.

Les lanières du martinet viennent cingler en une ferme douceur la fragile peau de son sexe entraînant de nouveaux grimaces douloureuses, tortillements et à ma grande surprise : quelques premiers râles de plaisir !

- Première question qui passionne ton Pierre encore déboussolé : qu’est ce qui s’est passé l’été dernier chez tes parents pour que tout à coup, tu te décides à le dominer réellement comme il te le demandait depuis des années ? Plus en jeu pour lui faire plaisir…

Les lanières se font plus pressantes pour rappeler que le mensonge n’est pas autorisé dans le jeu de la vérité !

- Je… je suis tombé dans la poche de sa valise sur le roman porno qui avait apporté… je ne savais pas qu’il avait cela.

Là, c’est moi qui rougis à mon tour. Le roman s’appelle « Madame et son chien » et il suit depuis plusieurs années mes branlettes de mon côté ! 

- J’ai d’abord été choquée qu’il ait eu besoin d’emporter cela, alors que j’étais sexuellement  disponible en vacances… Je l’ai lu avec un sentiment de jalousie au ventre, me doutant bien ce qu’il pouvait faire avec la main sur la queue… Et en plus pendant nos vacances ! Alors qu’il ne s’occupait pas assez de moi à mon goût… Pour moi cela ne pouvait qu’être qu’un ramassis infâme de fantasmes d’hommes. Et J’étais prête à te le renvoyer à la face ! 

- Et donc…

- La lecture m’a rapidement troublé la chatte à mon grand étonnement. Le pouvoir de cette femme… la docilité  contrainte de l’homme… Je l’ai lu moi aussi la main sur mon bouton. J’aimais moins les séances grandiloquentes, mais j’ai adoré le récit de leur vie quotidienne, comme elle le dresse à être toujours plus parfait, comment elle le manipule. Et surtout, pour la première fois, j’ai compris la logique de la discipline conjugale aux instruments ! L’auteur explique très bien cela… En fin d’après-midi quand Pierre m’a retrouvé dans la chambre, j’étais dans un état de tension inavouable et je lui ai sauté dessus !

Je me souviens de ce retour maintenant. Claire m’a taillé une pipe d’enfer avant de m’amener à la prendre directe au petit trou ! Un vrai feu follet… C’était donc cela !

- Qu’a tu fais ensuite ?

- J’ai d’abord lu le livre 3 fois à la suite, puis encore les passages qui me faisaient tant mouiller. Pui la curiosité féminine a été là : j’ai voulu en savoir plus et je suis allé voir des centaines de pages sur internet. Des récits de vie réels cette fois. Et j’ai bien eu du courage, vu la lenteur de l’ADSL chez mes parents. Ma décision avançait : j’ai envie de plus en plus de tenter ce genre d’aventure de vie avec mon mari ! Et en plus, puisqu’il en rêvait…

- C’était quand, rappelle moi ?

- Chez mes parents cet été…

- Attends Pierre ne comprend pas : tu as « collectionné » sa production de sperme bien avant…

- Oh cela ? Tu sais que nous utilisons des préservatifs puisque je ne peux plus prendre la pilule. Pierre laisse toujours traîner la capote usagée sur sa table de chevet à la vue des enfants. C’est toujours moi qui m’en occupe. Un jour, j’en ai eu marre et au lieu de la jeter je l’ai mise dans une boîte au congélateur avec l’idée de la lui rendre un jour pendant un de nos jeux comme tu m’avais rendu le sperme d’Arthur… Mais à l’époque, il n’y avait pas de collection. Juste une boîte… Je l’ai créé ensuite avec les numéros.

- Question n°2… Pourquoi ce désir annoncé d’épurer la domination en lui enlevant toutes ses fantaisies ?

Question saluée par un coup sec qui lui arrache un cri !

- parce… parce qu’il s’excite trop de cela ! Cela ne lui coûterait rien !

Je la regarde sans comprendre. Claire soutient mon regard et me parle directement…

- Tu es devenu un bac+10 en D/S. Je suis sûr que tu as essayé tout seul de ton côté des tas de choses en t’excitant. Quelle place cela me laisserait ? Celui de la Maîtresse inconnue qui te ferait cela comme tu le désires tant ! Pas celui de TA Maîtresse ! Si tu avais été vierge d’esprit en pratique BDSM, alors oui j’aurais pris du plaisir à les découvrir avec toi. Mais pas dans ces conditions, où je ne serai jamais sûre vers où se tourneront tes pensées, pendant que je ferai. Si nous construisons cette nouvelle relation ensemble, il te faut aussi puceau que je peux l’être… Et puis ce n’est pas tout : mon idéal c’est l’homme aimable et servant, pas l’esclave à mes pieds qu’il faudra toujours gaver de perversités nouvelles, sinon, si j’en suis les expériences lues, cela sera un échec assuré ! La mise en place de cette relation doit te coûter autant que moi… et pour cela il est indispensable que tu me sacrifies toutes tes excitations passées. Tu comprends ?

Oui je comprends qu’il ne peut en être autrement, mais la perspective d’être transformé en moine cistercien à réprimander mes désirs ne m’enchante pas… et même me fait peur. Emilie réagit alors étonnement, par une longue séance de martinet sur la chatte en lui faisant la morale…

- Tu recommences encore à vouloir aller dans l’extrême… avec son tempérament, cela ne marchera pas. Un homme a besoin d’espace de soupapes de temps en temps… Et tu te prives de moments de complicité forts avec ton homme, même soumis. Je t’ai déjà dit qu’il sera 100 plus efficace d’apprendre à les gérer que de chercher à les supprimer. Et tu restes toujours aussi têtue ! Nous règlerons cela plus tard… Ce qui m’amène à la 3ème question : toi et moi… Peux-tu éclairer Pierre qui se doute maintenant de pas mal de choses mais ne sait pas tout ?

- Je vous suis soumise. 

Je note le vous D/S qui arrive dans la discussion. 

- Explique ton cheminement à Pierre comme tu me l’as expliqué en décembre…

- C’est compliqué. Deux choses sont montées en moi depuis l’été : la volonté de te soumettre Pierre et le besoin de me redonner à une Autre. Je sais que cela peut paraître fou, mais c’est comme cela. J’ai besoin de me sentir appartenir à celle qui m’imposait une relation D/S sexuelle au lycée sans que je le comprenne…

- Je ne la concevais pas comme cela à l’époque, c’était surtout très naturel. Mais tu as raison, c’était techniquement cela comme tu me l’as si bien rappelé…

- Je t’aime toujours follement Pierre ! Mais j’en aimais une autre avant et je n’ai pas cessé de l’aimer finalement quand j’y ai repensé. C’est un amour différent. Je ne suis pas du tout attirée par l’amour en filles, mais j’adore quand Emilie m’impose d’avoir ce type de relation. Je me sens si bien à me laisser aller et ne plus devoir raisonner… La logique est finalement cela : je veux devenir ta Maîtresse exigeante et concrétiser en même le fait qu’Emilie soit la mienne dans les faits depuis ma découverte de l’amour. Je me suis aperçu, alors que j’avais refoulé cela au fond de mon esprit, combien il est symbolique d’avoir été dépucelée par Emilie ! Je regrette finalement de l’avoir perdue de vue pendant toutes ces années…

- Je n’ai pas été surprise de voir revenir Claire en amante. Aux échanges que nous avons eus avant, je me doutais bien de pourquoi elle venait me voir et j’étais heureuse à la perspective de la retrouver au lit. Mais par contre, je n’imaginais pas que Claire ait le besoin d’intellectualiser notre relation de cette manière, pour clore le chapitre de notre adolescence. Le collier et le martinet m’ont prise au dépourvu au départ. J’ai cru à une fantaisie érotique et j’ai joué à la méchante Maîtresse avec plaisir. Mais quand Claire, à la fin de nos 2 jours, m’a offert quelque chose qui lui couterai beaucoup, j’ai dû regarder sa demande d’une manière totalement différente. J’ai pris quelques semaines de réflexion avant d’accepter Elle et son don. C’est pour cela que nous sommes venus vous voir à la fin de l’année… Le reste, il faut que tu l’entendes de sa bouche…

- Tu sais Pierre, que je crois que dans la soumission réelle, il faut nécessaire commencer par un sacrifice à l’autre, quelque chose qui compte terriblement pour soi et que l’on rend à l’Autre. C’est ce que je te demande pour tes fantaisies sexuelles et moi j’ai offert à ma Maîtresse désirée, quelque chose de symboliquement très fort : le droit d’avoir un enfant du sperme de mon mari avec mon assentiment ! Ce n’est pas son idée, c’est la mienne totalement assumée !

La révélation est un tel choc ! Je soupçonnais une relation D/S entre elles mais de là à imaginer que tout cela est une idée de ma prude et jalouse Claire et non d’Emilie !!!

- Pierre, nous sommes allées voir un notaire le 30 décembre. Je voulais aller jusque-là. J’ai signé mon appartenance définitive à Emilie et mon accord que mon mari lui fasse un enfant. Le pauvre homme ne savait pas où se mettre, mais nous voyions bien qu’il bandait à mort dans son pantalon. Ma nouvelle Maîtresse Emilie m’a ordonné à voix haute à la fin, de le sucer séance tenante ! Je n’ai jamais été aussi humilié de ma vie quand je me suis agenouillée devant sa braguette. Il était aussi rouge que moi. Il a d’abord essayé de me repousser mais cela ne l’a pas empêché de jouir finalement sans gêne dans ma bouche …

Je m’agite à la folie de ces révélations. Un notaire ! Toute la ville doit le savoir maintenant ! Au point que Maîtresse a besoin d’user de son martinet sur mes fesses et mon dos pour me calmer…

- C’était effectivement un moment follement excitant. L’idée m’est venue comme cela… Après j’ai emmené ma soumise fêter sa mise en soumission dans une chambre d’hôtel à proximité pendant que vous nous pensiez aux courses. D’ailleurs j’ai une folle envie de la langue de ma soumise maintenant, dépêchons nous de finir de tout raconter à Pierre… ce qu’il a vu aujourd’hui. Pourquoi ma soumise a eu tort de se mettre en colère ?

A ce rappel, Claire baisse les yeux en soumission.

- Nous t’écoutons… 

- J’étais jalouse ! Bien sûr je savais que vous alliez faire l’amour pour concevoir l’enfant. Bien sûr que je me doutais qu’il y aurait des échanges SM. Tout cela je l’ai accepté à l’avance, mais retrouvé mon mari en chien sans aucun poil et heureux de son état, cela a été trop ! 

- Et qu’est-ce que je t’ai dit ?

- Que je vous ai reconnu le titre d’être ma Maîtresse. Qu’en conséquence plus rien ne m’appartient plus et en particulier mon mari. Que vous aviez donc le droit de disposer de lui comme vous vouliez… Je n’aurais pas dû me mettre en colère. C’était une faute…

- Et une faute qui te vaudra une punition demain. Mais en fait si j’ai fait tout cela, c’est pour te donner une leçon. Tu as imaginé dans ton esprit une hiérarchisation purement intellectuelle : moi tout en haut, puis toi et enfin ton mari au plus bas, sans demander mon avis. Plutôt risqué comme décision pour la soumise qui se veut si obéissante, que tu me dis être. Je t’ai aussi demandé de revenir sur ta position très sèche en ressentis de la domination envisagée sur ton mari. Tu n’as pas tenu compte de ma demande qui est portant compréhensible et juste pour Pierre. J’ai donc aussi pris le pouvoir sur l’esprit de Pierre.

- Mais vous m’aviez promis que vous ne le feriez jamais !

- Voilà que tu recommences… Les promesses n’engagent que ceux qui y croient. Tu ne mens jamais toi ? Tiens qu’est-ce que tu as dit à tes parents et beaux-parents pour justifier que vous ne veniez pas et qu’ils doivent se refiler les enfants le week-end prochain ?

- Que…que nous avions un mariage d’amis…

- Alors que tu voulais la paix à la maison pour dresser ton mari… Tu vois que tu es pleine de paradoxes. Allez ça suffit pour ce soir, j’ai envie d’abuser sexuellement de ma soumise maintenant… Montons.

Dans la chambre, je me retrouve attaché à la chaîne de mon panier. Claire est gênée par ma présence.

- On ne pourrait pas le mettre pour la nuit au chenil, pour laisser les Dames tranquilles ?

Je la regarde véritablement effrayé par mon sort nocturne, mais Emilie vient immédiatement à mon secours.

- Claire, en cette saison, c’est impossible de lui faire passer la nuit dans le chenil. Et tu as conscience pourquoi tu veux cela ? Réfléchis-y bien…

Claire se tait un moment avant de conclure elle-même.

- Parce que j’ai la chatte en feu pour Vous et que j’ai honte de le montrer à mon mari…

- Et c’est donc pour cela que nous allons le laisser tout voir… 

Maîtresse Emilie dirige alors la tête de sa soumise entre les lèvres de son sexe… Commence alors la plus folle nuit de ma vie de zizi voyeur coincé dans sa cage.

dyonisos


-> Les autres petits contes D/S

Par dyonisos - Publié dans : Petits contes D/S
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Jeudi 9 juin 2016 4 09 /06 /Juin /2016 20:15

8 avril

Nous sommes en plein rituel des besoins du chien du matin. Tenu court en laisse, j’attends avec impatience l’autorisation de Maîtresse de soulager ma vessie grosse de la nuit, toujours dans la même trouble qui ne me quitte pas dans cette situation. Mais le téléphone d’Emilie sonne et elle prend l’appel.

- Ah bonjour Frank…. Vous êtes déjà là ? … très bien… roule encore un peu… tu verras un chemin sur ta droite… avec une pancarte avec marqué propriété privée en rouge… tu la vois ?... ok… tu suis le chemin… nous t’attendons au bout… à tout de suite…

J’ai un mauvais pressentiment sur cette nouvelle intrusion de notre intimité et je m’agite un peu. Maîtresse doit me reprendre de la laisse…

- Calme le toutou ! Cela va bien se passer…

Qu’est-ce qui va bien se passer ? La voiture arrive. Sans trop oser bouger de ma position disciplinaire, je tourne les yeux autant que je peux pour voir, un peu inquiet. Un vieux break Lada. Qui de nos jours roule dans une telle voiture en France ? Deux hommes en descendent : un grand, dans la cinquantaine, habillé de cuir et un petit, plus jeune, en T-shirt et pantalon bouffant de toile indienne bariolée. Maîtresse leur fait un signe du bras pour qu’ils nous rejoignent.

Je suis plus que mal à l’aise quand ils sont là. J’ai conscience de mon ridicule total à attendre nu, en chienne, l’autorisation de ma Maîtresse pour pouvoir uriner. Mais il n’y pas que : je n’aime pas du tout cette immiscion de l’extérieur dans un moment devenu particulièrement intime entre Emilie et moi. Le grand, qui est Frank, a naturellement la présence qui me manquera toujours. Il colle 4 bises sonores sur les joues d’Emilie à la Parisienne. Le petit doit avoir tout-justes 20 ans et se surnomme simplement et ironiquement « Disciple ». Je suis surpris de le voir s’agenouiller sur le sol pour donner du baisemain, dans un mouvement élégant qui ne déplairait pas à ma Claire. Ceci m’indique plus que tout sur la hiérarchie existante entre les 2 hommes, ce que me confirme le petit collier de métal discret autour du cou de Disciple. Moi, je suis ignoré, à escient semble-t-il…

- Vous êtes partis à quelle heure ?

- Ce matin avant 7 heures pour éviter les embouteillages….

- Très heureuse que vous soyez là… mais laissez-moi une minute pour expliquer à mon chien, la raison de votre présence ici…

Oui je voudrais bien comprendre. Mais surtout qu’ils s’en aillent ! Maîtresse me prend au menton pour me faire relever la tête et saisir mon regard.

- Je passe avec toi, une merveilleuse semaine hors du Monde, et je t’en remercie, Pierre. Mais vu l’enjeu de cette semaine, j’ai eu envie de fixer ce moment d’intimité sur la pellicule. Pas par des photos que j’aurais prises à la va-vite, mais par de beaux clichés en noir et blanc. Frank est là pour cela… Nous en ferons 2 beaux livres identiques, un pour vous et un pour nous, que Claire et Hervé voit combien nous nous sommes follement amusés ici sans eux !

Je vois le piège. Claire ne voulait ne jamais plus entendre parler de ce séjour aux mains d’une Autre – et je comprends maintenant pourquoi avec le sperme à bébés offert à une autre - et voilà qu’elle va le voir en détail. Je ne sais pas ce qui anime un tel ressenti d’Emilie envers Claire…  Quant à Hervé, j’y vois là plutôt une paix armée. Emilie m’a dit hier qu’elle l’a trop dans la peau pour le soumettre. Mais cet album sera un rappel permanent de ce qu’elle a fait avec un autre et qu’elle pourrait bien recommencer avec lui s’il déconne trop, en particulier en allant voir ailleurs. D’autant qu’elle lui aura mis un œuf de coucou humiliant dans leur nid familial…

L’idée de l’album photos souvenir me plairait si cela n’induisait pas l’intervention d’autres personnes dans notre intimité. Quoi ! On va « faire » comme s’ils n’étaient pas là pendant que nous nous occuperons… Cela me rappelle la longue séance photo de notre mariage. Sur le papier, les gens trouvent les photos magnifiques de l’Amour, alors qu’il n’y a rien de plus non naturel et contraint, ces prises de photos, au point même que je me dis que cela aurait été guère différent si j’y étais allé les faires avec un plug dans le cul !

Je m’agite un peu pour essayer de dire à Emilie que cela me pose problème. Mais elle ne comprend pas, ou ne veut pas comprendre, toute à son idée.

- J’ai hâte ! Bon cela marche comment ?

- J’ai amené un tas de matériel pour sublimer les prises de vue, sans doute pas mal dehors. Le ciel est aujourd’hui parfait, nuageux et lumineux et sans le soleil et ses ombres difficilement contrôlables. Sinon c’est comme des photos de mariage, vous prenez la pose et clic-clac ! On pourra aussi faire du shooting à la volée, mais il y a beaucoup plus de déchets. Il faut que je voie avec toi, ce que tu veux que photographions, fondé sur vos activités de la semaine. Mais avant, nous allons peut-être commencer directement par là… tu allais faire quoi ?

- Oh rien de plus que ce que je fais chaque matin, l’amenée au besoin de mon chien !

- Ok on va débuter par là. Et après Disciple ira finir de rendre présentable « ton » chien qui doit être parfait ! 

Maîtresse me fait reprendre ma position de « besoin ». Je sens Frank se mettre au sol derrière moi. Oh, que je n’aime pas ça !

- Que le chien écarte un peu plus ses  pattes ! … voilà parfait… Et relève la laisse un peu plus haut que je la cadre… Parfait… Je l’ai là… c’est bon Mimi tu peux y aller ! Cela ne te dérange pas que je te surnomme comme cela ?

Et toi cela ne te dérange pas que je te la suce d’emblée ? Tant qu’à y être dans le sans-gêne… Oh que je n’aime pas ce Frank et son envahissement… La journée va être longue…

- Non, tu peux m’appeler Mimi. J’y suis habitué… il peut y aller alors ?

- Oui… je suis en place.

- Alors : FAIS, LE CHIEN !

Faire alors que tout ce cirque ne me plaît vraiment pas du tout ? Je n’ai aucune intention de m’humilier à « faire » devant ces témoins extérieurs. Pas question ! Mais Maîtresse ne me laisse pas diverger et me donne une sèche tapette de rappel à l’ordre sur la tête, qui me saisit dans son intention et me renvoie immédiatement à mon statut. C’est aussi cela être soumis, obéir à s’humilier même quand on ne veut pas, et se rendre corps et âme à la détermination de sa Maîtresse. Voilà, j’y suis. Je pourrais décider là de me lever avec démonstration et dire tout simplement : « Non ! J’arrête. Je ne suis pas d’accord ! ». Mais je ne marche pas finalement ainsi. L’amertume de l’humiliation m’hypnotise et je me laisse prendre à chaque coup. Il y a ce frisson qui me parcourt sans cesse et je me laisse glisser comme à chaque fais : j’urine en chienne peureuse alors que l’appareil photo clique à ne plus finir derrière… Finalement quand j’ai fini, Maîtresse me relâche.

- Tu l’as, Frank ?

- Oui. Parfait. Tu veux voir ? 

- C’est déjà possible ?

- Oui avec les techniques modernes, je peux immédiatement contrôler sur la tablette. Tiens regarde… c’est celle-là qui me semble la meilleure !... et encore mieux avec quelques réglages de contraste… voilà tu un génie mon petit Frankie !

- Tu as raison. C’est encore plus magique et magnifique ! Tu es doué… Attends je vais la montrer à celui qui en est le sujet principal…

Maîtresse me met la tablette devant les yeux. Je ne suis pas sûr de vouloir me voir. Mais je suis surpris : c’est un petit choc de me découvrir nu, vu de derrière, les cuisses écartées, le dos arqué et mes grosses couilles qui pendent sous la cage. Maîtresse est floue en arrière plan, mais le spectateur de la photo ne peut manquer qu’elle me tient strictement en laisse et que je suis en train de pisser à ses pieds. Le noir et blanc, avec un contraste marqué, sublime tout complètement. J’ai l’impression de contempler une de ses photos léchées que je trouve sur internet. Et c’est fou : là c’est moi et un autre à la fois !

Ce mec, autant il me parait être imbuvable, a un talent véritable, comme si Dieu l’avait mis avec facétie chez les personnes les moins sympathiques d’abord. Je devrais peut-être réviser mon jugement un peu trop rapide, et laisser venir…  Mais pour l’instant, ma laisse est confiée au soin de Disciple qui m’emmène à la salle de bain à l’étage. Dès que je suis hors des yeux de Maîtresse, je veux me relever. « Non je te conseille de rester à terre. Je serai obligé de le dire à ta Maîtresse sinon. ». Je rougis - c’est quand même dur de recevoir des ordres d’un jeunot qui n’a que la moitié de mon âge – mais j’obéis…

Etre nu dans la baignoire avec mes chaînes d’esclave devant un tout jeunot me dérange et je continue à rougir. Me voilà tout à coup devenu timide et pudique. C’est bizarre comme ressenti alors que cela ne me fait pas pareil avec Monsieur Jean. Peut-être je m’accorde plus facilement avec un homme plus âgé que moi, ce qui suit l’ordre naturel de préséance… Et en plus, Maîtresse Emilie a confié la clé de Ma cage à ce jeunot ! Il me l’enlève pour me raser soigneusement le sexe et je me sens encore plus nu sans, avant d’être fortement humilié par une érection naissante entre ses doigts qui me soulève le paquet pour couper les poils du scrotum.

Je n’ai pas envie d’entamer la discussion avec ce barbier d’un type humiliant pour un homme de 39 ans. Je me laisse faire en baissant les yeux, pendant qu’il me rase ou m’épile à la crème pendant une heure, intégralement des pieds à la tête, effaçant les dégâts de la demi-épilation western de la veille. Quand il a finit, j’ai la peau aussi lisse qu’à ma naissance.

Nous rejoignons Maîtresse et son photographe. Ils ont préparés la « scène » en déplaçant la table de pique-nique au devant de la perspective sur l’étang. Ce n’est d’ailleurs plus une table, mais un sofa de calife, avec une lourde couverture qui recouvre le plateau et des coussins confortables qui ont été rajoutés, sortis de je ne sais où. Le tout est surplombé d’un écran blanc qui renvoie la lumière d’un projecteur de renforcement d’ambiance.

Nous les retrouvons en pleine conversation.

- Ah tu m’as ramené mon toutou favori… si chou sans un poil… Bon Pierre j’ai une bonne nouvelle : tu vas de nouveau avoir la joie de goûter le moelleux de ma chattoune pour rejouer les saillies de la semaine pour l’éternité… mais pas sûr que je montrerai les photos à mon enfant issu de tes œuvres…

Je suis choqué qu’elle est pu dire son plan secret de conception à des inconnus. Je lui lance un regard inquiet.

- Non tout va bien. Cela fait du bien de le dire et Frank dit que, comme cela, cela reste en famille. Tu sais qu’il y fini par découvrir que son père n’était pas son père, mais qu’il était le fruit du viol de sa mère ? Bon ne pensons pas à des choses tristes… viens ici mon petit taurillon que je t’équipe…

Je me retrouve au final dans une position de réalité exacerbée, différente de ce qui s’est réellement passé, la tête équipée de mon harnais de taureau, mise à pendre à l’envers au bord de la table. Très christique ! Les bras suivent la même gravité et Disciple m’immobilise les poignets d’une corde de chanvre noire qui masque mes bracelets de métal. Mes coudes sont aussi liés entre eux d’une nouvelle corde. Je me retrouve le haut du corps arquebouté, maintenu pour éviter de glisser, par la 3ème corde qui est passée à mes chevilles et me retient à la structure de la table. La position si elle peut être esthétique, n’est pas du tout confortable.

Emilie qui s’était éclipsée revient de la bâtisse complètement nue sous un voile de tulle noire quasi transparent, à la coupe en biais au niveau de la taille. A la contempler à l’envers, je ne peux m’empêcher de déjà bander !

- Bon si tout le monde est prêt, on y va les enfants…

Maîtresse monte en amazone sur la table et me domine. Frank vient en professionnel vérifier l’état de préparation.

- Là ! Ce n’est pas assez dur ! Disciple au boulot !

Le temps de comprendre ce que cela veut dire, Disciple est déjà sur moi à me pomper la queue. Au départ, je rechigne à l’avilissement et débande un peu. Mais la langue juvénile sait y faire et a bien vite faite de me rendre en marbre en soupirant. Le boute en train me délaisse alors et Maîtresse Emilie monte son taureau reproducteur. Disciple arrange les plis de la tunique de tulle.

Cela ne cesse de crépiter, pendant que le photographe lui fait faire des arrêts sur image : la colonne de chair presque en dehors de la vulve, mon seul gland aspiré entre les petites lèvres, puis la colonne enfilé sur la totalité. Clichés de près et clichés plus lointains pris depuis un escabeau. Nous sommes des pantins entre ses mains dont il articule sans cesse les fils de fer…  Mais moi, je m’en fous tant que je retrouve la chaleur de la chatte de Maîtresse qui me maintient dans un état de dureté incroyable pour moi. Des dizaines de photos sont prises en rafale avant que nous ayons le droit d’enfin y aller, surtout Emilie puisque moi je ne peux pas bouger… 

Maîtresse travaille si bien du croupion que je suis aux anges. J’ai la fierté de résister quelque peu, gêné par la présence de Frank au premier rang qui attend que nous en finissions, mais finalement je n’arrive plus à contrôler et m’épands dans la chatte de Maîtresse une nouvelle fois !

- Doucement, doucement ! Tu te désembroches doucement Mimi… tout doux… ouais c’est cela ! Yes : cela file ! Relève-toi un peu plus haut… Génial ! C’est bon j’ai tout eu du sperme à bébé ! Tu peux finir de t’enlever maintenant…

Frank s’isole quelques minutes pour trier ses photos. J’en ai marre de ma position et la tête à l’envers commence à me tourner. Il en a fini et revient montrer sa première sélection à Emilie, qui ne résiste pas à me la faire voir à mon tour. Elle a même le soin de tourner la tablette à l’envers pour que vois le résultat dans le bon sens. Et qu’est-ce que je vois ? La plus magnifique série d’image érotico-pornographique que je n’ai jamais vue. C’est incroyable ! Il me semble que c’est un autre que moi, dessus, qui est baisé. Cela me fait rebander…

J’ai cependant en même temps une réflexion plus sombre. Même mises en scène esthétiquement, c’est trop réelles, trop révélatrices comme images. Je crains que Claire réagisse très mal, vraiment trop mal quand elle verra... Je préfère évacuer au plus vite cette pensée glaçante pour concentrer mon énergie sur la journée en cours.

Nous faisons ensuite d’autres (re)mises en scène. Je rejoue la scène du taureau et de la vache dans le pré, ainsi que celle du bourricot monté par l’indienne. A chaque fois, nous devons prendre la pose et les photos prises par Frank sont, au final, génialement excitantes ! Il a un vrai don artistique à saisir ce quelque chose de follement sexuel sur la pellicule…

- Il se fait faim, non ?

C’est vrai que depuis une demi-heure mon ventre gargouille. 

- En fait, je n’ai pas réellement prévu, stupidement. Mais pas grave : il y a un restaurant dans un village à côté.  Cela vous va d’y aller déjeuner ?… ok si cela va à tout le monde, je file m’habiller décemment… mais avant il faut que je nourrisse le chien… pour qu’il reprenne des forces pour cet après-midi…

Je devrais être normalement très gêné de devoir manger ma gamelle de pâtes froides, à 4 pattes au pied de gens habillés que je connais que depuis quelques heures. Mais aujourd’hui je ne le suis pas. D’abord, il ne sert plus à rien de vouloir continuer à être pudique, alors que l’un et l’autre ont vu et photographié mon intimité sur toutes les coutures. Ensuite la séance de photos du matin m’a épuisé et je mange de bon appétit. Il reste cependant ce décalage bizarre entre ma réalité et la leur…

Maîtresse Emilie revient quelques minutes plus tard, après avoir passé un jean et un haut. Elle attend patiemment avec les 2 autres que je finisse ma gamelle…

- Allez, on te met à la niche maintenant…

Frank intervient.

- Attend, Mimi.

Je n’aime pas qu’ils se chuchotent à voix basse. Je ne parviens qu’à saisir une bride : « … tu es sûr… ce n’est pas trop risqué …. ». Elle me jette des coups d’œil fréquents et inquiets. Mais finalement la décision se fait et Maîtresse m’emmène avec la laisse vers le coffre de la Volvo.

- Monte !

Là je refuse net et me bloque. Pas question d’être emmené à l’extérieur dans cet état ! Il y a quand même des limites à ce que l’on peut accepter même en soumission. Ma rebuffade  fait hésiter Emilie. Mais Frank intervient.

- On ne va pas y passer des heures ! Moi je meurs de faim… Disciple, donne-moi un coup de main pour le faire rentrer.

Ils se saisissent de moi. J’ai beau me battre, m’arquebouter dans tous les sens, je finis par être rentré en force dans la cage à chien du coffre. Je ne cesse de hurler mon désaccord total, que je ne veux pas, que cela va trop loin, en appelant à la raison Emilie qui reste pétrifiée et indécise.

- Putain t’es chiant comme clébard à jacter comme cela ! Tais-toi !

Mais je ne veux pas me taire !

- Bon tu l’auras voulu ! Disciple va me chercher la muselière dans la voiture…

Disciple revient vite, pendant que Frank ouvre les portes de la cage. Il m’immobilise à 2, ne me laissant aucune chance d’échapper au muselage. Je me retrouve dans l’incapacité de continuer à crier mon désaccord, un bâillon boule serré dans ma bouche, recouvert par une espèce de museau de chien en cuir, étroitement cadenassé autour de ma tête. Je lui lance un regard noir !

- Oh, tu peux me regarder comme cela tant que tu veux. Les chiens bâtards comme toi ne me font pas peur ! Je n’ai qu’un conseil à te donner : calme-toi et accepte ton sort. Toute lutte ne va que t’épuiser d’avantage. Allez, en route !

Frank prend le volant de Volvo et nous partons, pour un trajet d’un petit quart d’heure, avant de parvenir au restaurant. Ils descendent immédiatement de la voiture et me laisse seuls.

Je jette un coup d’œil rapide au dehors. Je suis sur le parking devant le restaurant. Il y a 4 autres voitures de clients, sans doute en train de déjeuner. La cage n’a pas été recouverte de sa couverture : je suis nu à la vue de tous ceux qui passeraient à proximité de la Volvo ! Je n’ai jamais eu si peur de ma vie ! Je me tasse sur le plancher du coffre, tant que je peux, à l’écoute du moindre bruit… Heureusement, il n’y en a aucun sauf des voitures que j’entends passer sur la route et que je prie de ne surtout pas s’arrêter au restaurant !

J’ai la trouille au ventre quand les clients finissent par sortir de déjeuner. Je suis en apnée : pourvu qu’ils ne me voient pas ! Les 3 premières voitures partent sans que leur conducteur et passagers m’aient débusqué, à mon grand soulagement. Vient ensuite un couple qui tarde à repartir. C’est inhabituellement long… Pourquoi traînent-ils. Je jette un bref coup d’œil. C’est des jeunes en train de s’embrasser goulument devant le restaurant, pour se chauffer de ce que je comprends à leurs propos entendus, va être une sieste « très » crapuleuse.  Ils se dirigent lentement vers leur Twingo. L’homme monte et démarre le moteur, quand la femme lui dit : « attends mon nounours, j’ai oublié mon foulard dans le restaurant… ». La femme repart et l’homme déplace la Twingo au milieu de l’allée dans l’attente du retour de sa copine. Il est à 2 mètres de mon coffre, heureusement assis de l’autre côté… Je ne crois pas qu’il puisse me voir. Enfin, j’espère…

La jeune femme revient avec son foulard. Je suis très tendu et prie intensément les Dieux Protecteurs des soumis. Je me plaque contre l’intérieur de la porte du coffre. Je ne peux rien faire de mieux…La femme frôle le coffre me dépasse presque. Je suis prêt à dire « Ouf ! » mais elle ne m’en laisse pas le temps : elle m’a vu ! Elle me regarde éberluée, comme un Diable sorti de sa boîte. Elle jette des regards aux alentours, cherchant à comprendre. Elle semble prête à prévenir son petit ami. Je fais un non désespéré de la tête. Elle est perturbée, ne sachant quoi faire. Finalement elle me tend le pouce vers le haut, me demandant si tout est ok. Je me dépêche de répondre pareil que tout va bien, même si pour l’instant cela ne va pas… En priant qu’elle s’en aille !

Ma réponse la détend un peu. Elle me sourit  presque maintenant avec une lueur qui devient excitée dans ses yeux. Elle vérifie de nouveau à gauche et à droite avant de saisir de son téléphone dans sa poche et de me prendre en photo dans ma cage sans que j’aie le temps de réagir ! Elle s’enfuit immédiatement dans la voiture de son petit ami…

Je suis vidé, encore sous le choc de ce qui vient se passer. Notre rencontre n’a pas duré plus de 1 minute, une minute en enfer. Que va-t-elle faire de la photo ? La montrer  à son petit ami pour qu’il la croie ? La mettre sur le web ? En tout cas, tout cela me dépasse, m’humilie et je hais de n’avoir aucune emprise sur ce que cette photo deviendra…

Quand Emilie et les hommes remontent dans la voiture, je suis encore sonné de cette rencontre. Je ne dis rien évidemment avec le bâillon, même si je vais avoir besoin de vocaliser ce qui s’est passé avec Emilie…

De retour à l’étang après un arrêt à la supérette, je n’en pas tout de suite l’occasion. Monsieur Jean nous a rejoints en ramenant la voiture d’Emilie. Maîtresse fait les présentations, avant de finalement revenir me chercher dans le coffre de la Volvo. Elle me débâillonne et immédiatement je parle. Je lui raconte tout ce qui s’est passé, mes peurs et mes craintes. Maîtresse m’écoute attentivement, avant de me rassurer.

- Je ne crois pas, Pierre, que son intention soit de la publier sur le web. Dans ce cas, elle aurait appelé son petit ami à venir voir en live lui aussi. Non, moi à sa place, j’aurais pris la photo soit pour la montrer aux copines – cela ne doit pas arriver souvent dans les campagnes de voir des choses comme cela -, soit pour la montrer au retour à la maison à son petit copain et dans ce cas, ton petit cul doit être en train d’être le sujet d’excitation crapuleuse de leur baise.

Cela ne me rassure cependant qu’à moitié et j’ai toujours autant de mal quand les autres abusent de ma faiblesse de statut.

L’après-midi de shooting est très chargée. D’abord avec la mise en scène de mon dépucelage par Monsieur Jean, que Disciple qualifie de TBM. Rien ne m’est épargné : ni les gros plans sur sa bite qui m’écarte la rondelle ou la bouche, ni le sperme qui ressort indécemment de mes « trous » après « usage » et ne laisse aucun doute sur la façon dont j’ai été utilisé. J’apprécie de retrouver la queue de Monsieur Jean, mais avec tout ces gens autour, c’est moins bon que les deux fois précédentes. Cela ne m’empêche quand même pas de gémir avec honte sous ses assauts…

Au goûter, nous faisons tous une pause avec une bonne bière, même pour moi. J’ai eu le droit de me relever et j’ai encore le trou du cul qui palpite des bienfaits du nouveau rectifiage de Monsieur Jean. Je feuillette sur la tablette les photos de ce début d’après-midi. Certaines me plaisent beaucoup, toujours avec la même impression que c’est un autre que je contemple ou mâte. Par contre, Claire me reconnaîtra à coup sûr et je ne suis pas prêt de finir de le payer ! Au centuple ! Par exemple avec celle-ci qui rejoue la pipe sur le ponton de hier. Elle a été prise en début d’après midi mais on croirait qu’elle a été faîte à l’aube, avec cet effet de brume qui monte de l’étang et ce ciel qui commence à rougir derrière les arbres. Frank travaille aussi en couleur apposée.  C’est là qu’on comprend que toutes ces belles photos léchées, sont souvent modifiées numériquement. J’ai le corps mouillé de gouttelettes d’eau, comme si je sortais d’une baignade matinale alors que l’effet a été obtenu par un seau d’eau qui a coulé depuis ma tête le long de ma peau. Le corps de Monsieur Jean a été rendu anonyme sous un peignoir blanc dont la capuche recouvre la calvitie. Il incarne le Mâle avec un grand M majuscule à l’âge indistinct, aux pieds duquel je suis agenouillé, les yeux relevés à adorer la beauté du visage de mon Maître et ma bouche disparaissant entre les pans du vêtement qui suggère beaucoup plus impudiquement que si tout était montré. Mais il reste cependant cette vérité de base que pendant cette série de prises de vues, j’étais réellement en train de sucer avec plaisir son gros sexe…

Il y a une autre photo qui devrait aussi beaucoup faire réagir Claire. C’est un gros plan dépouillé mais si indécent sur une queue (celle de Monsieur Jean) qui sort de mon anus ouvert. Le point focal est sur les traces de sperme qui s’échappent de ma profondeur, ne laissant aucun doute sur ce qui vient de s’y passer. La bite est légèrement floue, comme en mouvement. Mon cul semble en sueur d’une longue baise, artificiellement renforcée par un huilage discret de mes fesses. Là aussi, il y a une vérité à la base : la « baise » a duré beaucoup effectivement, interrompu par les poses intermédiaires, et Monsieur Jean n’avait manifestement pas sa sérénité habituelle en public et a du batailler longtemps pour finir par réussir à partir en moi.

La seconde partie de l’après-midi est consacrée à des photos nettement plus BDSM. 

Et d’abord l’image éternelle de mon zizi encagé non dans ma propre cage, jugée par Frank pas assez spectaculaire, mais dans une de celles qu’il a amené dans sa voiture. Je fais un essayage de cages comme j’essaierais des pantalons dans un magasin. Chacun donne son avis et les choix convergent vers un modèle très sculptural en métal, court et aéré avec des excroissances le long de la cage, dans le genre importable 24/24.

- J’ai un accord avec un artisan français. Il me laisse libre accès à ses créations et cela lui fait de la publicité quand j’en place une, sur une photo publiée.

Maîtresse Emilie s’assure d’un travail préparatoire de teasing en cage que j’y sois bien gonflé avant la série suivante : le zizi du chien malheureux en cage devant la chatte ouverte ou pendant en vain entre mes cuisses,  à sucer à 4 pattes la même chatte jusqu’à l’orgasme non simulé. J’ai même le droit à la classique photo « souvenir » de comparaison côte à côte entre la maxi bite de Monsieur Jean et mon petit zizi encagé…

En fin de journée, nous rentrons dans le dur de ma soumission : celle de la punition physique infligée à l’esclave. Frank retient la position du corps pendu à la poutre de la couverture de la terrasse, s’accorde au foulard blanc pour me bâillonné mais préfère la canne au fouet qui laisse des marques beaucoup plus « esthétiques » ce qui enchante Maîtresse. Pendant que j’attends pendu ma « raclée » photographique en serrant les dents, elle revêt ses hautes bottes de cuir au-dessus de son jean, après que Disciple les ait bien fait briller. Elle change aussi sa tunique pour un modèle blanc avec dentelle sans soutien gorge. J’aime beaucoup ! Très simple, au naturel, et très Maîtresse à la fois.

C’est peut être une « raclée » à destination de photographies, mais Maîtresse Emilie ne se retient pas à vraiment me travailler avec enthousiasme le corps de sa canne, en force et donc douleur, en posant ses coups un à un, les plus géométriquement  possibles, pendant que Frank tourne autour pour prendre des dizaines de clichés et la laisse complètement gérer. Disciple filme aussi.

Je suis étonné d’être rapidement amené en zone rouge à appréhender chaque coup à suivre, à me débattre à chaque impact, poussé très loin dans un état second. Les autres humains autour s’effacent… Il n’y a plus ici que Maîtresse et sa canne qui me travaille au corps. En apothéose des tensions  de la semaine ? J’oublie toute pudeur  en gémissant sous ses actions. Je me sens en communion complète avec ma Maîtresse, ma vraie Maîtresse, celle qui sait si bien me comprendre, plus que Claire ne le pourra sans doute jamais…

Dans un dernier éclair de lucidité, je m’étonne que cela tourne ainsi. Cela ne le devrait pas… C’est dangereux cette communion là… Je me dois de garder une distance salvatrice. Comment me comporterai-je avec Claire après ?

Maîtresse s’arrête pour venir me hurler dans les oreilles en m’écrasant les couilles pour capter toute mon attention : « Tu resteras toujours MON esclave ! Celui qui j’aurais débourré ici pour MON plaisir! Tu as besoin de MA direction forte, pas celle faiblarde de ta Claire qui a peur de ses pensées indécentes. Alors nous allons faire ce qui est naturel : tu vas m’écrire ton allégeance, ton appartenance définitive ! Pas à Claire, à MOI ! C’est l’ordre naturel des choses… et je verrai si finalement j’accepte de te prêter à elle… cette petite pimbêche qui sans moi ne comprendra jamais rien, à rien… Tu mérites une meilleure Maîtresse qu’elle ! »

Cette déclaration finit de paniquer complètement mon reste de lucidité pendant que déjà le corps  envisage l’allégeance totale... La situation m’échappe totalement. Définitivement ? Mais Maîtresse ne me laisse pas à mes pensées. La canne recommence à frapper en ne se limitant plus à mes fesses, mais à tout ce qui est accessible depuis mes chevilles jusqu’aux épaules. Elle ne cherche plus à m’épargner, mais à finir de prendre définitivement l’ascendant dans mes hurlements terrorisés. C’est si primal. Je n’ai jamais autant souffert de ma vie ! 

Finalement au bout de l’Enfer, Maîtresse lâche, épuisée, la canne sur le sol. J’ai le corps exténué en feu et en souffrance. Et l’âme dans l’abyme.

Elle s’absente, un instant, dans la maison et revient avec un couteau de cuisine. Il coupe la corde qui me retient à la poutre. Je tombe lourdement à terre, manquant de me faire mal. Je suis complètement déboussolé, n’osant plus rien penser.  Et plus que tout la crainte de Maîtresse Emilie s’est maintenant installée !

- Embrasse les bottes de ta Maîtresse !

J’ai les mains et les pieds immobilisés. Je rampe comme un vers sur le sol pour rejoindre le bout des ses bottes que je baise en dévotion non simulée. Maîtresse se déplace sans cesse, m’obligeant à me contorsionner pour suivre les bottes, plusieurs fois.

- Disciple, va nous chercher une feuille et un crayon à l’intérieur…

Il revient vite. Maîtresse me les jette à terre, devant moi.

- Ecris ! … Par la présente… moi Pierre… écris ton nom…. libre de corps et d’esprit… reconnait… donc reconnait… que Emilie… écris mon nom… est Ma seule Maîtresse de vie… qui est seule capable de satisfaire mes besoins fondamentaux… de mâle soumis… 

Maîtresse surveille attentivement au-dessus de mon épaule ce que j’écris.

- … en conséquence… je reconnais ce jour lui appartenir… totalement…. de corps et d’esprit… et je m’en remets à sa sagesse… pour toute décision de vie… qui inclut la demande de ma présente femme Claire… écris son nom… qui veut transformer notre mariage… en mode D/S… pour ce point, seule ma Maîtresse aura le droit de…. dé-ci-der… pour son esclave, nonobstant sa volonté propre… à la ligne !... Ce contrat est irrévocable… et ne peut être qu’annuler… par ma propre mort…  à la ligne ! Fait devant témoins… le… mets la date d’aujourd’hui… et tu signes de ton vrai nom !

Maîtresse récupère la feuille et relis attentivement. Frank, Disciple et Monsieur Jean contresignent avant d’applaudir instinctivement ! Je viens peut être de faire, forcé ou hypnotisé, la plus grosse connerie de ma vie en niant Claire ! Er pourtant, je ne me suis jamais autant senti en accord avec ma nature profonde…

Finalement, Maîtresse m’envoie me nettoyer du sang  dans l’eau froide de l’étang, qui me fait beaucoup de bien…

En fin de journée, une fois le matériel de prise de vue rangé, tous se détendent et discutent de la journée passée. La mise en esclavage définitif par Maîtresse Emilie de ma personne a fait beaucoup d’effet, à la fois chez Frank qui la trouve machiavélique d’intention – il n’a jamais connu d’aussi pervers, une femme contre une autre - et chez Monsieur Jean qui découvre et s’enthousiasme. 

Tout le monde casse-croute de charcuterie, accompagné d’un bon vin, sauf moi à qui mon éternelle gamelle de pâtes froides a été servie et que je mange en laisse au pied de Ma Maîtresse, qui me fait la suivre où qu’elle aille maintenant… La douleur de mon corps fraichement martyrisé par Maîtresse ne me quitte pas et j’ai du mal à trouver une position sur le sol confortable.

- Bon, c’est ok pour le restaurant. Ils veulent bien servir de relais les 2 albums que Disciple ramènera demain en fin d’après-midi. Mimi, tu n’auras plus qu’à les récupérer, là-bas… Je suis désolé encore de n’avoir pas pu venu plus tôt cette semaine, Mimi. Il y a des contrats de shooting de pub, si rémunérateurs que l’on ne refuse pas… J’ai promis que cela ne changerait pas le délai et je vais tenir ma promesse. Disciple va travailler toute cette nuit pour toi, pour préparer les impressions. En contrepartie, et pour te dédommager et vu comme je me suis bien amusé finalement aujourd’hui à la campagne avec ton toutou si mignon, je propose d’oublier tout paiement…

- Tu n’es pas obligé, vu comment déjà, tu m’avais fait un prix d’amie…

- Si j’insiste… Je n’aime pas trahir mes engagements et tu as été bien compréhensive, face au bouleversement de calendrier en dernières minutes… de toute manière, j’ai gagné plus en 2 jours de studio pub qu’en 2 mois de shooting militant pour les adeptes  BDSM….

- Ok, ok, je me rends. D’accord j’accepte ta généreuse proposition de gratuité pécuniaire. Pas contre, pas question d’annuler la partie en nature convenue !

- Si tu veux. Il sera content… Disciple, ici ! Viens-voir Papa !

Je suis la scène avec intérêt. Disciple vient voir « papa » qui le déshabille entièrement. Je vois pour la première fois qu’il est encagé comme moi dans un tout petit dispositif sécurisé avec un Prince Albert. Cela me confirme leur relation D/S, comme j’avais deviné.

- J’ai rencontré Disciple quand il avait 15 ans. Je réalisais une commande sur les marchés colorés du Gers pour un mensuel. C’était un garçon passionné par la photo, mais pas par l’école. Il m’a invité chez ses parents pour me montrer ses épreuves prometteuses mais encore un peu naïves. Je l’ai encouragé, je lui ai laissé mon mail et cela en est resté là. Du moins, je croyais car le gamin m’a harcelé de messages à mon retour. Il voulait quitter l’ennui de son Gers et me demandait, ni plus ni moins, que de le prendre en apprentissage. J’ai commencé à y réfléchir sérieusement. Ce garçon me plaisait et je ne me cachais pas que ce n’était pas qu’à cause de son talent. La jeunesse ne me fascinait pas plus que cela, mais avec lui, c’était quelque chose de différent… Bref j’ai forcé ma nature : je me suis renseigné sur la filière. Il devait passer d’abord le CAP photo qui existait encore, avant que je puisse le prendre en apprentissage. Et être admis en CAP avec ses si mauvais résultats scolaire n’était pas gagné vu l’importance de la demande. Bref j’ai d’abord obtenu l’accord de ses parents ravis que je m’occupe de leur gamin et je me suis « débrouillé » pour le faire admettre dans le CFA local moyennant une série de cours que je donnerais au bac pro. J’ai aussi promis de lui trouver un petit boulot pour aider au frais, mais le seul petit boulot qu’il n’a jamais fait, a été pour son tuteur. A la rentrée, Disciple s’est donc installé avec la bénédiction de ses parents dans la petite chambre que je lui avais préparée au-dessus du studio et il y est toujours…

L’histoire de Disciple commence bien mais, comme dans tout conte, je m’attends à des heures plus sombres.

- Je suis bi et libertin, sans jamais n’avoir voulu d’attache. Disciple m’a avoué plus tard que, dans son innocence et son enthousiasme de sortir enfin du fond du Gers, il n’avait pas compris de quelle manière sa personne pouvait m’intéresser… Ses parents, enfin surtout sa mère, ont vu clair depuis le début pour leur petit « Mozart ». Sans réels moyens, ils ont vu cela comme une chance inespérée pour leur fils unique de s’échapper de sa condition. Entre la pauvreté et l’intégrité, ils ont, sans doute, difficilement choisi de lui laisser une chance. Je ne sais pas ce que je ferais dans le même contexte pour mon gamin… En tout cas, la maman de Disciple n’a cessé de lui écrire au long de ces années, d’être « bien sage et obéissant envers son tuteur »…

Disciple me surprend à venir se lover contre les jambes de son « tuteur ».

- Le gamin était loin d’être con et prêt à saisir sa chance, puisque quelqu’un s’intéressait à sa personne… Je n’ai pas eu grand mal à l’apprivoiser, bien que je le crois fondamentalement être resté hétéro de cœur et de corps. Avec moi, il considère cela comme différent. J’ai eu la chance de l’avoir complètement puceau et je m’en suis amusé. Au bout de quelques mois, j’ai mis fin à ses branlettes incessantes de puceau en mettant son jeune zizi sous clé peu avant ses 16 ans. Cela lui a fait tout drôle, dans la vigueur de son âge, mais il est vite devenu un vrai agneau doux pour papa après, le seul qui avait le pouvoir d’enfin le traire au rude gant de vaisselle. Et je ne me suis pas gêné pour lui apprendre à s’impatienter jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus. 

- Et le Pince Albert ?

- Le Prince Albert date du tout début. J’en porte un depuis des années et Disciple l’a découvert dès les premiers jours. C’est vrai que se balader nu est naturel chez moi, et encore plus quand je me suis aperçu avec ravissement que ma nudité faisait rougir mon petit Disciple pudique. Je lui ai servi une belle histoire, faisant passer le piercing comme une marque secrète de Compagnonnage des Photographes… Et bien sûr, Disciple a ardemment désiré être aussi percé à cet endroit comme moi et ça été effectif  4 semaines après son arrivée au Studio. Vous auriez vu comme il en était fier ! Et le soir venu, je n’ai pas résisté à l’initier à un autre rite de passage du « Compagnonnage » : le plaisir que le jeune apprenti, doit savoir docilement donner de sa bouche à son aîné dès qu’il le demande… Il était tellement empoté et cramoisi en le faisant que je n’ai pas résisté longtemps !

- Attends tu ne lui pas mis ta bite en bouche directement ? Il t’avait déjà branlé avant ?

- Non rien de cela… C’est là la force des fausses traditions que j’avais imaginées. Dans la farouche volonté de désirer s’intégrer, on en arrive à faire des choses que l’on ne ferait jamais sinon. Et le temps que Disciple s’aperçoive comment il avait été manipulé ces premiers mois, je lui avais mis le zizi en sécurité dans une cage verrouillée avec le Prince Albert ! Et là cela a été une autre source de motivation infinie… Il s’attendait que je finisse de le dépuceler, mais J’ai pris alors une décision étonnante : je le trouvais encore trop jeune pour des relations sexuelles et je le garderais puceau de bite et de cul jusqu’à ses 18 ans 18 jours, s’il tenait jusque là avec moi… 

- Pourquoi 18 jours ?

- Pour le symbole qu’enfin majeur, il reste finalement un mineur dépendant. Il a fini par comprendre qu’il avait encore beaucoup de temps à attendre son dépucelage… Pendant que j’étais libre de baiser les filles et les gars, lui était obligé d’attendre ses 18 ans et 18 jours. Je le taquinais souvent dessus, pendant que je lui enseignais le métier, jusqu’à le faire délicieusement rougir… Il est si mignon quand il rougit. J’ai découvert en fait la joie du D/S avec lui. Les cinglées sur ses fesses qu’il déteste, lui on fait faire d’immenses progrès scolaires. Je lui ai fais cruellement assisté, impuissant, à mes baises sur le pieux. Tous mes amantes ou amants ne l’acceptaient pas dans la chambre, mais les moins timorés oui, et jouaient de son statut d’éternel puceau. 

- Humm très intéressant… Et finalement le jour de son dépucelage est arrivé ?

- Oui comme promis, le soir de ses 18 ans et 18 jours. Nous avons fait cela à 3 avec une bonne copine partageuse, le petit pris en sandwich entre nous deux. Et au moment où il pénétrait sa première chatte, je lui ai pénétré pour la première fois le cul. Côté face, cela a été une catastrophe, Disciple ayant éjaculé dès les premiers mouvements, mais côté verso quel pied son petit cul serré ! Disciple croyait que je lui enlèverai enfin sa cage de chasteté après. Mais pourquoi me priver de cette contrainte aux effets si efficace ? Au contraire, j’ai raréfié ces éjaculations à 18 la première année – ce qui pour un jeunot plein de vigueur est une sacrée épreuve – puis un de moins à chaque anniversaire.  Cette année, nous en sommes à 14 autorisés et je crois qu’il va être plus sage que l’année précédente, où Disciple a tout consommé en 9 petits mois, résultant à 3 mois de chasteté en fin d’année. Il croyait que je ne tiendrais pas, mais j’ai tenu… Et ce soir, c’est fête pour la 4ème autorisation de l’année, après 4 semaines de nada. Allez disciple couche-toi sur le tapis sur le côté… c’est l’heure de ta traite quasi mensuelle de ton petit chose…

Je comprends comment la traite est envisagée quand Maîtresse Emilie me libère aussi de ma cage de l’après-midi et me fait installer sur le tapis, avec précaution pour ne pas réveiller les blessures, tête bêche avec Disciple. Il m’aspire déjà, plutôt qu’il me suce. Ce gamin sait jouer de sa jeune bouche !  Sa propre petite bite me fait la fête, devant mes lèvres. Qu’importe que je sois un inconnu, qu’importe que je sois un homme, tant qu’il y a une possibilité de partir… Elle ne fascine pas du tout. Je n’ai jamais pensé avoir été gâté par la nature, mais son pénis est ridiculeusement petit. Et je me dois me forcer pour le saisir entre mes lèvres et le suçoter, puisque je ne peux physiquement pas le lécher. Si c’est cela que cela fait comme impression à Claire quand elle me suce, je comprendrais qu’elle ne le fasse plus si souvent. C’est si décevant… Et en plus, je n’ai fait que quelques mouvements, que déjà Disciple me prévient (« attention, je vais… ») et que son vermisseau s’écoule sans fin dans ma bouche, abondant et très liquide. 

Je me dépêche d’avaler en grimaçant pour m’en débarrasser au plus vite et me concentrer sur les sensations que sa bouche m’apporte. Son suçon est divin, soutenu par un massage de couilles délicieux. A ces bienfaits, je gémis bientôt doucement. Il a bientôt fait de bien me tirer la sève et de l’avaler en petit soumis docile… pendant que déjà son Maître lui remet le zizi sous clé.

C’est la fin de notre folle journée. Frank et Disciple nous quittent et rentrent s’occuper des photos. Maîtresse Emilie bâille de la fatigue ou des émotions de la semaine… Seul Monsieur Jean reste au top.

- Et si je te soulageais de ton chien ce soir ? Tu as l’air bien fatigué…

- Claire revient demain et je dois être en forme pour l’affronter. Tu veux faire quoi avec lui ?

- Nous amuser, tendance gay. Il y a un club où j’ai l’habitude d’aller à Romorantin. Je me propose de l’emmener là bas… ok pour sa Maîtresse ?

- Oui cela me va. Tu ne me le ramèneras pas avant demain matin ?

- Oui, c’est très probable... Je peux le faire coucher chez moi si tu veux avant de te le ramener…

- Cela me va. Tu as ma bénédiction de Maîtresse… Mais je remets son zizi sous clé avant, bien évidemment.

- Euh… Et je peux t’emprunter sa tenue de taurillon de pacotille ? Avec le bâillon en forme d’anneau que tu nous as montré cet après-midi ?

- Tu veux faire ton petit effet… hé, hé ! Ok pas de problème.  Amusez vous bien les garçons… et à demain matin !

Aucun n’a pris la peine de demander mon avis : il va falloir que je m’y habitue définitivement en soumission. Mais la perspective d’être exhibé au milieu d’une assemblée de mâles en rut, m’excite beaucoup finalement, tout en m’inquiétant pas mal. L’éternel paradoxe du soumis. Je retrouve avec fébrilité le coffre de la Volvo et nous partons.

Monsieur Jean m’explique qu’il est encore trop tôt pour aller au Titan et que donc nous attendrons chez lui avant. Je me doute que je vais servir d’excitant de pré-soirée. Sa maison est à l’extrémité d’un petit village calme à cette heure. Il fait rentrer la voiture dans la cour, à l’abri des éventuels regards, avant de m’en faire descendre, avec la laisse qu’il a empruntée.

- Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours adoré me faire pomper par mes amants à la belle étoile, me dit-il alors qu’il me rapproche de son sexe en tirant sur la laisse.

J’ouvre naturellement la bouche pour le prendre. Le petit chose du Disciple m’a manifestement laissé sur ma faim de queue… Lui donner ce plaisir fait maintenant partie de l’ordre des choses de mon univers. Mon esprit s’étonne toujours qu’il soit devenu en si peu de temps, si docile et facile, si tapette dans l’âme quand il s’agit de donner du plaisir à un Mâle. C’est une réalité à laquelle il ne cherche plus à s’opposer : il laisse faire… 

Je « pompe » donc docilement Monsieur Jean avec une passion soumise. Il me laisse faire à ma manière, se contentant de gémir doucement sous les étoiles. Je suce, j’aspire, je branle ses couilles, jusqu’à ce que je le sente avec une forte attente excitée, durcir une dernière fois avant de me nourrir intimement. J’avale son jus d’homme toujours avec difficulté, mais j’avale. Là aussi il me semble maintenant qu’il ne peut en être autrement, que c’est l’ordre naturel des choses et que la pipe pratiquée n’est pas complète si je ne vais pas jusqu’à l’humiliation finale ! 

Après je ne bouge surtout pas et garde son sexe en bouche.  J’ai une fierté d’esclave de lui offrir ce que personne d’autre ne lui a jamais offert ! De la pipe directement à la pissotoire personnelle, à récupérer à la source en bonne tapette soumise, son urine que je vénère et sanctifie d’un aura si dominante…

Nous rentrons et il m’emmène directement dans la chambre « conjugale » avec son haut lit et son armoire de bois dur. Je me dis que rien n’y a été bougé depuis la mort de sa femme et cela me met un peu mal-à-l’aise. Je n’ai pas le temps de m’attarder à cette pensée, car déjà Monsieur Jean me saisit pour un long préliminaire cinglant sur mes fesses faisant fi des marques de la canne qu’il réveille. Bien sûr je me tortille, bien sûr je crie, mais j’ai l’anus qui s’échauffe et s’ouvre en même temps, car il a hâte de se prendre son coup de goupillon divin à la fin de la série. 

C’est une baise de mon cul, longue et puissante, qui m’emmène très loin dans mes plaisirs pervers… Jusqu’à présent, Monsieur Jean devait se retenir, car là je comprends enfin en levrette live l’expression « se faire défoncer » le cul! La bite rentre et sort à grosse cadence. Elle pilonne en faisant claquer les couilles. Elle fait le grand huit permanent en repoussant les parois de mon rectum. Je serre les dents, je crie pendant que je m’accroche à l’oreiller pour ne pas être balayé par le marteau pilon. C’est un mélange intimement lié de douleurs aigues au contact de son corps en sueur avec mes blessures et de plaisirs humiliants, jusqu’à la satisfaction extrême de le sentir se répandre dans mon rectum !

Il me surprend alors totalement à me plugger et me verrouiller le cul immédiatement après. C’est un geste que je ressens très fortement en écho.  En même temps, il me maintient marqué par son fluide intime et il s’assure de l’exclusivité de sa possession. Qui ferait-cela, à part « Mon »Maître Mâle ? J’ai un nouveau sentiment de fierté soumise qui me submerge. Ce vieux Monsieur Jean est vraiment plein de surprise… et apprend très vite comment me manipuler.

Mon arrivée au Titan en taurillon tenu en laisse à 4 pattes, ne passe pas inaperçue et crée l’effervescence! J’en tremble de partout, apeuré alors que nombreuses paires d’yeux me mâtent et que certains Mâles me sifflent. J’ai été trop présomptueux  pour croire que j’assumerais sans problème ce premier coming-out, que je trouvais d’autant plus facile à faire, qu’il se ferait dans un milieu en décalage de la vie réelle. Mais spectateurs gays ou pas, ma réalité est que je me sens profondément entravé dans une humiliation, qui cette fois ne se sublime pas en une basse excitation.

Le club a beau être très sympa, avec de la bonne musique et des couvertures de Tétu partout aux murs, j’e m’y sens particulièrement mal à l’aise. Et encore plus quand le barman, une authentique tapette peroxydée, vient nous faire la fête !

- Alors mon grand, qu’est-ce que nous amène là de si mignonnement affolant ? Mais c’est qu’il n’a pas été sage le toutou vu les marques… Bonjour toi…

Je refuse qu’il me touche !

- Il fait son timide ? Attends je sais. C’est un petit hétéro vivant avec bobonne, qui vient de découvrir le grand méchant loup…

- Non : 2 bobonnes pour lui dont une qui ne rigole pas comme tu peux voir le résultat. L’autre je ne la connais pas. Mais au final, il se révèle plus hétéroflexible qu’hétéro. Bonne bouche et bon cul.

Là je ne sais plus où me mettre et je rougis. De toute manière, Monsieur Jean n’a pas l’intention que j’imagine aller me réfugier ailleurs, car il accroche la laisse au pied de la table. Il part danser après s’être commandé un cocktail maison, se collant indécemment à des hommes et m’abandonne à mes craintes. Je découvre là une version beaucoup moins convenable d’un Monsieur convenable. 

Bien sûr, isolé, je ne peux être que l’attraction de ce club. Les personnes viennent seules ou en groupe me reluquer et me mâter de près. Mon équipement de taurillon fait l’objet de beaucoup de commentaires, ainsi que mon corps balafré et mon sexe en cage. J’aperçois, à leur propos, combien finalement je peux être totalement exotique dans un club gay !  Je préfère surtout ne pas croiser le regard de ces hommes, frissonnant qu’ils me touchent, mais heureusement le serveur blondinet me sert d’ange protecteur. « Pas touche ! Rien que les yeux… »

L’ambiance bat son plein dans le club. Les hommes, habillées, torses nus ou en string, boivent ou dansent compulsivement. Je ne suis plus le sujet de curiosité et on me laisse en paix allongé, au pied de ma table. Monsieur Jean boit et discute avec ses nombreuses connaissances, parfois en me montrant de la main, et me laisse seul, au point que l’ennui me guette… Un comble alors que je suis pour la première fois de ma vie dans un club gay !

Malheureusement, mon ennui prend subitement fin vers 1 heure du matin. Monsieur Jean a bien bu et en est tout excité. Il demande la clé du local du sous-sol au serveur blondinet.

- Humm de l’action ! J’adooore…

Moi beaucoup moins ! La descente du raide escalier en chien est délicate, d’autant que j’ai la trouille de ce que je vais trouver en bas. Cela a le mérite d’être clair : nous sommes dans un club d’hommes, et il n’y que des toilettes monosexe, très nettement orientées. A gauche une rangée de WC avec des portes saloon qui ne cachent pas grand-chose et deux nommées grandiosement au-dessus Glory Hole All Fames et Glory Hole All Stars. Je grimace quand je découvre 2 hommes occupés de part et d’autre de la cloison… Au milieu, les urinoirs sont disposés face à face de chaque côté d’un muret, un peu comme les lavabos dans un pensionnat, sauf que là c’est plutôt « mate le mec d’en-face en train de pisser et vois la taille de la bite que tu vas te prendre ! ». Et à droite, il y a quand même une rangée d’éviers pour se laver les mains à côté de distributeur de capotes… L’ambiance générale est noire et je trouve un peu glauque. Heureusement, cela a l’air propre…

Mais Monsieur Jean m’emmène au-delà, jusqu’à une banale porte incorporant un hublot. Il fait tourner la clé dans la serrure et allume une lumière rosée qui éclaire des carreaux blancs. A l’intérieur, je ne m’étonne pas de découvrir un sling de cuir attaché à des crochets dans le plafond. Nous sommes après tout, dans un club gay. J’en serai presque à m’exciter à être de nouveau pilonné dans le cul dedans… quand, à ma grande déception, il démonte le sling, avant d’en récupérer les lanières. Il finit sur le sol, tassé contre le mur du fond. Je commence à comprendre l’intention quand il me bascule sur mes genoux. J’ai encore un espoir qu’il s’agisse d’une consommation purement privée, mais les lanières du sling qui m’immobilisent les poignets et les chevilles, avant de les ramener ensemble, me crient le contraire ! 

Je suis réduit au silence par le mors, mais je fais non avec véhémence de ma tête !

- Oh arrête de faire ta mijaurée au masculin ! Comme straight, je trouve que tu avales bien trop facilement les queues que l’on te met dans tes trous… Cela ne t’a pas l’air aussi difficile que tu le dis … Dis-toi que c’est ton baptême de tapette hétéro à queues ! Et ce soir, cela va être ta fiesta !

Je sens qu’il a bu, finissant de faire disparaitre le très convenable Monsieur Jean, qui me demandait encore il y a 2 jours si j’étais sûr de vouloir me faire enculer. Là il est déchaîné dans son milieu et je sais que je ne vais pas avoir d’autre choix que de subir les conséquences. C’est là que ma moralité me rétorque, que finalement cela m’arrange bien, de toujours feindre de me considérer en victime forcée à faire plus et toujours plus, alors que finalement je n’attends que ça ! Il y a peut-être du vrai dans ce qu’elle dit, mais quand même de passer de quasi sage petit mari de Claire à une gaie tapette qui avale à la chaîne… il y a quand même un grand écart, qui m’est confirmé quand Monsieur Jean démonte le mors pour le remplacer par le bâillon anneau qui m’écartèle la gueule et me rend incapable de m’opposer à ce qui voudrait y rentrer… Tout cela me fait suer d’appréhension… Mon esprit moral ne se reconnait plus dans ma fatale faiblesse, et se replie en représailles !

Monsieur Jean me quitte quelques minutes, en prenant soin de refermer la lumière et la porte et me laisse face à mes paradoxes, que mon esprit en grève refuse d’analyser. Je me sens animal isolé. Quand il revient enfin, il a ramène une bonbonne de capotes et une corbeille d’osier qu’il met entre mes cuisses écartées. Il m’écrit alors sur le crane ce qu’il me dit être :

Hétéro dépucelé

Pipeuse (KPOT !)

ou pissotoire

Monsieur Jean est le premier à tester à la fois la pipeuse et la pissotière. Sa prise, cette fois, unilatérale de jouissance avec le goût infâme de la capote suivie de mon usage en urinoir une fois la capote nouée et jetée dans la corbeille, m’est très difficile à assumer. Je ne peux m’empêcher de penser que les Autres oseront faire de même sans même me connaître. Je vis donc son « usage »  de ma personne, pour la première fois, comme totalement dominant, et je m’étonne de ne pas avoir vu sa domination venir. Maîtresse Emilie l’a choisi avec soin, c’est évident maintenant !

- Je te laisse prendre ton plaisir à être rabaissé en bâtard ! Des « amis » vont venir te voir un à un et abuser de ta bouche. T’inquiètes pas : ne pourront venir de voir que ceux qui ont ma bénédiction. Et en plus il y a une caméra qui filme et montre tout en live dans la salle du haut ! Tu sais que les gays adorent mater…

Et il me laisse, en refermant la porte à clé. Mon premier « client » arrive une minute plus tard, un gars musclé comme un bucheron et torse nu, dans la cinquantaine. Il ne dit pas un mot pendant qu’il me détaille… J’ai un peu peur quand même ! Il baisse son froc sur une belle queue, enfile tranquillement sa capote, avant de me tenir la tête pour me baiser la bouche en puissance…

C’est le premier des 7 étrangers qui me baisent la gueule à la file ce soir. 4 m’ont aussi utilisé en urinoir. 8 capotes sont dans la corbeille. Aucun n’a été particulièrement violent, même si jouir de la bouche d’un autre sans demander son avis est une violence masquée. J’ai les muscles de la bouche distendus, le ventre lourd de leur urine, les yeux défaits. Mais Monsieur Jean m’a emmené tellement loin dans ma noirceur que je ne peux que lui être reconnaissant ! Un ressenti dans mon âme de fou… quasiment un drogue.

Au vu de mon état physique et émotionnel, Monsieur Jean décide qu’il est temps de me rentrer. Il est 2h du mat, et il nous fait traverser la foule à le suivre en laisse sous les applaudissements de la foule ! Je vois encore, sur grand écran, indécent, la vue panoramique de la pièce où ma bouche a été abusée.

L’air frais du dehors me fait grand bien. Monsieur Jean se penche pour me parler :

- Tu as fais l’attraction ce soir. Ils voulaient tous venir se faire sucer ! J’ai du calmer pas mal d’ardeur avec le patron. Cela va toi ?

- Oui, merci. Mais j’ai besoin de vider ma vessie…

Vous seriez passés par là que vous auriez vu un chien humain nu uriner en laisse dans le caniveau entre 2 voitures, sous le regard patient de son Maître de la soirée…

Quelque journée ! Et qui n’est pas finie… Quand Monsieur Jean nous ramène chez lui, je le supplie presque de me défoncer à nouveau « ma rondelle de bâtard » au cœur de la nuit ! Ce qu’il fait, jusqu’à faire ressaigner les blessures de la canne…

dyonisos


-> Les autres petits contes D/S

Par dyonisos - Publié dans : Petits contes D/S
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 7 juin 2016 2 07 /06 /Juin /2016 22:10

7 avril

Ce matin, quand elle est venue me réveiller, Maîtresse a commencé par monter son taurillon reproducteur pour la « dernière fois ».

- J’ai fait un test d’ovulation lundi en début d’après-midi. Il était positif. Compte-tenu des incertitudes, j’estime que c’est la dernière giclée de paillettes à bébé utile. Merci donc à mon petit taureau dont l’attribut a été très agréable à se prendre…

Et elle a ajouté un chaste baiser de remerciement sur ma joue, un peu cruel car il signifie qu’elle va maintenant m’interdire l’accès à sa chatte. 

- Mais ne soit pas trop triste… cette baise extra-maritale devait bien finir un jour… tu t’es bien donné et c’est ça le principal… et puis cela signifie que j’ai plus besoin d’épargner ton sexe… que ton masochisme se réjouisse : nous allons maintenant nous en occuper activement… et j’ai plein d’idées toutes plus délicieuses que les autres !

Et pour me faire bien comprendre, Emilie a commencé par me broyer les couilles intensément jusqu’à ce que je demande pitié et encore après.

Une fois les activités traditionnelles du matin effectuées, et sans être allé aujourd’hui déterrer un œuf vu que nous avons un « d’avance », je suis donc à attendre Maîtresse dehors, attaché à des montants de la terrasse. Elle ne s’est pas trompée : il fait un beau temps magnifique et déjà chaud en ce milieu de matinée.

Ce qu’elle a prévu pour aujourd’hui est donc possible. Et pour l’instant, cela se caractérise par le fait qu’elle m’ait transformé en cheval. Elle vient de m’équiper de la selle de poney livrée hier par Monsieur Jean et son ami, posée au dessus du couverture sur mon dos et sanglée étroitement sur ma taille au point qu’elle restreint quelque peu ma respiration. Pour compléter ma transformation, mon harnais de tête a été modifié avec l’enlèvement  des crochets nasaux et le rajout de petites oreilles ridicules équines. Le mors est bien en place à me faire baver en bouche en liaison avec des rênes de dressage, nonchalamment posés sur mes épaules en attente de la cavalière. Et mon cul a été orné d’une magnifique queue de vrai crin de cheval gris,  qui rejoint presque le sol. Je vois pour la première fois comment marche le système d’accrochage : un plug de métal qui se déploie une fois à l’intérieur et dont le port aujourd’hui est plus délicat après les ravages de la queue monstrueuse de Monsieur Jean. Les couilles douloureuses de ce matin pendent relâchées en dessous de mon sexe libre délicieusement balloté dans les courants d’air du matin.

J’ai un indice fort que la journée va être éprouvante. Maîtresse m’a fait mettre une paire de gants de cuir blanc et des genouillères de carreleurs en plus des chaussons de piscine aux pieds.

Quand la cavalière finit par me rejoindre, je suis à 2  doigts d’éclater de rire. Emilie s’est déguisée en indienne avec nattes et plumes dans les cheveux et une robe de cuir à franges, « sans culotte » tient-elle à me préciser pour l’imagination de mon petit zizi qui réagit immédiatement !

- Tu devais bien jouer aux cowboys et aux indiens quand tu étais petit. Moi j’y jouais avec mes frères et mes cousins, et j’étais systématiquement le souffre douleur des garçons à être capturée et attachée au totem. C’est fou que rejouer à ce type de jeux une fois grands, entre adultes pas sages, m’a excité la foufounette de pleins d’idées perverses… Sauf que là, bien sûr, je ne serais plus la victime… Tu vas voir ! Ce matin, pendant que je t’ai laissé dormir, j’ai fait un aller-retour pour tout amener… Donc il ne reste plus que mon souffre douleur favori qui manque là-bas !

Maîtresse monte en selle. Je manque d’abord de m’effondrer sous son poids, qui me demande toute la force de mes faibles muscles pour résister. Putain, cela va être dur ! Et encore plus quand elle enlève ses pieds du sol et les coince dans les étriers qui ont été raccourcis au plus court. Je serre le mors sous l’effort violent demandé, alors que Maîtresse prend les rênes en main et me fait sentir précisément qui détient le pouvoir !

Un coup de cravache sec sur mes fesses salue le domptage finalisé.

- Allez hue mon bourricot ! N’attends aujourd’hui de moi, aucune pitié, aucune préservation : tu voulais en baver grave, et je t’en faire baver grave ! Et la première chose est que cela prendra le nombre de coups de cravache que cela prendra, mais mon cheval va m’amener sur son dos jusqu’à destination. Je m’interdis de poser un seul pied à terre !

Je suis à bout de souffle quand nous atteignons finalement notre destination, les muscles au bord de la crampe, la commissure des lèvres endolorie de ce mors méchant sur lequel Maîtresse a tant tiré. Mais elle a tenu parole pour sa sévérité annoncée. J’ai été contraint, forcé, par la cravache à avancer, toujours avancer, une main, un genoux après l’autre à une allure de tortue sur les 500m environ qu’il nous faut pour rejoindre les affaires déjà amenées ce matin.

Maîtresse me déharnache intégralement pendant que je redescends un peu en rythme cardiaque et reprends une respiration plus calme. Mais elle m’a quand même déjà tué pour la journée.

- Tu auras bientôt l’occasion de te reposer, mais pour l’instant tu as encore des travaux de force à effectuer et mets s’y une ardeur convaincante, car j’ai apporté mon fouet à motiver les petits esclaves paresseux !

Elle me sort la totale aujourd’hui en faisant claquer en avertissement à plusieurs reprises son fouet dans l’air. C’est terriblement efficace pour mon petit esprit soumis : j’en tremble ce matin !

- Bon je t’explique. Tu vois les 4 pierres en carré posée au sol ? Là, là, là et là ! Tu prends la masse et tu enfonces les 4 piquets de bois que j’ai achetés hier à la jardinerie en revenant. Il faut qu’ils tiennent fortement sans possibilité de pouvoir les bouger ou les enlever. Je contrôlerai avec soin ton travail…

Je m’attaque au premier pendant qu’elle se boit un mug de thé, amené dans un thermos. Je soulève la lourde masse et enfonce centimètre par centimètre, les poteaux dans la terre. Cela n’en finit pas et je m’exténue vite. Je m’arrête souvent pour reprendre mon souffle, trop au goût de Maîtresse qui fait siffler son fouet au-dessus de ma peau exposée. Je me dépêche de reprendre. Il se passe quelque chose d’inédit : le fouet brise là mes dernières velléités de contrôle. Je ne suis plus un homme qui accepte quelque part volontairement de subir des choses de plus en plus osées, de plus en plus extrêmes. Je les subis maintenant au sens premier, au-delà de tout besoin d’acceptation. Je voudrais tant m’arrêter pour souffler, mais le fouet me contraint à continuer et continuer encore, en m’infligeant sa sèche douleur. Je suis devenu un soumis contraint et craintif !

J’arrive enfin au bout de ma tâche, le corps meurtri et fatigué. Je tombe naturellement à genoux sur le sol, n’ayant plus d’autre pensée cohérente que d’obéir à Maîtresse. Elle a gagné ma totale attention!

Peut être pas encore à son goût car elle s’approche pour me décrocher une gifle. C’est cinglant. Je ne peux m’empêcher d’y porter ma main pendant que les larmes me mouillent les yeux. Je suis hébété et ne comprends pas : qu’est-ce que j’ai fait mal ?

- Oh ne me regarde pas en chien battu comme cela ! Je suis bien ta Maîtresse ici ?

- Oui, vous êtes ma Maîtresse, pardonnez-moi…

- Te pardonner ? Pourquoi devrais-je le faire : tu n’as rien fait de mal…

Je la regarde sans rien comprendre…

- Si je suis ta Maîtresse et que toi tu es mon petit esclave, j’ai donc le droit de faire ce qu’il me plait sans demander ton avis ?

- Oui, vous avez tous les droits, Maîtresse…

- Donc j’ai aussi celui de voir mon petit esclave quémander avec insistance que je lui rougisse aussi l’autre joue ?

Je suis coincé ! La logique est imparable : je lui reconnais tous les droits sur moi, donc aussi celui d’exiger tout de moi, donc en particulier de lui demander de me donner une autre gifle. La logique D/S poussée à son extrême, où la partie soumise est 100% perdante quoi qu’il arrive. C’est pervers de me demander d’être le complice volontaire du fait qu’elle va m’infliger une autre gifle cinglante… J’appréhende à mort alors que je m’exécute…

- S’il vous plait Maîtresse, pouvez-vous me donner une autre gifle… votre esclave en a… euh besoin…

- Comme tu voudras…

Je me crispe, prêt à encaisser autant on peut être prêt. Mais la gifle ne vient pas encore… L’attente m’est intolérable. C’est encore pire de savoir ce qui va arriver, que de ne pas savoir. Maîtresse me laisse amplifier en esprit, les mauvais effets de la gifle que je n’ai pas encore reçue. Je me retrouve même pressé d’être après la gifle… C’est très pervers et très dominant…

Finalement au bout d’une minute d’attente intolérable, la gifle part et me délivre, dans un cri que je ne cherche pas à retenir. Maîtresse en profite pour me bâillonner d’un foulard blanc. Me prendre par surprise n’était pas nécessaire : j’ai été un soumis bien élevé avec Maîtresse Emilie. Mais la surprise de la contrainte, donne un frisson bien plus fort qui m’hypnotise, même si sur le moment c’est les questions qui tournent encore sans fin dans ma tête… Pourquoi ? Dans quel but ?

Maîtresse semble très satisfaite de son petit stratagème. J’attends avec inquiétude la suite.

- J’ai toujours aimé les vieux westerns. Quand j’ai imaginé cette journée, 2 images me sont revenues. Il y a en particulier ce souvenir de cowboy capturé par les peaux rouges et attaché entre 4 poteaux au sommet d’une falaise de roche rouge, à demi-nu, alors que les vautours tournent déjà autour de lui...  Couche-toi sur le sol entre les 4 piquets ! Sur les fesses…

La position n’est pas agréable avec les cailloux et les branches qui me rentrent dans la peau. Mais je n’ai pas le choix. Fidèle à son idée, Emilie est revenue avec des cordes et s’attèle à m’immobiliser sur le sol, les 4 membres étirés et attachés aux piquets. La position écartelée n’est pas naturelle et me dérange. Je me sens humilié à devoir tout indécemment exposer ! C’est cela la soumission, il y a des nuances et toujours pire que la position dans laquelle on est mis.

Bien évidemment il n’y a pas de vautour ici… Heureusement ! Mais je crois que Maîtresse n’est pas à court d’idée quand il s’agit de terroriser un petit cowboy craintif, tombé entre ses mains.

Je la regarde avec inquiétude tourner autour de moi et jauger je ne sais quoi… Maîtresse a un petit sourire qui m’effarouche. Je n’aime pas ce sourire là qui, quand il arrive, me promet des moments difficiles.

- Tu as vraiment une peau trop pâle pour un peau rouge ! 

Cette remarque me désarçonne.

- Mais heureusement j’ai pris ce qu’il faut pour y remédier et te montrer qu’il a des choses banales de la vie quotidienne des Maîtresses, qui peuvent être terriblement craintes comme moyen de torture d’un petit esclave ! 

Je comprends vite que Maîtresse me parle de d’épilation « à vif ». Je n’ai jamais fait, mais je ne vois pas comment cela pourrait ne pas faire mal. Elle s’agenouille au-dessus de moi armée d’un tas de bande de cire froide… Elle passe son doigt nonchalamment sur mon téton droit qui se rétracte de peur.

- Tu vois bien que ce n’est pas joli, cette forêt de poils qui masque tes seins ! Dis leur adieu maintenant…

Maîtresse retire en force la première bande et arrache sa première garnison de poils perdus. Je hurle combien cela fait mal !

- Tu es un petit homme bien douillet finalement… alors que toutes les femmes le font, sans faire leur chochotte comme toi ! On recommence donc…

Je fais un non désespéré de la tête, mais ne peut empêcher de me voir dépoilé d’une nouvelle bande. Ce n’est pas du jeu. C’est de la torture tout cela ! Maîtresse est d’autant plus enthousiaste à m’arracher les poils, que j’essaye de l’éviter. Elle en rajoute des tonnes humiliantes sur ma belle peau de bébé, toute lisse, tout en progressant à dépoiler son « homme pâle », partout où elle débusque des poils accessibles à « éradiquer », le torse, les bras, les jambes. Je n’en peux plus à hurler dans mon bâillon à chaque bande, me sentant honteux de ne pas avoir plus de courage que cela ! 

Finalement il ne reste que mon sexe que j’ai heureusement rasé avant de venir ici…

- Mais c’est un tout petit zizi rikiki de peau pâle ! Qu’est-ce qu’il se passe, trop impressionné, le petit chou ? Alors plus rien à faire là ? … oh si… il y a des poils oubliés là en bas des petites coucougnettes… humm la peau est si fragile là… je ne sais pas si je ne vais pas faire plus de dégâts que de bien…

Elle me regarde de son œil menaçant, alors que ses doigts me soulèvent les couilles et indiquent la zone ciblée… Non s’il vous plaît, pas là ! En vain, je suis affolé quand je la vois prendre une nouvelle bande, la positionner sous mon paquet et tirer d’un coup sec, le sourire aux lèvres, à m’arracher les couilles pendant que je hurle !

Heureusement, Maîtresse arrête là de me torturer et se ressert un thé. Je ressors exténué de l’éradication de mes poils en vrac pendant plus d’une heure.

- Bon ce n’est pas une épilation parfaite. Il reste des bandes de poils de ci et de là, ridicules. Peut-être devrais-je t’emmener te montrer à la piscine demain… Non, tu ne veux pas ? Mais si, les humiliations ne valent que quand on les déguste à petit feu ! En tout cas, j’ai réussi la transformation : tu as une vraie couleur de peau rouge maintenant ! Un peu trop même… Il faudrait peut-être que je te refroidisse un peu la couenne à la naturelle…

Maîtresse s’installe au-dessus de mon buste rouge, remonte lentement sa robe d’indienne. Elle n’a pas mentie : elle est totalement nue dessous. Elle s’accroupit légèrement et m’urine dessus ! Il n’y a pas plus dominant comme acte. Réduire l’autre à un réceptacle de ses besoins intimes, l’humilier profondément, le marquer primitivement de son odeur et lui signifier ainsi qu’il n’est pas plus considéré qu’une cuvette de WC…

Elle me laisse alors un temps sécher avant de revenir s’occuper de son prisonnier ou plutôt de son entrejambe. J’appréhende tout maintenant. Je lève la tête pour suivre. Maîtresse reste silencieuse mais lève les yeux de temps en temps pour s’assurer qu’elle a toute mon attention.

Je n’ai aucune idée où elle veut en venir. Cela commence par une espèce de toile trouée qu’elle m’enfile à la base de mon sexe. Une cordelette vient se resserrer sous mes couilles et détacher outrageusement testicules et pénis. Je suis glacé dans mon sang de la voir déplier un long couteau qu’elle pose sur la toile. J’ai les pires idées qui me passent dans la tête. Je cherche  à me débattre et je geins véhément mon appréhension totale dans le bâillon.

- Tais-toi ! De toute manière, tu n’y peux plus rien, quoi que je décide de te faire !

Cela commence étrangement par une branlette de sa main. J’ai beau me dire que c’est une très mauvaise idée, mon zizi lui s’en fout et s’érige sans réfléchir en petit garçon stupide. Il se fait avoir : son érection est immédiatement bloquée d’une cordelette qui serre sa base. Je frémis quand le couteau coupe l’excédent au ras de mes couilles. Tout cela ne me dit rien de bon et je continue à m’agiter. Maîtresse doit bloquer mes jambes de ses genoux pour pouvoir continuer à travailler…

Je la regarde de plus en plus inquiet fixer à la base de mon zizi, deux petits morceaux de bois à encoche, qui une fois assemblés, m’enserre la colonne. 4 longues vis attendent la partie supérieure. Maîtresse me fait passer le gland dans le trou central et sans précaution fait glisser la plaquette jusqu’à être au-dessus des orphelines dont je commence à craindre pour leur intégrité future, quand je comprends qu’il s’agit d’un étau à couilles artisanal. J’ai des souvenirs, adolescent, de brisures de couilles douloureuses, surtout de la part de ma grande sœur qui avait trouvé là un moyen radical de me calmer immédiatement… C’est pour cela que j’avais soigneusement éviter de le mettre sur la liste de mes envies. Et là, devenu adulte, c’est une autre femme qui va recommencer sans mon accord !

Je frémis d’abord quand Maîtresse mets en place les écrous papillons. Puis serre immédiatement les dents quand elle commence à visser, un tour après l’autre, sur les 4 vis. Je n’ose plus alors regarder. Je sens mes délicates orphelines se déformer, s’aplatir sans que je puisse rien n’y opposer. C’est douloureux par à-coups avant que je m’habitue à la pression. Cela me donne une impression de chaleur intense qui ne cesse d’augmenter.

- Ouvre les yeux et regarde : c’est un ordre !

Je suis incrédule à contempler mes chers testicules réduits à une galette de 2 cm et cela en est même affolant !

- Et dire que vous, les hommes, vous prétendez être fragile de cet endroit là… Et je suis sûre qu’il y a encore de la marge.

Elle rigole alors que je fais désespérément non de la tête.

- un tour de plus pour Maîtresse Claire…

Je suis sûr qu’elle me trompe et qu’elle en fait plus d’un tellement, j’ai l’impression d’être broyé au cœur. La pression est intense.

- Il y a encore de la place, je t’assure… respire ! Un tour pour mon plaisir ?

Je me débats alors que Maîtresse sers encore les vis tellement cela fait mal ! Emilie vient me calmer de douces caresses dans les cheveux, jusqu’à ce que la pression finisse par se diffuser et que j’accepte mieux la douleur… N’empêche cela reste quand même une impression redoutable que de se sentir écrasé de cette manière…

- Heureusement que je t’ai garroté avant ou je crois que tu aurais débandé depuis longtemps… On continue ?

Je fais non, non, non de la tête.

- Mais non, tu es idiot : je ne vais pas rendre définitivement impuissant, le possible père de mon futur enfant. Qu’est ce que je ferai, si je veux dans le futur en faire un 3ème ?

Folle perspective qui me transperce de part en part. A la place, Maîtresse s’intéresse à mon gland turgescent qu’elle finit de décalotter avec précaution, pour mieux le ficeler en-dessous de la couronne d’une fine cordelette qui me rentre durement dans la peau. Le reste de la bobine est lancée au-dessus d’une branche qui me domine à la verticale. La cordelette est coupée à la bonne longueur et attachée à l’anse d’un seau de plastique. Déjà mon sexe est étiré vers le haut, et encore plus quand Maîtresse charge le seau de quelques cailloux soigneusement choisis aux alentours que je vois avec inquiétude être rajoutés au seau. Je ne sais plus maintenant entre mes couilles écrabouillées ou mon zizi étiré à l’extrême, ce qui me fait le plus mal, mais en tout cas je douille et je pense que rien de pire ne peut m’arriver maintenant…

Sauf que Maîtresse revient étrangement avec un pot de miel liquide. J’en suis recouvert au pinceau des couilles jusqu’au gland. Si cela ne fait pas mal, cela fait terriblement peur à l’esprit craintif d’un petit soumis. Où veut-elle en venir ?

J’ai un début de réponse quand la toile du début est refermée autour de mon sexe en souffrance, laissant une ouverture  en haut de ce baluchon inquiétant, autour de la cordelette…

- Cela va ?

Je fais un petit oui de la tête… Et me détend un peu trop vite…

- Ok alors regarde ce que j’ai acheté spécialement pour toi, hier… j’ai demandé au vendeur s’ils mordent mais il a été incapable de me répondre…

C’est une vision d’horreur : Maîtresse tient entre ses doigts un gros vers de pêche grouillant et dégueulasse ! Et elle le glisse par l’ouverture du baluchon autour de mon sexe ! Je hurle de détresse, alors qu’elle en saisit déjà un second.

- Un… deux… trois…quatre et cinq… Cela devrait suffire… voilà il n’y a plus qu’à finir de fermer le tout et je peux te laisser « apprécier » le moment…

Je sens déjà que cela « grouille » autour de mon sexe. C’est la panique finale : je me débats, je hurle, je pleure alors que Maîtresse me laisse à mon sort pour reboire du thé…

Plus tard, dans l’après-midi et sans avoir eu le droit de manger, seulement celui de contempler Maîtresse le faire, je suis de nouveau mis à l’épreuve, attaché à un arbre en guise de totem de torture…

- De toute manière, il n’y avait aucun risque. Les vers ne mordent pas. Mais tu aurais vu ta tête quand je te les ai sortis ! C’était à mourir de rire … Finalement ton pire ennemi est ton imagination trop fertile… Il suffit juste de te pousser un peu dans ta crainte…

Maîtresse ne m’a pas bâillonné mais je préfère ne rien dire, d’autant qu’à son retour effectif au bout de 5 « petites » minutes, elle a découvert avec jubilation que je m’étais pissé dessus de peur ! Rajoutant encore de l’humiliation à de l’humiliation…

Là pour l’instant, étroitement immobilisé à mon totem, je n’ai d’autre choix que de la laisser « exposer » mon sexe déjà bien meurtri sur une planche de bois trouée. La planche est tenue est place par une ceinture serrée autour de ma taille et Maîtresse est en train de me lacer le sexe contre elle, en position verticale, pointant vers le haut. Bien sûr, ce stupide zizi, qui vit sa vie égoïste, bande encore indécemment même après tout ce qu’il a enduré le matin, ce qui réjouit Maîtresse Emilie, 

- Tu es donc mon prisonnier à la peau pâle attaché au totem du village, c’est cela ?

J’opte pour un prudent « oui, Maîtresse ».

- Tu te souviens des westerns de ton enfance ? Qu’est-ce qu’il arrivait au malheureux cowboy tombé aux mains des indiens ?

Je sais qu’Emilie a préparé avec soin cette journée en recourant à toute l’imagerie des westerns américains. Il me revient bien des images de films très sombres où la victime était écorchée vivante, mais je ne crois pas une seconde qu’elle puisse en arriver à ces extrémités, même simulées. Non cela doit être autre chose… je comprends et je pâlis en même temps : elle veut mon scalp ! Je lève les yeux de surprise…

- Oh, ne me regarde pas comme cela. Cela fait partie des possibles d’humiliation BDSM et l’idée m’excitait. J’ai cependant la conscience que cela déborde là de l’intimité et que l’on touche à la représentation sociale de la personne, surtout quand on a une belle chevelure comme toi. Donc entre l’excitation et la raison, j’ai choisi, comme tu fais souvent, de ne pas choisir et de le laisser le hasard faire. Tu n’as pas eu de chance, c’est tombé parfaitement pile poil pour cette journée…

C’est la pire humiliation que l’on m’ait jamais promise et elle dépasse de loin ce que je suis prêt à accepter.

- Non, s’il te plait, Emilie, ne fait pas cela…

- Oui, je sais c’est particulièrement vache de te l’imposer. Cela touche tant à ton image publique. Malheureusement cela ne rentre pas dans l’éthique que je me suis promis de suivre : faire tout ce que les œufs demanderaient, même le plus dégueulasse pour toi. C’est la règle. Et dans ton besoin de soumission, cela fera au moins une chose à laquelle tu n’auras pas inconsciemment acquiescé.  Et en plus cela m’excite follement. Donc on fait ! Immédiatement !

Définitivement eu et humilié, je n’arrive pas à retenir mes grosses larmes, quand Maîtresse Emilie rayonnante fait tomber pan par pan, à la tondeuse à barbe sur batterie, mes beaux cheveux. Je me sens déjà si nu sans eux…

Mais je n’ai pas le temps d’y penser beaucoup, car Maîtresse me « distrait » immédiatement d’un long travail de torture du sexe collé à sa planche, à coup de roulette à pique et de petit paddle à couilles. Je crie, je bouge sans cesse, passant de mauvaises surprises en désagréments en patin désarticulé. Maîtresse joue en majesté de mes demandes de pitié, pour mieux m’accabler encore et encore, me pinçant, m’écrabouillant, pour finir dans un summum de perversité sadique en me cinglant l’ensemble du sexe exposé à l’aide d’un terrible mini fouet qui laisse ses marques sur la fragile peau tout en m’excitant les sens d’un vibro terrible, une fois sur mes couilles, une fois sur mon gland…

Elle joue de ma montée de plaisir, la ralentie, la supprime d’une cinglée vicieuse, la fait rejaillir sans cesse, dans un intense teasing qui n’en finit plus et m’épuise. Je veux jouir, enfin jouir ! La montée de sperme est au ralenti, douloureuse. Je ne désire plus rien d’autre qu’éjaculer et quand j’y arrive enfin, Maîtresse lâche tout, pour un vain orgasme ruiné qui part dans le vide et me laisse si frustré!

Après Maîtresse me ramène, zizi de nouveau sécurisé dans sa cage, et m’enferme au chenil pour me laisser reprendre mes esprits et mes sens, des émotions de la journée. Elle m’apporte enfin ma gamelle pour que je puisse me rassasier. Je me jette dessus !

Maîtresse Emilie revient me chercher quelques heures plus tard, accompagnée Monsieur Jean de retour. Ils discutent devant la grille de l’enclos.

- Mis au chenil comme un chien ! Vous êtes quand même un peu fol dingue, vous 2… En tout cas je suis heureux de revoir le chenil dégagé. C’est moi qui l’ais construit, il y a 40 ans. J’y mettais mes 3 chiens de chasse, du temps où ma femme était encore vivante, paix à son âme. C’est une époque où je croyais encore que pour être un vrai Mâle, il fallait faire des activités d’hommes entre hommes. Maintenant je sais que ceux sont des conneries tout cela ! Etre un vrai Mâle c’est savoir se servir de sa bite ! Et je ne pense pas que la dizaine de mecs, qui se la sont prise, penseraient une seule seconde que je ne suis pas un vrai Mâle… Non, aucune chance. Tu en penses quoi, toi ?

Il me pose cette question... Je relève les yeux surpris pour constater que son regard me mate sans gêne comme de la chair fraiche à baiser. Il m’impressionne. J’en suis tout timide !

- Oui, tu en penses quoi ?

Ses yeux me transpercent et m’intimident. Je voudrais tant me cacher. J’essaye de marmonner une réponse…

- Non, vous…

Je le vois ouvrir sa braguette et commencer à en sortir le braquemart déjà à demi bandé qui m’a pris mon reste de dignité d’homme hier. Des flashs me reviennent… l’impression d’écartèlement… mes couinements si forts que l’on les entendait à l’extérieur... l’humiliation ultime finalement, alors que je n’ai rien fait pour éviter quoi que ce soit.  C’en est trop pour moi. Le rouge me monte aux joues et je détourne en urgence mon regard, pour me perdre dans le sol.

Emilie éclate d’un rire nerveux et sonore.

- N’est-il pas définitivement mignon, notre Pierrot ?

La réponse fuse du tac au tac.

- Un mignon ? Sans conteste ! Et il est de quelle race ?

- Oh, de la race que vous appelez habituellement bâtarde !

Là c’est les 2 qui s’éclatent à mon détriment, rajoutant une couche d’humiliation à la honte. Ils finissent par reprendre difficilement leur calme… 

- Il lui est arrivé quoi pour avoir perdu tout ces poils depuis hier ?

- Nous avons joué aux cowboys et indiens. J’étais l’indienne et j’ai eu son scalp !

- Tu me fais marcher là ?

- Est-ce que j’ai en  l’air ? Il adore se prêter à ces petits jeux apriori innocents mais qui finissent toujours un peu cruellement pour lui… Maintenant j’avoue que trouver des idées pour toute une semaine a été épuisant. C’est plus simple finalement de baiser à l’ancienne, à la papa-maman : pas besoin de toutes ces préparations… Bon ce soir, c’est moi qui cuisine et il faut que j’y aille. Cela ne te dérange pas Jean de baigner le chien, qui a grand besoin tellement il a sué pour sa Maîtresse aujourd’hui ? Cela te laissera tout le temps de mater son petit cul mignon… Et toi, tu n’oublies pas que les chiens cela marche à 4 pattes !

Maîtresse m’enlève la cage à zizi et m’humilie à me branler – « c’est qui va se faire sauter ce soir ? » pour ne me laisser qu’une fois la queue du toutou bien sortie. Elle confie la laisse à Monsieur Jean et s’en va…

Pendant qu’il me fait nager dans l’eau fraîche de l’étang, je ne peux m’empêcher de jeter des coups d’œil à la bosse de la braguette de Monsieur Jean Je dois être fou à être ainsi fasciné parce qu’elle dissimule !

Il me fait inhabituellement sortir en montant à l’échelle au bout du ponton et j’arrive devant lui. Il me surprend à m’embrasser à pleine bouche en faisant tourner sa langue. Avant de me pousser sur les épaules pour me mettre à genoux.

- Regarde le beau nonos que j’ai pour toi !

Pantalon et caleçon à terre, il exhibe sa superbe bite en érection. Et instinctivement, je me mets à lécher et  sucer avec avidité, me détestant d’être aussi facile. Monsieur Jean n’a pas besoin de me guider. Je suis à fond dans un état second que je reconnais bien maintenant, à sucer avec dévotion mon « nonos », jusqu’au bout !

Quand nous revenons, Emilie ne me rate pas à m’humilier un coup de plus.

- Tu deviens trop gourmant comme chien lubrique : tu as encore du sperme sur les babines… Allez à table !

Dans l’ordre de préséance : les Maîtres, assis à la table  à déguster un plat de saucisses, tomates et lentilles fraiches et le toutou à manger son éternelle gamelle de pâtes froides, que je commence à détester. Surtout que les odeurs divines qui m’arrivent m’indiquent que je perds nettement au change. Et cela me fait envie. J’essaye de faire le beau pour en récupérer un peu : en vain…

- La seule saucisse à laquelle tu as droit en tant que chien, c’est celle de ton Monsieur Jean ! 

Je me renfrogne à devoir avaler ma pâtée froide en tendant l’oreille pour suivre la conversation des Maîtres, en vrai chien de salon. Leur dialogue est très détendu, sans doute aidé par les 2 bouteilles de vin qu’ils descendent sans y faire attention. Et cela finit évidemment à tourner autour des différences sexuelles de chacun. Moi je garde le regard fixée sur la bosse de Monsieur Jean, ayant presque hâte de retrouver, dès que nous serons seuls, l’humiliation spéciale de sa bite en moi.  Je vois donc d’un œil noir quand Emilie lui ouvre la braguette...

- Mais qu’est-ce que tu fais ?

- Je veux voir de près ton « baobab » ! Ouah, cela fait envie ! Tu ne baises plus qu’avec des hommes ?

- Depuis la mort de ma femme, oui. Il n’y a eu qu’elle ! Je n’arriverais pas à faire avec une autre…

- En es-tu si sûr ?

- Presque, il n’y a plus que les hommes qui me font bander maintenant…

- Humm, si c’est le cas, tu ne vois donc aucun problème que j’essaye. Faisons donc un petit pari. Si j’arrive à te faire bander à fond, tu perds !

- Ne crois pas que tu arriv……

Mais il n’a pas le temps de finir sa phrase car il est surpris par la bouche d’Emilie qui s’est penchée pour le sucer. Son premier réflexe est d’essayer de la repousser, mais elle s’accroche et insiste si bien que bientôt Monsieur Jean est obligé de fermes les yeux et de laisser passer un gémissement. Emilie s’enlève finalement.

- Tu vois que tu n’es pas devenu totalement insensible aux charmes féminins. Tu as perdu et donc ton gage sera de me suivre en chambre pour voir jusqu’à qu’elle point tu y es encore sensible…

Monsieur Jean en reste bouche bée et semble incrédule de bander pour une femme. Emilie se dépêche de m’attacher à mon poteau avant de le conduire la main sur sa belle queue à l’étage… J’en suis doublement jaloux.

Il y a d’abord les pas précipités sur le plancher, le bruit des vêtements jetés, les murmures déformés de leur voix qui négocient, avant que cela se décide. C’est moi qui entends ce soir, Emilie gémir et le lit craquer,  sous les vifs assauts du Saint phallus. Je me sens exclu de la fête et terriblement frustré d’avoir été remisé à mon poteau.  Mon sexe butte en vain contre les parois de la cage et n’arrive pas à plus grossir, alors que cela jouit là haut. Moi aussi je veux jouir ! 

Emilie crie maintenant pour l’encourager son amant d’un soir à y aller « plus fort, encore plus. Met-moi là à fond ! ». Le lit branle de tout part et fait un boucan d’enfer. Je n’en peux plus. Joue sur la tommette, je me branle les couilles et je me pénètre le cul des doigts, aussi loin que je peux aller, si peu.  Je suis si excité. J’implore l’éjaculation en cage comme le Saint Graal qui me délivrera, mais cela n’arrive pas à accrocher, malgré l’ardeur de ma main, de mes doigts. 

Là haut c’est le final. Emilie hurle maintenant. Je m’échine à rattraper mon retard… En vain, jusqu’à cela se taise après un dernier hurlement commun de jouissance, me laissant seul, ridicule, à essayer encore et encore à obtenir un mince plaisir de petit encagé frustré qui m’échappe ce soir...

Monsieur Jean redescend  peu après minuit dans le silence de la maison. Je le regarde plein d’espoir…

- Emilie dort. Je crois que je l’ai mise KO. Mon premier cul de fille depuis la mort de ma femme. J’avais oublié que cela pouvait être bon… Mais bon, un cul est finalement un cul. Cela ne change pas trop qu’il soit celui d’une fille ou d’un gars… Et elle a vraiment plus de technique pour sucer que toi, même si je trouve cela beaucoup moins excitant que ta petite bouche encore un peu  vierge de tapette…

Ses mots m’excitent. Sa queue m’excite. Je bande à fond dans ma cage… Je le regarde en demande, sortant explicitement la langue. Si je pouvais remuer ma queue pour lui faire la fête, je le ferais…

- Putain, tu es en train de devenir un vrai bâtard assoiffé, toi ! Mais c’est non. Trop crevé ce soir, et je dois me lever tôt demain. Et en plus je n’aurais plus rien à t’offrir. Ne fais pas cette tête. Je te réserve ma soirée demain pour s’occuper de ton petit trou… promis.

Je crois que je n’ai jamais été aussi frustré sexuellement. La nuit est longue et difficile, surtout avec un sexe qui ne veut pas dégrossir…

dyonisos


-> Les autres petits contes D/S

Par dyonisos - Publié dans : Petits contes D/S
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Lundi 30 mai 2016 1 30 /05 /Mai /2016 12:02

6 avril

Cette nouvelle journée a commencé dès mon réveil sur la nécessité où nous en étions restés hier, celle de l’exploitation de l’ardeur féconde du sexe d’un petit taurillon sur le lit de saillie, jusqu’à qu’il se laisse aller lâchement à donner à Maîtresse Emilie ses « bonnes petites paillettes à bébé ». C’est loin d’être désagréable en bas ce matin mais le haut policé et raisonné frisonne à ne plus finir sur la folle idée taboue d’être utilisé en mâle reproducteur.

Et la nouvelle journée de soumission s’enclenche selon le rituel bien établi du matin qui commence par une emmenée aux « besoins » particulièrement délicate où Maîtresse attend patiemment que « son » chien fasse en chienne, étroitement tenu en laisse. Je ne peux éviter de me sentir profondément humilié en cela et en particulier ce matin. Il m’est toujours aussi difficile de pratiquer sous les yeux d’un autre être humain, fut-il Maîtresse Emilie et son absence de dégout de par sa formation professionnelle médicale. Moi, cela me met dans un terrible état de honte vécue...

Après mon premier repas de gamelle de croquettes au jus et l’attente à mon poteau, de la disponibilité de Maîtresse, nous voilà partis à la chasse matinale aux « œufs ». Je remarque pour la première fois que le ciel est couvert aujourd’hui : plus de soleil réparateur des maux de l’âme et je grimace.

Je n’ai pas de chance. Le farfouillage du chien aveuglé dans le sol est peu chanceux aujourd’hui ; donc douloureux dans les couilles étirées trop longtemps par l’élastique. Je finis cependant après de longues minutes à sentir dans le noir la forme d’un œuf que je rapporte fièrement, et surtout soulagé, à Maîtresse.

- Humm très bon choix, petit esclave. Je crois que tu ne vas pas aimer. Mais c’est cela aussi d’être esclave, on ne fait pas toujours des choses que l’on aime… Mais je crois que je vais utiliser mon droit absolu d’en faire qu’à mon envie de Maîtresse. Il risque de pleuvioter aujourd’hui alors que demain la météo annonce grand beau. Et cela couronnera très symboliquement ce que j’ai prévu pour toi demain. Tu ne m’en veux pas ?

Question piège ! Je me dépêche de répondre, me demandant inquiet qu’est-ce- qui peut être prévu demain…

- Non, vous êtes la Maîtresse ici et vous avez le droit de faire comme vous le désirez…

- Et donc…

- Je ne sais pas, Maîtresse.

- Et donc, puisque nous mettons cet œuf en réserve de domination, tu vas m’en retirer un autre pour aujourd’hui…

Je ne peux m’empêcher de grimacer de devoir retourner sous le tiraillement de l’élastique aux couilles. J’imagine aisément sous mon bandeau que Maîtresse a un petit sourire à m’imposer cela. Je dois même être un brin trop hésitant car je suis gratifié d’un coup de botte dans les fesses, qui m’incite à m’exécuter au plus vite.

La recherche d’un second œuf est encore plus longue que pour le premier. Je ne sais pas ce que j’ai aujourd’hui… sans doute pas chance ou pas assez attentif ? J’en reviens les testicules meurtris et donne l’œuf trouvé à Maîtresse.

Cela a l’air de parfaitement convenir à Maîtresse pour cette journée grise. 

- Et d’ailleurs nous allons nous y mettre tout de suite. Comme cela nous en serons dégagés pour la suite de la journée…

J’ai le temps d’appréhender l’inconnu alors que je mâche et avale docilement les deux papiers.

Maîtresse revient avec 2 gourdes métalliques qui sont suspendues par leurs mousquetons à l’anneau de mon collier et elle m’emmène pour notre promenade matinale au cœur de la nature, toujours de la même façon, les mains immobilisées dans le dos et tiré par la laisse sur le collier…

Nous longeons l’étang avant de la quitter à son exutoire pour suivre le ruisseau. Les gourdes tintent en se cognant sans cesse. J’ai froid ce matin avec la chair de poule. Maîtresse dans sa « bonté » le remarque et décide de nous orienter vers les champs d’orties. Elle ne craint rien dans sa tenue de cuir. Mais moi, je suis nu et vulnérable et refuse d’abord véhément d’y entrer ! Maîtresse a beau tirer sur la laisse, je ne bouge pas.

- Avance..

- Non !

Emilie me regarde, étonnée de mon effronterie. C’est un regard mi-amusé, mi-sévère.

- Bon comme tu voudras, esclave.

Elle ressort donc des orties, m’entraine à les longer  à la recherche de quelque chose, sans doute un arbre particulier qu’elle finit par trouver. Maîtresse m’immobilise alors les mains, attachées d’une cordelette à une branche à hauteur d’épaule. Je ne vois pas ce qu’elle fait dans mon dos pendant un moment, mais elle finit par revenir pour me saisir par les couilles sous la cage dans sa main ferme… et aussitôt son autre main se met à me fustiger en cadence rapide le derrière d’une branche brute, très souple, très cinglante. Dans le monde de soumission où je suis maintenant tombé, les rébellions, même petites, se payent cash. Cela fait si mal. Je beugle de souffrance reçue et essaye de me tortiller pour échapper aux cinglés. Ce qui ne me vaut qu’un broyage de couilles en plus. Les mains ne cèdent pas et me maintiennent en punition. J’ai le souffle coupé à ne cesser de crier. J’ai le ressenti d’une lame de fond qui déferle et m’écrase sans cesse. Plus aucune idée cohérente, seuls la honte et le remord d’avoir désobéi… J’arrive à articuler entre 2 cris, que je demande pardon.

- Tu veux quoi esclave ?

- Vous obéir, Maîtresse !

C’est une mitraillette de coups qui me cingle les fesses et réveille maintenant la douleur du fouet de la veille. 

- Tu vas aller dans les orties, en chien soumis !

- Oui, Maîtresse !

Les rafales destructrices se suivent encore et encore…

- Tu suis la laisse de ta Maîtresse, où qu’elle t’emmène sans te poser des questions ! Tu as a compris ?

- Oui, Maîtresse !

- Tu vas le faire ?

- Oui, Maîtresse !

- Alors tais-toi maintenant et jouis de ta punition !

Le rythme de la branche se ralentit mais je n’en suis pas moins quitte… Elle prend de l’ampleur. « un ! » La cinglée s’abat de loin et je hurle de douleur. « deux » Nouveau vol qui éclate en puissance sur la peau d’un soumis fautif… Et cela jusqu’au dixième où je suis en sueur, incapable d’une autre pensée que celle de ne pas contrarier de nouveau Maîtresse Emilie.

La branche tombe mais la main reste en prise sur mes testicules pour les broyer une dernière fois, pendant qu’Emilie me chuchote à l’oreille.

- Je crois Pierre qu’il va falloir que tu revois en urgence ton jugement et ta situation. Je suis peut-être une Maîtresse novice, puisqu’après tout je ne m’y suis mise que depuis quelques semaines… mais je ne suis pas comme ta Claire : j’ai découvert en m’occupant du cas d’Hervé que j’adore dominer finalement, tellement cela m’excite de vous en faire baver… Et aussi que j’étais douée en la matière pour l’action et la réflexion… Hervé sait déjà qu’avec moi, il n’y aucun saint protecteur à se vouer qui pourra le sauver… j’adore voir la crainte dans ses yeux quand je m’agace… mais surtout contrairement à ta Claire, je n’ai aucun tabou, aucune limite… qui pourrait te sauver alors que je suis dans la position miraculeuse de pouvoir te faire payer ton dédain passé pour mes rondeurs qui m’a tellement déçu !

C’est un cassage en règle qui me laisse prudemment coi. Je me laisse détacher et ramener au début au début du champ d’orties, là où je me suis refusé,  sans doute quelques minutes avant, mais une éternité pour moi…

- A 4 pattes, Pierre !

Le regard de Maîtresse est dur, les pupilles dilatées. Je sais instinctivement qu’il n’y aucune marge de manœuvre. La trouille au ventre, j’obéis. Du sol, les orties apparaissent encore plus menaçantes mais je n’ai pas le temps de trop y penser, car déjà la laisse me tire vers leurs piqûres…

Leur traversée est un calvaire de soumis fautif. Je suis mordu par les aiguilles de partout, y compris jusqu’aux joues et aux couilles. Le venin se diffuse dans le corps et cela brûle. J’ai du mal à faire bouger les muscles pour continuer à suivre la laisse qui ne s’arrête pas. Quand je finis par être ressorti du champ, j’ai la peau marquée et encore plus l’esprit, alors que Maîtresse se moque de mes cloques…

- Voilà ce qu’on appelle, esclave, une véritable peau de poule ! Et que je  te reprenne plus à refuser d’obéir !

Je crois que j’ai compris la leçon, tellement je la regarde maintenant avec une crainte instinctive. Nous continuons à avancer dans le sous-bois, une fois que j’ai reçu l’ordre de me relever. Je douille avec le venin des orties mais n’ose pas me plaindre. Je me concentre à bien suivre la laisse là où elle m’emmène.

Nous arrivons finalement à un endroit où le débit du ruisseau s’accélère avec un passage de pente plus prononcée. L’eau y saute de rocher en rocher en de ravissantes cascades minuscules qui finissent dans une vasque plus profonde.

- J’ai découvert ce petit coin de paradis lors de ma reconnaissance des environs… Bon pour commencer : lave toi ! Je ne pense pas que nous en aurons le temps ce soir… Utilise une des gourdes comme récipient.

Maîtresse m’enlève d’abord la cage : je suis rikiki ! Je mets mes pieds dans la vasque. L’eau, qui est aussi froide que dans l’étang, ne m’arrive qu’en haut des chevilles. Je préfère nettement comme cela, que de devoir y plonger le corps entier. La fraicheur de l’eau apaise quelque peu la chaleur du venin et c’est agréable. Je me mouille et frotte…

- Et n’oublie pas de bien laver ton zizi sale de petit garçon ! Que tu ne me ramènes pas une saloperie en chatte…

Maîtresse est en pleine forme ce matin ! J’obéis, frotte et rince, plusieurs fois mon sexe en le décalottant, sous les yeux attentifs de Maîtresse. Finalement elle me demande de remplir les 2 gourdes à une petite cascade et de revenir vers elle.  Je suis remis immédiatement zizi en cage.

- Toute cette eau m’a donné une envie pressante. Heureusement j’ai un petit esclave éduqué,  devenu très serviable !

Je « sers » donc cérémoniellement Maîtresse, comme elle me l’a appris hier, jusqu’à qu’elle en ait terminé et qu’elle soit précautionneusement rhabillée. J’ai en bouche le goût intime de son nectar et personnellement j’aime cette possession !

- Humm. Toujours aussi diaboliquement bon. Tourne toi que je te rattache les mains… voilà… Maintenant il ne reste plus qu’à te transformer en porteur d’eau pour retourner pour la suite à la maison.

Ce qui veut dire en clair que les gourdes pleines sont accrochées aux trous d’aération de la cage. Je serre les dents quand le poids de la première retombe et je crie quand la seconde est ajoutée, tellement cela tire terriblement mon sexe vers le bas.

- Cela fait du bien par où cela passe ? Ne me regarde pas comme cela… Je ne fais qu’après tout combler ta poche à fantasmes masos. Le mythe du pauvre soumis sous le joug de la méchante Maîtresse qui lui en fait voir de toutes les couleurs, sans temps mort. Ta fréquentation internet, que m’a montrée Claire, est de ce point de vue éloquente. Surtout ton enthousiasme à lire ces récits de soumission de petits mâles, la main sur la queue. Je n’ose imaginer tous ces bataillons de vaillants spermatozoïdes, partis pour rien d’autre que ton plaisir instantané ! Alors que moi, j’en avais tellement besoin de tes petits machins à queue… Certaines choses que j’ai vu de tes « passions » m’ont bien fait rigoler, d’autres au contraire, m’ont fait grimacer.  Quand ta Claire m’a confié le soin d’essorer en une fois tous tes fantasmes, j’ai mis comme condition d’avoir les mains totalement libres, y compris sur le plan de ton exploitation sexuelle. Claire ne voulait pas céder mais j’ai gagné cette liberté de haute lutte, y compris pour exploiter ton sperme comme je l’entendais. 

C’est quand même un drôle de situation de se confesser à son esclave après l’avoir mis sous dure contrainte. Un peu cruel sans doute aussi.

- Je n’ai jamais eu froid aux yeux. Je n’ai pas de tabou. Le BDSM n’était pas au départ forcément ma tasse thé mais le défi d’incarner une Maîtresse totale m’a intéressée et bientôt excitée. Je me suis mise à découvrir avec enthousiasme cette terra incognita, comprendre les tenants et les aboutissants de ce type de relation entre êtres humains. Hervé a servi à me caler en tant que Maîtresse, mais il est moins passionné, moins complexe que toi. Quand je l’ai fouetté à la canne pour lui faire accepter par avance d’élever l’enfant conçu par un autre en toute connaissance de cause : il a eu mal ; il a eu peur ; c’était basique et il a immédiatement cédé. Rien d’aussi follement excitant que de travailler avec tes contradictions. Je pourrais finir de le dresser mais je n’obtiendrai rien donc qu’un animal apeuré, obéissant par crainte et non par soumission… 

Le regard d’Emilie prend une tournure un peu triste…

- Une fois que nous en aurons terminé ici, nous retournerons chacun vers nos moitiés. Il ne le sait pas encore, mais je lui enlèverai définitivement sa cage à mon retour. Nous rigolerons à regarder une série à la con, avant que je le suce en bonne salope qui, pour la première fois, avalera son sperme à sa divine surprise. Puis nous irons nous réconcilier au lit et je crierai de bonheur de me prendre la grosse pine de mon mari dans mon cul.  Il reste quand même bien mieux pourvu par la nature que toi…. Désolée. Je sais que ce n’est pas le mari parfait, qu’il m’a sans doute trompé par le passé, mais je l’aime le bougre ! J’espère que j’aurais réussi à attirer de nouveau son attention envers ma chatte…

Je ne savais pas qu’Hervé était infidèle, mais finalement cela ne m’étonne pas plus que cela, venant de sa part…

- Et toi tu vas retourner auprès de ta Claire. Là c’est beaucoup moins rock-en-roll, plus intellectuel et policé, mais vous allez bien ensemble. Son projet de te transformer en mari parfait se mettra en route, avec une détermination sans faille. Je crois que ses appréhensions à vraiment te faire mal disparaîtront très vite, pour que tu files rapidement doux. Je suis vraiment désolée qu’elle ne veuille pas y intégrer des fioritures BDSM, que tu aurais eu avec moi, que tu as, mais c’est comme cela, il faudra bien t’y faire et je pense que tu finiras pas être heureux ainsi. La vie a parfois un petit côté injuste de ne pas mettre toutes les qualités désirés dans la même personne… Mais bon, pour l’instant nous sommes là et nous avons encore quelques jours, pour nous amuser follement ensemble : allez courage, en marche ! Nous sommes à moins de 10  minutes de la maison… 

Ces 10 minutes me paraissent durer des heures, à trimballer les lourdes gourdes accrochées à mes couilles qu’elles étirent au-delà de l’imaginable. Maîtresse s’amuse de la souffrance de son esclave et ne cesse de m’houspiller à avancer. Mais je n’ai pas besoin de cela pour désirer arriver au plus vite à la maison pour me débarrasser du poids de ces maudites gourdes… La bâtisse me semble encore si loin…

Nous finissons par arriver et je suis soulagé de mes 2 gourdes qui rejoignent la table de pique-nique. C’est un tel bonheur de retrouver la légèreté de sexe ! Mais aussi de la fierté soumise d’avoir réussi à passer cette nouvelle épreuve… Maîtresse Emilie me sourit et me gratifie même d’une caresse dans les cheveux.

- Tu es un petit esclave définitivement bien courageux… couche-toi sur le banc, sur le dos et attends-moi, je reviens vite…

Maîtresse Emilie arrive avec des sangles qui servent à m’immobiliser étroitement sur le banc de bois, et un bâillon de bouche O’ring. Je la laisse faire sans opposition.

- Allez ouvre ! 

J’obéis avec inquiétude n’ayant aucune idée de ce qu’elle a prévu de me faire subir… L’anneau écarte mon palais et me rends dans l’incapacité de refermer la bouche. Je ne connaissais pas mais l’impression première est claire pour un esprit soumis : je vais être contraint à ce que je ne sais pas encore ! Une dernière sangle sur le front finit de me coller la tête contre le banc, dans l’incapacité de bouger. Je suis de plus en plus inquiet…

- Bon je t’explique. J’ai envie de découvrir avec toi un type de pratique très angoissante où tu dois avoir complètement confiance envers ta Maîtresse. Je l’ai choisie avec soin, mais comprends que je ne l’ai évidemment jamais réalisée en vrai. Cela sera une première pour nous deux, mais si je ne te laisse pas le choix pour la subir : je te promets d’être particulièrement attentive à ce qu’il n’y ait pas d’accident. Je sais que cela ne fait pas partie de tes fantasmes, mais cela fait partie de mes envies d’essayer. Garde confiance en ta Maîtresse ! Voilà donc ce que je vais faire. J’ai un entonnoir là et je vais verser de l’eau dans ton gosier sans que tu puisses y échapper, une sorte de torture à l’eau. Tu n’y pourras rien arrêter à part avaler le plus vite possible : moi seule déciderai quand j’arrêterai ou combien de temps tu resteras attaché à ton banc de torture. 

C’est la panique qui me prend là. J’essaye de bouger, m’échapper mais je ne bouge pas d’un centimètre. Je hurle mon désaccord total qu’ignore Emilie. A la place, elle coince un conduit de mousse creux entre mes lèvres. Je vois avec horreur apparaître l’entonnoir prolongé par un conduit dont elle insère l’extrémité dans la mousse. Et elle commence à verser le contenu de la gourde… C’est une angoisse primale quand l’eau me pénètre, m’envahit. Une sensation instantanée d’étouffement. Je déglutis au plus vite, pour ne pas mourir noyé, au bord de la nausée ! Et pas une seconde l’eau ne s’arrête d’arriver. Ma vue se trouble et je ne vois plus rien. Je lutte pour survivre. Je prie qu’elle ne me fasse par mourir stupidement là ! 

Après un long moment en apnée, où mon corps s’est convulsé pour rester en vie, l’eau finit par s’arrêter. Je reprends mon souffle à grandes bouffées, pendant que la main de la terrible Maîtresse essaye de me rassurer, de me faire revenir parmi les vivants. Mais cela se révèle un piège ! L’entonnoir reprend sa place et je vois le bouchon de la seconde s’ouvrir… Je suis terrorisé ! Le temps s’arrête… je pressens ne pas survivre à cette seconde fois !

Mais miraculeusement la gourde s’en va, avec l’entonnoir. Merveilleuse Maîtresse !  Je suis parti très loin, complètement sonné de la réalité. La menace de l’entonnoir est remplacée par l’obscurité d’une chatte baveuse qui me chevauche le visage. Instinctivement je suce, je vénère, j’adore de la langue à travers l’anneau, ce sexe divin et sacré, longuement, quasi amoureusement, pour offrir de tout mon être, la jouissance sacrée à ma Maîtresse Supérieure, à laquelle je dois d’avoir la vie sauve.

Je reste seul un moment, coincé dans ma bulle soumise. A écouter le chant apaisant des oiseaux. A me perdre dans le ciel gris. En harmonie avec la nature, à me sentir animal possédé par une Femme Supérieure. La Maîtresse, elle, a mystérieusement disparu…

Elle revient finalement pour me désangler. J’ai les yeux éperdus de reconnaissance. Je la vois avec étonnement m’enlever la cage. « Pas touche ou c’est le fouet ! ». Elle me fait mettre debout pour me plier en deux sur la table de bois. Je me retrouve immédiatement à baver dans le harnais de taurillon dont je suis équipé et qui me retrousse presque le nez. Je laisse docilement prendre ma main. Les doigts sont repliés vers l’intérieur et la main entière est entourée de gros scotch noir, avant de finir enfilée dans une chaussette noire. Idem pour l’autre.  Ma vue est alors obscurcie d’un bandeau opaque. Je sens alors mon cul être huilé avant que quelque chose le pénètre, d’abord petit mais qui s’épanouit largement à l’intérieur avant de venir se coincer des 2 côtés de mon anus. La préparation se termine avec des sangles que je sens passer au niveau de mes genoux. 

Je suis alors relevé. La gravité entraîne l’espèce de plug dans mon cul ! Mes bracelets de poignets sont reliés à mon collier par un dispositif qui m’empêche d’étendre mes bras. Maîtresse me fait alors descendre avec précaution à terre, et je comprends vite qu’avec les liens en place, je serai incapable de me relever tout seul ensuite. Je sens enfin la main de Maîtresse descendre sous mon cou pour attacher ma laisse.

- Au champ, mon petit taurillon !

Je suis la laisse où elle m’amène dans le noir. D’abord le sol dur avec des gravillons, puis le confort de l’herbe. Nous ne progressons pas longtemps. De nouveau la sensation d’une main qui trifouille sur mon collier et qui me laisse la sensation du poids de ce qui doit être une chaîne.

J’attends dans le noir une éternité. Ce qui est dans mon cul me travaille en puissance. Il y aussi quelque chose qui semble y être attaché et pend entre mes choses. Une espèce de queue ? Je voudrais savoir, mais mes mains ne peuvent l’atteindre. Je n’ose pas enlever mon bandeau et de toute manière n’ayant pas le don d’ubiquité pour contempler mon derrière, cela ne servirait à rien. Sans la vue, le temps est long et  je m’ennuie à attendre je ne sais quoi… Il n’y a que ma vessie qui est pleine et le plaisir de la vider à petits coups, à 4 pattes nu au milieu de la nature, devient rapidement la seule occupation d’un taurillon en déshérence…

Enfin des pas légers se font entendre, se rapprochent, me frôlent presque. L’espoir reprend, mais pas pour tout de suite, semble-t-il… J’ai l’impression de ne plus être seul dans mon pré… Mon bandeau est soudainement enlevé en force de ma tête, d’un coup. Je suis surpris. Le jour revient et j’ai du mal à me réadapter à sa luminosité. Je vois d’abord trouble, puis plus net. Je suis enchainé à un tronc d’un arbre. Le bandeau git à quelque pas, mais il n’y a personne qui pourrait expliquer son soudain envol. Je ne comprends pas et tourne la tête de tous les côtés… 

Je vois enfin, en une pure apparition érotico- onirique. Les formes très généreuses d’un corps de femelle nue, en position animale surmontée par une tête de vache ! Cette vision fantasmagorique est follement excitante, salué par un zizi qui se dresse dur, quasi instantanément. Je ne peux détacher mon regard d’envie animale de ces grosses lèvres rougeâtre qui pendent et luisent entre les cuisses. Elles incarnent l’invitation de la vache au taureau. Je me rapproche aussi vite que me le permettent mes jambes entravées, jusqu’à humer l’odeur de vache en chaleur. Cela fini de mettre en rut ! Je grimpe maladroitement sur le dos, et déjà j’agis du bassin pour la pénétrer. Elle ne meugle rien et attend passivement les bienfaits du taureau. Il me faut sans aide plusieurs tentatives pour m’immiscer dans la vulve, mais une fois dedans que c’est bon ! Je m’active du trouffignon pour aller et venir, et obtenir ce plaisir animal que je recherche, mais je n’ai pas le temps d’aller bien loin : sous l’émotion, je suis aussi éjaculateur précoce qu’un vrai taureau de reproduction et, en quelques instants, je lâche ma « purée » sans même avoir obtenu un premier meuglement de satisfaction de la vache. Je suis déçu et honteux, et préfère me retourner pour ne pas faire face aux conséquences…

J’entends la vache disparaître au loin… pendant que je maugrée mon échec. Sans doute trop d’émotion… De nouveau seul à attendre ma belle au pied de mon arbre…

Maîtresse finit par revenir, habillée cette fois, mais plus sage, sans aucun cuir. Elle m’annonce qu’il est midi et me rapporte ma gamelle de pâtes froides et mon bol d’eau. Elle me remet le sexe dans sa cage sans un mot, avant de me laisser sur une explication… 

- J’ai un rendez-vous avec une ancienne camarade que je n’ai pas vu depuis longtemps… Et cela va me faire du bien de faire une pause. Sois sage. Je ne manquerai pas de penser à mon petit esclave enchaîné à son arbre pendant que je serai là-bas…

Je vois bientôt depuis mon arbre, la Volvo démarrer et s’éloigner, et cela m’attriste terriblement.

L’attente du retour de Maîtresse est très longue, trop longue. Il va falloir que je m’y habitue car Maîtresse Claire ne ratera pas, dès mon retour, de m’envoyer longuement dans la niche, attendre patiemment ou pas son retour. Elle me l’a annoncé et je la sais déterminée à s’’imposer… jusqu’à ce que je sois un soumis fidèle et obéissant au doigt et à l’œil. Cette perspective de plate soumission me fait peur, surtout par rapport à la folie des sens et des émotions que je vis ici avec Emilie. Mais elle a raison, certaines choses possibles dans une parenthèse hors du monde, ne le sont pas en couple établi, sauf à établir le couple pour cela. Ce n’est pas nos cas. Et je me doute que l’entrain à bander pour une autre, est plus encore l’excitation de briser un tabou qu’une entente sexuelle parfaite avec ma partenaire. Pourtant les lignes bougent trop à mon goût. Il ne faut surtout pas que cela se transforme en sentiment amoureux, car cela serait une catastrophe et ce matin, je crois que nous en n’étions plus si loin…

Sur le poids de la fatigue accumulée par tant d’épreuves subies et ressenties, je finis par m’endormir sur l’herbe, alors que le soleil est réapparu dans les trouées des nuages…

Une voiture qui arrive sur le chemin me réveille en sursaut. Ce n’est pas la Volvo ! Mais un pick-up Nissan… J’essaye de me dissimuler la peur au ventre en me collant contre la terre.

Deux hommes plutôt âgés en descendent et récupèrent à l’arrière une selle de cheval. Je les vois disparaître un moment derrière la bâtisse avant qu’ils reviennent à ma vue. Ils semblent chercher quelque chose et observent les lieux… Il n’y a aucun doute qu’ils m’ont débusqué ! Ils viennent vers moi ! Je panique…

- Tiens Marc, je vais te montrer quelque chose…

Les 2 hommes se tiennent maintenant à 2m de moi et je n’ose les regarder.

- Ouah ! Cela existe cela ?

- A ce que j’ai compris, ils sont dans un trip sadomaso à 3 ou 4. Le mec veut qu’on le traite comme cela… Moi en fait, je n’aime pas trop. L’idée me dérange. Je trouve cela trop bizarre et pervers quand je vois cela. Mais bon il faut bien de tout, pour faire un monde…

- Y’a quand même des starbés dans la vie ! Qu’est-ce qu’il foute dans ta propriété de chasse, Jean ?

- Je leur prête pour la semaine…

- Contre beaucoup d’argent, j’espère ?

- Non, c’est quasi gratuit…

- Comment cela gratuit ? … non… tu n’as pas… tu ne vas pas… ?!

- Et si… Regarde-moi ce petit cul ! Il me fait encore plus bander en réel que sur photo… Et ce soir, il me sera offert sur un plateau ! Un beau petit cul d’hétéro à dépuceler…

- Tu n’y vas pas quand même un peu fort ?

- Tu connais mes goûts sexuels. Le mec fantasme de se prendre une queue. Moi j’ai du temps libre à la retraite. Son cul m’excite alors pourquoi pas ? Tu veux venir avec moi ?

-Tu sais bien que les hommes ce n’est pas mon truc… mais cela ne te dérange pas de le voir entravé comme cela ?

-  Un peu… je n’aimerais pas que l’on me fasse la même chose… putain un homme c’est un homme… même tendance tafiole… mais si c’est son trip, pourquoi pas ? Tant qu’il m’enlève tout cela pour venir se faire baiser par papa … à ce soir mon petit puceau de cul…

Et ils repartent sur ces derniers mots, me laissant face à mes propres interrogations.

Le soir venu, j’ai le cœur qui bat la chamade à attendre debout dans la seconde chambre, le dos tourné à la porte. J’ai peur et envie à la fois. Si je m’écoutais, je m’enfuirais à toutes jambes tant qu’il en est encore temps… Mais je ne veux pas m’écouter, alors je reste, le boule au ventre, touchant là la réalisation d’un de mes plus fous fantasmes depuis l’adolescence. Je dois être fou !

Monsieur Jean est revenu à l’heure du dîner, ramenant du poison fraîchement pêché qui a fini sur le barbecue. Cela m’a fait envie, mais je n’y ai pas eu droit, même après que Monsieur Jean se soit fait mon avocat. « Non pas besoin, il a déjà mangé sa gamelle avant ton arrivée ». Ils se tutoient entre eux naturellement. A la place, j’ai été mis à attendre sous la table en chien, la fin de repas des Maîtres…

En fait ce n’est pas tout à fait cela. C’est 2 mondes qui se rencontrent et s’intriguent : le monde D/S et le monde gay. Monsieur Jean ne semble pas du tout à l’aise avec les colliers et bracelets, et je crois que cela l’arrange bien que je sois partiellement mis hors de sa vue, à ne plus montrer que mon « petit cul excitant » qui dépasse et qu’il a envie de baiser.

Moi aussi cela m’accommode bien de devoir attendre ainsi. Maîtresse m’a lavé le cul intérieurement à son retour me confirmant son utilisation à venir, que je vois là sous la forme d’une bosse prononcée dans le pantalon. C’est si troublant de se demander quelle forme ou quelle taille peut avoir le sexe qui bientôt va me… Et cela simplifie l’acceptation, de ce qui peut se passer. Réduit à la rencontre sexuel d’un sexe et d’un trou… Une banale chose sexuelle, c’est ce que m’a dit Emilie, car j’ai commencé à un peu paniquer et qu’elle est venue me « reprendre » avec patience, montrant plus d’empathie à m’ouvrir selon mes fantasmes que Claire n’en aura jamais…

La porte de la chambre grince en s’ouvrant puis se refermant. Les lourds pas font craquer le plancher et se rapprochent. C’est mon heure ! Je me fige d’appréhension. L’air se remplit de l’odeur musquée du Mâle et je sursaute quand je sens sa paluche venir sur mes fesses, souligner les globes avant de descendre dans le sillon. Il n’y a pas de raccourci plus direct pour me rappeler pourquoi je suis là… Je ne peux m’empêcher de gémir doucement  quand un doigt épais me pénètre pour me tester sans doute. En même temps, la seconde main part à la découverte du devant, traîne sur mon visage qu’elle souligne avant de descendre caresser mon torse et s’amuser de mes tétons. Le doigt coulisse facilement en moi et déclenche une érection instinctive, libre de s’exprimer sans la cage qui m’a été enlevée. La main descend encore et découvre mon état : j’ai si honte ! Bander pour un homme !

La main ne me laisse pas la conscience en paix, à faire rouler délicieusement entre les doigts les petits œufs des couilles avant de s’intéresser à la tige indécemment dressée, jusqu’à souligner l’anneau du gland. J’ai l’impression d’être évalué en tant que petit homme. Le doigt dans mon cul travaille de concert avec la main un moment, jusqu’à ce qu’ils me fassent baver du sexe et démontrent la faiblesse de mes sens… Ils m’abandonnent finalement me laissant sur une impression de vide.

Monsieur Jean me contourne et passe devant. Je baisse par réflexe pudique les yeux. Il me parle pendant qu’il se déshabille lentement… Nous y sommes !

- Tu as un petit trou excitant ! C’est d’ailleurs pour cela que j’ai accepté pour Emilie… Tu sais que tu seras mon premier cul puceau ? … c’est quand même fou arrivé à 66 ans… tu as de la chance… moi à ton âge, je ne connaissais encore que le cul de ma femme… ce n’est que quand je me suis retrouvé veuf, que j’ai commencé à m’intéresser aux mecs… beaucoup souvent plus actif que passif…

J’ai du mal à me concentrer sur ce qu’il me dit, même si je comprends que le moment est aussi particulier pour lui que pour moi. Je suis fasciné par ses vêtements qui tombent un à un, en attendant, impatient et inquiet, le moment de la révélation. Le slip tombe en dernier libérant sa queue très bien proportionnée mais surtout très grosse, bien plus grosse que la mienne, à la fois en largeur et en longueur. Et encore elle n’est pas complètement en érection. C’est un petit choc de découvrir la taille réelle du morceau qui va me prendre. Mais, l’esprit d’un petit soumis pouvant se révéler tortueux, cela me rassure quelque part. J’ai lu quelque part sur le web, la déception d’un soumis comme moi, que la femme a fini par offrir à l’amant, sur la petite taille réelle du sexe naturel par rapport au gode ceinture qu’il connaissait. Là c’est du au moins aussi gros que Claire me sert au gode, et je sais que je ne pourrais pas éviter de la sentir passer. Comment mon esprit peut être pervers ! D’ailleurs, je ne peux m’empêcher de poser indécemment la question qui me turlupine :

- Elle fait quelle taille, complètement dressée ?

- Officiellement 18cm de long sur 5 cm et demi de large en pleine érection. C'est une belle bite. C’est que m’ont toujours dit les garçons à qui je l’ai offerte. Quoique pour ma part, je n’y suis pas pour grand-chose. Ma femme se plaignait que c’était trop gros… Mais toi, vu comment tu as été préparé au gode par la tienne à ce qu’il parait, cela ne devrait pas poser problème. De toute manière, l’anus est un muscle qui se détend bien… Crois mon expérience. Mais tu risques d’avoir mal au début.

Je ne suis pas sûr que cela me rassure plus… Monsieur Jean a dans les yeux la lueur millénaire du gars qui sait qu’il va prendre son plaisir sexuel, mais pas que il y a aussi en lui  de la tendresse apparente et une bienveillance désarmante. Je suis surpris de voir surgir entre ses mains ma laisse de chien, qui bientôt retrouve sa place à mon collier.

- Emilie me dit que tu as besoin de ça pour te lâcher et prendre ton pied. C’est très bizarre mais j’ai fini par comprendre : pas mal de mecs que je sodo prennent bien des poppers avant ! C’est finalement pareil… chacun son trip !

Il semble quand même un peu embarrassé de me tenir en laisse alors que les secondes défilent en silence… Puis il se décide.

- Tu es sûr de toi que c’est que tu veux ? 

J’acquiesce lentement de la tête, alors que le frisson me prend tout le corps. Mon esprit est shouté des hormones de la soumission : je sais que j’ai envie d’enfin le faire. Il met quelques instants à comprendre que j’ai besoin d’être guidé et tenu, pour vaincre les dernières résistances de la conscience d’un mâle qui se considère 100% hétéro. Il me tire maladroitement de la laisse jusqu’à ce que je me retrouve à genoux devant son sexe.

Contempler le sexe dressé de plaisir d’un autre homme de si près est une chose complètement nouvelle pour moi. C’est tendre et menaçant à la fois, cette tige lustrée qui sort de sa forêt de poils jusqu’à se couronner d’un gland à l’esthétique parfaite, presque un fruit qui appelle à être croqué. Son odeur intime est intrigante… Je m’attendais à une odeur forte, avec un zest d’urine séchée. Elle se révèle plus délicate et distinguée. Je suis dans un état second. Je pense fugacement à ma Claire qui désapprouverait sans ambigüité ce à quoi je vais consentir. J’hésite mais l’excitation de le faire enfin l’emporte finalement.

Je respire une dernière bouffée d’air et je me lance ! Je saisis le gland entre mes lèvres, complètement ignorant de ce que cela me faire. C’est une petite surprise : c’est chaud, doux, vivant, à la fois dur et souple, un peu salé aussi. Ce que ne donnera jamais un gode froid et sans vie. Je me surprends à aimer cette sensation… Je suçote ce gland avec une gourmandise inattendue. Je suis sur la bonne voie. Il gémit doucement sous cette première caresse, jusqu’à couler bientôt un premier jus qui me sature les papilles en bouche. Ce n’est ni bon, ni mauvais, mais si follement troublant de sentir son goût et que la machine est en route. Combien de fois ai-je fantasmé ce moment !

Sa main vient en renfort se poser doucement sur ma tête et m’encourager dans mon ouvrage. J’entreprends d’enfoncer avec difficulté sa queue dans ma bouche. C’est un effet étouffant de se sentir autant écartelé de la mâchoire. La vue dont l’horizon est réduit au ventre un peu bedonnant de Monsieur Jean, accroit cette sensation. Mais pas une seconde je n’imagine arrêter de bouffer « ma » première queue… Je progresse mm par mm.

- Ne te force surtout pas à tout prendre …

Je suis vexé par cette remarque, qui m’atteint dans mon état de soumission. Je lève les yeux vivement en protestation. Son regard est d’abord étonné de ma réaction, puis comprends et enfin s’obscurcit alors que sa main se rend ferme tout à coup et me force à l’avaler. Je finis à tout prendre en bonne petite tapette, les lèvres distendues par son mandrin, le nez dans ses poils qui sentent la sueur et ses couilles collées à mon menton. J’adore cette image et qu’importe si elle m’amène au bord de la panique nauséeuse : cela ne fait que renforcer mon impression de vulnérabilité et pour mon esprit détraqué, le plaisir masochiste d’être utilisé ainsi.

Monsieur Jean prend à son compte la fellation. Plusieurs fois il m’impose la descente jusqu’à la racine ne me libérant qu’au dernier moment. Je reprends alors mon souffle en urgence. Cela semble presque ludique pour lui de jouer avec ma résistance…

- Et bien tu es un sacré numéro, toi ! Jamais rencontré un mec comme toi…

Je suis aux anges, sur une autre planète, complètement autre. Je le suce maintenant avec enthousiasme, comme un grand. Sa main me laisse faire. Je jette un coup d’œil vers sa tête : il a les yeux fermés et la tête en arrière, gémissant doucement le plaisir que mes lèvres et mes langue lui donne. Je me déchaîne sur son sexe avec une terrible envie d’obtenir fièrement sa jouissance. Il est le Mâle de mes fantasmes avec un grand M majuscule. Instinctivement je vais même lui caresser ses grosses couilles pour le drainer plus vite. 

Il essaye bien de me repousser gentiment la tête quand il sent que cela va arriver. Mais je tiens bon : je veux le vivre ; je veux expérimenter ; je veux savoir. Il abandonne donc et bientôt dans un long cri de jouissance de Mâle et un dernier tressaillement de sa queue, je sens son liquide chaud et gluant m’envahir la bouche et la gorge. Claire m’a fait « goûter » déjà à mon grand désarroi, mais là c’est totalement différent, à ressentir au plus profond de mon âme l’indécence de ce que je suis en train de subir : recevoir le sperme d’un autre homme dans ma bouche, ne pas aimer cela, lutter contre la nausée qui me prend et tout avaler en bonne tapette soumise ! J’aime follement cet état.

Je crois qu’il est temps de me retirer pour finir de le nettoyer d’une langue définitivement docile, mais il m’en empêche de sa main et me maintient le sexe en bouche que je sens peu à peu ramollir. C’est dans cette situation qu’il me parle. Disparu le Monsieur Jean un peu timide. Je redescends un peu et je suis maintenant gêné d’être humilié ainsi.

- Tu peux être rassuré. Tu as une bonne petite bouche de tapette qui plairait ou plaira à beaucoup d’hommes. Si tes Maîtresses veulent te confier un jour, je pourrais sans problème te mettre à la chaîne à pipes, à « l’Orée du Bois ». 

Je ne sais pas ce qu’est exactement une « chaîne à pipes », ni « l’Orée du Bois », mais je comprends bien quel type de chose ou de lieu, cela peut être. Mais pour l’instant mon attention est attirée par le fait qu’il m’urine directement en bouche. Je suis incrédule au départ mais je dois vite me mettre en mode survie pour ne pas mourir noyé. Cela n’en finit pas… avec un sentiment très fort d’humiliation extrême, jusqu’à ce qu’il me libère.

- Quel trip ! Je n’avais jamais osé avec mes amants, mais j’ai eu tord… En tout cas, te voilà rincé… Viens voir Papa Jean pour te prendre une bonne déculottée…

Il s’est assis sur le bord du lit et m’encourage à le rejoindre de la laisse qu’il a reprise en main. Je ne sais que trop penser. C’est un peu cela mon état de soumission : des moments où je suis totalement sous emprise et que j’adhère avec folie à ce qui m’est imposé et d’autres où mon esprit se réveille quelque peu de son anesthésie et me fait appréhender. Là cela ne me dit pas trop… surtout que je m’aperçois maintenant clairement qu’il y a du Dr Jekyll et du Monsieur Hyde chez lui. Je l’ai pris pour un gentil vieux veuf qui aime les hommes et je me suis quelque peu trompé. Finalement aucun humain n’est prévisible quand s’escamote la gangue de la bienséance en société humaine.

Je me retrouve « couché » sur le ventre en travers de ses genoux, le poids du torse sur le matelas, les mains immobilisées dans mon dos par sa main et les jambes en l’air. La position a le mérite d’être très claire sur l’intention.

- Quand j’avais 17 ans, je me cherchais sexuellement. Il y avait un garçon plus âgé que moi, maigre et chétif. On disait au village à mots couverts qu’il préférait les hommes et la plupart des gens l’évitait. Moi sa différence m’intriguait et j’ai commencé à l’épier en cachette. J’ai découvert qu’il partait souvent se balader dans la forêt... Pourquoi ? Intrigué, j’ai osé le suivre une fois en cachette jusqu’au bout… Il y a retrouvé un autre homme, plus âgé, peut-être quarante ans, que je connaissais de vue. Il venait une fois pas an à notre ferme, chercher du foin pour chevaux. C’était la fin des années 60. Mai 68 n’était pas passé par là, ni les seventies et encore moins dans nos campagnes qui restaient si traditionnelles. Mais ce que j’ai vu là, était extraordinaire. Le plus vieux a chuchoté à l’oreille du plus jeune, que j’ai vu d’abord faire non de la tête, avant de se laisser persuader de s’agenouiller devant sa braguette. C’était la première fois que je voyais des hommes se donner du plaisir… Le jeune pompait le vieux. C’était fou : je n’en pouvais plus et j’ai commencé à m’astiquer dans mon pantalon. Après le jeune s’est mis complètement à poil pour se prendre la bite du vieux dans le cul pour une sodomie d’enfer. Je n’en pouvais plus d’excitation libérée, et j’ai joui bien avant qu’ils en aient fini. 

Monsieur Jean vit tellement son souvenir que son doigt est venu naturellement me titiller l’anus pendant le récit.

- J’ai une honte et je suis parti immédiatement. Je n’ai jamais su pas qui m’avait vu, qui m’avait dénoncé, mais quand je suis rentré le père était déjà au courant ! Et il était en colère. Il m’a déshabillé de force avant de me coucher sur ses genoux. Et à 17 ans, je me suis pris la plus humiliante raclée de ma vie, qui m’a laissé tellement forte impression, que j’ai enfoui pendant 25 ans ma vraie personnalité sexuelle ! Tu crois ça : j’en ai encore honte même après presque 40 ans ! Salop de paternel ! Paix à son âme…

Son souvenir est toujours vivace et s’en crier gare, il commence à me fesser à gros coups de paluche. La « déculottée » est cinglante autant pour le corps que l’esprit. Je bouge en tout sens et je crie sans pudeur, pendant que sa main s’abat. Il a une force, même dans sa soixantaine, étonnante, que je n’ai pas. Je subis ma grosse fessée sans rien pouvoir y faire, battant en gamin l’air de mes jambes désordonnées. Mais il y a surtout un détail qui s’insinue en force dans un coin de ma soumission : il bande pendant qu’il me fait mal ! Je sens son dur phallus se réveiller sous moi et c’est un petit choc troublant. Avec mes Maîtresses, je peux supposer intellectuellement que les traitements qu’elles m’infligent les excitent et souvent j’en suce à la fin, avec dévotion, le résultat. Mais cela reste une impression de l’esprit. Là c’est une association directe, sans ambigüité !

Monsieur Jean finit par arrêter de me battre, mais ne me relâche pas pour autant. A la place, il me « prépare » le trou de ses doigt huilés. Il les tourne dans tous les sens dans mon anus pour le détendre, en notant que les godes des « Dames » ont fait leur effet et que je suis déjà pas mal ouvert. Je gémis sans gêne mon plaisir de pucelle tout en coulant en peu sur ses cuisses alors qu’il les enfonce le plus loin possible…

Il  me dit alors que je suis prêt à être « décapsulé » sur le dos pour qu’il voie ma tête quand il me pénétrera. La position est en soit très humiliante pour un garçon, le cul en l’air sur un oreiller, les jambes ramenées aux épaules, la rondelle bien exposée et accessible pour missionnaire de dépucelage. Une vraie position de femelle à foutre ! Je tremble légèrement et ne bande presque plus…

- Emilie m’a demandé de le faire sans capote. Elle veut, je crois, que tu sentes bien mon sperme partir au fond de toi. Mais rassure-toi, je suis clean et elle m’a tout fait vérifier à l’hôpital…

Il commence à pousser pour rentrer mais je me suis crispé sur le moment et ça butte. Cela ne l’arrête pas. Il force jusqu’à ce que je cède. Son gland me distend en puissance la rondelle. C’est douloureux et je ne peux m’empêcher de crier. L’intrus ne fait aucune pause salvatrice. Il continue de m’envahir, de réaligner mon anatomie interne, en une seul poussée jusqu’au bout, jusqu’à ce que je sente taper, incrédule, ses grosses couilles contre mon périnée ! J’ai vécu l’invasion en apnée totale, les dents serrées et les larmes qui me coulent des yeux. Cela fait si mal ! Mais quelle sensation que je veux garder jusqu’au bout de mes jours, de se sentir ouvert en 2 par une queue. C’est aussi chaud et vivant qu’un gode peut être mort et froid. Il palpite et bat la mesure dans mon cul.  L’énorme mandrin ne bouge plus et me laisse accepter sa taille. La douleur s’atténue un peu…

- Te voilà dépucelé pour de vrai ma petite tapette et maintenant je vais te baiser !

« Baiser » n’est pas assez fort pour ce que je subis : un défonçage en règle ! Il fait coulisser l’intégralité de ses 18 cm autour de ma matrice d’abord lentement, jusqu’à ce qu’il ressorte presque. Et le phallus revient en repoussant sans pitié les chairs qui auraient osé reprendre leur place, à plusieurs reprises. Il s’impose beaucoup plus que je l’accepte. Quelle chose stupéfiante de se sentir rempli à l’extrême, et en plus par le gros sexe chaud d’un Mâle, bien plus présente que quand Claire use de son gode !

Il  se déplace pour me surmonter tout en me gardant bien empalé sur son sexe, qui repousse en moi sans précaution d’autres muqueuses. Je serre les dents. Il y va de plus en plus fort, un vrai marteau pilon, ressortant à chaque fois presque sa queue pour immédiatement me la renfiler en violant mon sphincter anal, jusqu’à butter en fond de rectum. Je vois défiler du pays pendant que ses 18cm coulissent en moi. Je gémis de plaisir, de surprise, de douleur, le tout intimement mêlé. Je subis l’assaut de ses coups de rein puissants qui n’ont vraiment rien à voir avec les timides poussées du gode ceinture. Je me sens pleinement possédé, outragé.. Mon zizi est à l’état zéro mais je coule et coule encore de plaisir soumis. L’ouragan me dévaste le cul, emporte loin mon corps. Cela dure un bon moment, jusqu’à je le sente se crisper une dernière fois et envoyer les jets de sa sauce au plus profond moi, sensation de toutes, la plus stupéfiante !

Emilie vient me réveiller tard dans la soirée. Je me suis endormi sous les coups des hormones et de l’émotion. J’ai mal au cul et je me sens encore béant… Maîtresse est en train de me remettre le zizi sous clé…

- Je t’ai entendu couiner depuis l’extérieur tellement tu criais… C’était bon ?

Je baisse les yeux, un peu honteux, en répondant : « oui ! … merci… Maîtresse ».

- Allez, il est temps de te coucher pour que tu recharges tes batteries pour demain. Je n’en ai pas fini avec toi. Mais avant il faut sortir le chien aux besoins et après cou-couche panier le toutou enculé !

dyonisos


-> Les autres petits contes D/S

Par dyonisos - Publié dans : Petits contes D/S
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Présentation

blhumor.jpg

 

 

Chronique des jeux BDSM d'un couple : Elle Dominante et lui soumis. Maîtresse N. et dyonisos.

    Nous & le pacte BDSM


Retour à la page d'accueil

Sondage

Trafic

 4  visiteur(s) en ligne

 

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés